Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ni progressiste, ni populiste: conservateur ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Matthieu Baumier, cueilli sur Figaro Vox et consacré au conservatisme. Ecrivain, Matthieu Baumier vient de publier Voyage au bout des ruines libérales-libertaires  (Pierre-Guillaume de Roux, 2019).

Vendanges.jpg

«Ni progressiste, ni populiste: conservateur!»

Les mots «conservateur» et «conservatisme», efficients dans nombre de démocraties représentatives et libérales modernes, n’auraient, dit-on, pas le vent en poupe en France. C’est faux: notre pays est redevenu conservateur, lassé des marches en avant perpétuelles.

Ce n’est pas l’avis du Président de la République. Sur le plan électoral, il a peut-être raison: le dogme progressiste pourrait lui permettre de sauver les meubles aux prochaines élections. En face, il a besoin d’un populisme de droite, sans cesse amalgamé au Mal, pour nous conduire à marche forcée dans un mur. Face à ce jeu douteux, le populisme n’est en réalité pas la réponse politique la plus constructive, bien que légitime dans un contexte où, à en croire les chiffres de l’OCDE publiés le 10 avril, le monde est de plus en plus inégalitaire et le sera de plus en plus si nous poursuivons cette grande marche vers le «progrès». Les catégories moyennes et populaires, celles qui le plus souvent travaillent, sont en cours de déclassement et d’appauvrissement, au profit de 2 % des humains de la planète. Face à cela, le populisme est une colère à même de provoquer bouleversements et révolutions. Mais est-ce bien cela que nous souhaitons, de la colère et des bouleversements, nous qui voulons rappeler que l’humain n’est pas hors sol mais enraciné, que les nations ne sont pas un jeu de construction intellectuel, que les civilisations, avec leurs différences existentielles, sont des réalités charnelles, que les cultures et les identités ne sont pas un vain mot, qu’aucun humain n’aspire à être une fourmi au service de la divinité Croissance, que la vie est en premier lieu une limite, que la liberté des échanges peut se faire avec des frontières, qu’il y a des hommes réels dans le monde, bien plus que cet individu virtuel que le progressisme libéral-sociétal encense?

Le conservatisme est à l’ordre du jour

La colère, pourquoi pas? Elle ne devrait cependant pas faire oublier l’essentiel. Elle ne fait pas gagner les élections. Le moment est à des alliances électorales regroupant ceux qui ont un point commun plus important que les divergences: l’état d’esprit conservateur. Les élections se gagnent sur ce qui est essentiel à un moment précis. Ce qui est essentiel, maintenant? Nous voulons un futur en héritage, pour nous et pour nos enfants. Ce qui nécessite un programme politique à construire, fondé sur des principes: le souci de protéger la personne humaine, dans une démocratie réellement représentative qui ne peut exister si la question de la proportionnelle n’est pas soulevée ; le fait qu’aucune société ne peut être équilibrée sans reconnaître que nous naissons avec un héritage et que nous avons la responsabilité de le transmettre ; nous sommes liés par un commun hérité, culturel, linguistique, civilisationnel et spirituel: c’est à ce commun qu’autrui a le devoir de se plier, ou bien le droit de partir ; les concepts de liberté et d’égalité ne sont rien face aux libertés et aux égalités concrètes ; le bien commun, fondé sur la paix, la justice, pas uniquement conçue comme «justice» sociale, et la concorde, permettant l’existence d’une seule communauté et non de communautés multiculturelles séparées, est ce qui prime. Ce bien commun induit que la vie, sa transmission, tant à l’échelle de l’être humain qu’à celle de la planète ne soient plus négociables ; l’individu et son ego sont secondaires, le «droit de» prime sur le «droit à» des minorités. Un socle de cet ordre doit redevenir le fondement de nos sociétés et la base de notre économie, sans lequel aucune politique par exemple migratoire ou environnementale responsable ne sera possible.

Pour une alliance des conservateurs

Ainsi, le conservatisme n’est pas une simple volonté de conserver ce qui est, n’en déplaise à ceux qui ne veulent surtout pas le voir émerger concrètement dans la vie politique française, mais un espoir. Il ne s’agit pas de conserver au sens d’un repli mais de déterminer avec volontarisme ce qui doit ou non être changé, et ce qui doit ou non être limité, toute évolution n’étant pas bonne en soi ou synonyme de «progrès». Il s’agit de décider de ce qui ne doit plus être politiquement et sociétalement déconstruit, le bien de la communauté primant sur celui d’individus autoproclamés «avant-gardistes». La «révolution» voulue par le candidat Macron en 2017 et l’affirmation actuelle d’un dogme progressiste ne seront pas battus en brèche uniquement par des populismes éparpillés, réceptacles de colères légitimes. Ces conceptions seront électoralement battues si le conservatisme est capable de devenir une idée neuve en France ainsi qu’une alliance dépassant l’union des droites. Une alliance électorale des conservateurs et de l’état d’esprit conservateur? L’alliance, cela se pratique dans la diversité des angles de vue mais avec un programme/projet commun et une stratégie politique claire. Au-delà des tabous apparents.

Alors, qui? Une alliance des conservateurs de droite et de gauche, car ces derniers existent, des conservateurs-libéraux de droite et de gauche (l’économie de marché retrouvant sa place véritable, celle d’être un outil au service d’une vision politique et non plus un but en soi, l’ordre des mots est ici important), des souverainistes, des républicains-souverainistes, des écologistes ne confondant pas le vert et le rouge, des chrétiens, des musulmans républicains, premières cibles après les chrétiens de l’islamisme, des humanistes soucieux de la transmission de notre héritage commun et des populistes de droite à même de comprendre ce qui se joue maintenant: l’époque n’est plus au Grand Bond en avant mais à la prise en compte de nos limites essentielles, qui sont la condition d’un futur commun. Un mot d’ordre: conservatisme, d’abord!

Matthieu Baumier (Figaro Vox, 15 avril 2019)

Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel