Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1940

  • Les captifs...

    Les éditions Pardès viennent de rééditer un roman inachevé de Robert Brasillach intitulé Les captifs. Ecrivain et journaliste à l'Action française et Je suis partout, Robert Brasillach, à qui l'on doit, notamment, Les sept couleurs, Comme le temps passe et Notre avant-guerre, mais aussi une Histoire du cinéma (avec son beau-frère Maurice Bardèche) ou un Corneille, a été une des principale victimes de l'épuration des intellectuels et est mort le 6 février 1945, dans les fossés du fort de Montrouge, sous les balles d'un peloton d'exécution...

     

    Brasillach_Les Captifs.jpg

    " Après la défaite de juin 1940, Robert Brasillach est fait prisonnier lors de l'encerclement de la IIIe armée. D'abord à Neuf-Brisach, puis dans les camps allemands de Warburg et Soest, il entreprend la rédaction d'un roman, qu'il intitule Les Captifs. Libéré le 31 mars 1941, il reprend son manuscrit durant l'été de cette même année, mais l'abandonne définitivement.
    C'est donc un roman inachevé que nous lisons aujourd'hui sous le titre Les Captifs : trois cents pages manuscrites, la moitié de ce que Robert Brasillach avait prévu d'écrire.
    En 1940, à cause de son âge (il a trente et un ans), et parce que la défaite et l'emprisonnement sont deux violentes ruptures avec le passé immédiat, l'écrivain fait de son roman une œuvre de récapitulation : à travers des personnages nombreux, bien individualisés, vivants, il rassemble ce qu'il a espéré, détesté, admiré, aimé surtout, pendant sa jeunesse, désormais révolue. 
    Les Captifs révèlent aussi une ambition nouvelle : construire un ensemble romanesque dont le lecteur, pareil à celui de La Comédie humaine, retrouverait, d'un livre à l'autre, des créatures familières, immergées dans l'histoire contemporaine.
    Tous ces personnages sont soumis, chacun à sa manière, à la loi du temps et du vieillissement, qui a hanté Robert Brasillach.
    Récapitulation, témoignage d'une ambition nouvelle, approfondissement d'une méditation sur le temps, Les Captifs, quoique inachevés, sont une oeuvre foisonnante, qui atteste "le don de vie", indispensable au vrai romancier. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • L'étrange défaite...

    NRH 77.jpg

    La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque (n° 77, mars - avril 2015).

    Le dossier central est consacré à la défaite de 1940. On peut y lire, notamment,  des articles de Philippe Conrad ("Les raisons du désastre"), de Henry Ortholan ("La ligne Maginot fut-elle inutile ?"), de Martin Benoist ("Les combattants de 1940"), de François de Lannoy ("Les communistes pendant la drôle de guerre" ; "Les chars français en 1940 : les causes d'un échec"), de Michel Savoie ("Les forces aériennes françaises en juin 1940") et de Max Schiavon ("Les erreurs des généraux" ; "La bataille des Alpes : une victoire dans la défaite").

    Hors dossier, on pourra lire, en particulier, un entretien avec Jean-Pierre Arrignon ("D'où vient et où va la Russie ?") ainsi que des articles d'Emma Demeester ("Maximilien Robespierre, une icône révolutionnaire"), de Philippe Parroy ("Quand la Floride faillit être française"), de Frédéric Le Moal ("Les Savoie, une dynastie européenne"), de Rémy Porte ("La Grande Guerre sur le front des Vosges"), de Martin Benoist ("1935 : le gouvernement de Pierre laval") et de Jean Haudry ("Les Indo-Européens ont bien existé").

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • La diagonale de la défaite

    Les éditions Bourin publient ce mois-ci La diagonale de la défaite, le nouveau livre de Jean-Philippe Immarigeon, auteur notamment d'American parano et de L'imposture américaine. L'auteur y dresse un parallèle original entre la défaite française de 1940 et l'échec prochain des américains en Afghanistan.

    Diagonale de la défaite.jpg

    "C’était déjà le temps de la fin de l’histoire et du monde globalisé, de la fascination aveugle pour la technologie et de la mise en équation de la guerre sur le modèle de la gestion d’entreprise : nous allions vaincre parce que nous étions les plus forts. Et ce fut la débâcle de 1940.

    En avons-nous tiré les leçons ? Rien n’est moins certain. Je poursuis ici l’analyse menée depuis une décennie de la politique des Etats-Unis par une hypothèse originale : notre échec de 1940 annonce la faillite américaine de 2010. La France n’avait pas une guerre de retard mais une défaite d’avance.

    Car raconter 1940 c’est constater qu’à soixante-dix ans d’intervalle ce sont les mêmes erreurs stratégiques qui sont refaites par des dirigeants qui ne s’appellent plus Pétain, Gamelin ou Daladier mais qui, comme leurs aînés, se réfugient derrière une pensée Ligne Maginot de sécurisation totale, et croient que l’accumulation de moyens exorcisera cet imprévu qu’ils continuent de qualifier de terroriste. Comme eux, ils pensent une guerre qui n’existe pas. Et comme eux, ils la perdent.

    Jean-Philippe Immarigeon"

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!