Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plus un geste, vous êtes démasqués !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur Huyghe.fr et consacré à la vision complotiste développé par le président de la République pour expliquer ses déboires avec l'opinion (affaire Benalla, Gilets jaunes,...). Spécialiste de la guerre de l'information, François-Bernard Huyghe enseigne à la Sorbonne et est l'auteur de nombreux essais sur le sujet. Avec Xavier Desmaison et Damien Liccia, François-Bernard Huyghe vient de publier Dans la tête des Gilets jaunes (VA Press, 2019).

 

Macron_Complot.jpg

Le Président contre le complot

Au moment où Mr Nunez déclare que la loi anti-casseurs est destinée à lutter contre les adorateurs de Vichy, le président de la République livre sa version du complot extrémiste des Gilets jaunes

La thèse se développe ainsi :

-Il y a « 40 ou 50.000 ultra violents qui veulent abattre les institutions ». Plus que de policers dans les manifs ?
- Le boxeur emprisonné a été manipulé : « Le boxeur, la vidéo qu'il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d'extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n'a pas les mots d'un Gitan. Il n'a pas les mots d'un boxeur gitan.». On notera au passage que le Président sait comment doit s’exprimer un boxeur ou un gitan, individus congénitalement incapables de produire des phrases articulées, et comment s’exprime un baveux bolchevik.

- Le macronisme est déplorablement inapte à la communication « La communication officielle ou celle de tous les mouvements traditionnels, elle est très peu active, très peu relayée.... Regardez, à partir de décembre, les mouvements sur Internet, ce n’est plus BFM qui est en tête, c’est Russia Today » On les plaint : mais faut-il expliquer ce phénomène par le fait que ce sont les extrêmes manipulateurs qui se font entendre ou par le fait que leur message pro Gilets jaunes convient davantage à une opinion pro Gilets jaunes. La communication, Monsieur le Président, dépend un tout petit peu du récepteur et de son interprétation. La théorie de la seringue hypodermique (celui qui est émetteur fait rentrer ce qu’il veut dans le cerveau du récepteur) est abandonnée en sciences sociales depuis les années 50.

- « La déconstruction de ce qu’est le mouvement, de ses influences, la déconstruction de ses influences extérieures, ça on l’a très peu entendu. » Mon Dieu, où sont passés les intellectuels - qui devraient naturellement dénoncer et analyser cet horrible complot - ? On ne m’avait pas fait le coup de la déconstruction depuis que j’ai quitté la fac!

- « Les structures autoritaires nous regardent en se marrant »En effet, notre naïveté est confondante : c’est bête d’être trop honnête comme cela ! Infiltrés partout. Il nous faudrait un bon équivalent contemporain de Joseph Mccarthy pour dresser des listes.

- Ce mouvement est artificiel « Dans l’affaire Benalla, comme Gilets jaunes, la fachosphère, la gauchosphère et la russosphère représentent plus de 90% du mouvement sur Internet ». Notons d’abord que cette ultra-puissance des bots et des manipulateurs pour faire monter l’indignation ou la reprise de thèmes sur les réseaux sociaux est une légende dont la fausseté a été démontrée. Pour l’affaire Benalla par une étude de D. Liccia démontant la légende de bots faisant artificiellement monter la passion pour le scandale. Quant à d’éventuelles interférences dans la montée des Gilets, nous renvoyons à notre livre Dans la tête des gilets jaunes Affirmation purement arbitraire et recours à la causalité diabolique pour expliquer des phénomènes qui vous échappent (mais pourquoi diable les gens sont-ils choqués par l’affaire Benalla et sont-ils pro Gilets jaunes, alors que moi qui suis si intelligent je pense le contraire ?). Ceci, sans nier le fait évident que les gens réputés pro Russes ou anti-système ont beaucoup plus tendance à refléter ce genre de contenu que des pro-Atlantistes convaincus ou l’électorat des quartiers qui votent Macron à près de 90%.

Tout serait donc manipulation et subversion, car sinon, pourquoi les gens protesteraient-ils? On voit bien ici s’énoncer une thèse que nous avons appelée « méta-complotiste » : les classes dirigeantes, les libéraux et les élites en général, ont tendance à ne pas comprendre que l’on puisse penser autrement qu’elles, donc elles ne peuvent pas expliquer l’opposition autrement que par la bêtise (les gens ne sont pas assez raisonnables), par la manipulation (ce sont des Russes ou des gauchos qui agissent dans l’ombre sur ces pauvres naïfs) ou par un défaut intrinsèque des médias sociaux (faciles à détourner pour un usage subversif, confirmant volontiers les opinions des analphabètes abreuvés de fake news. Bref le complotisme anti-gouvernemental des déplorables serait un complot notamment étranger. Agissant, sur le faibles, les fragiles, les frustrés. Pas les gens comme nous, quoi !

Le seul point sur lequel on accordera l’indulgence au Président, c’est lorsqu’il remarque que les médias traditionnels ont perdu leur pouvoir de sélection, de hiérarchie et d’éditorialisation. Mais le Président n’est convaincant que lorsqu’il cesse de parler de lui. Donc rarement.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 1er février 2019)

Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel