Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2017

Feu sur la désinformation... (131)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Comment Pujadas pourrit la campagne électorale
    Le présentateur du service public, David Pujadas invite François Fillon et Marine Le Pen. Dans ces 2 émissions, les candidats ont été piégés par le chef d’orchestre des émissions politiques : Face au candidat de la droite et du centre , le présentateur de France 2 invite l'écrivain, Christine Angot, connue pour être incontrôlable sur les plateaux de télévision. Face à la présidente du Front national, Pujadas s’enferme dans des polémiques stériles au lieu de parler de politique. Ici pas de fausses notes, c’est bien la partition qui sonne faux.
  • 2 : Le zapping d’I-média
    Pour Pierre Le Masson, le responsable du syndicat des journalistes de la voix du Nord, « le rôle d’un journal, c’est d’informer les gens afin qu’ils votent correctement ». Un aveu de manipulation médiatique, pour un journal subventionné par l’Etat à hauteur de 9 millions d’euros.

    Pour Jérôme Fourquet, directeur du Département opinion publique de l’institut de sondage IFOP, dans C dans l’air : « on a installé progressivement qu’il [Macron] pouvait être au second tour » de l'élection présidentielle. Lapsus révélateur ou non, c’est au moins l’illustration du cercle vertueux des médias de la finance et des sondages.

  • 3 : Starification des Macron, merci Mimi !
    Gala, Paris Match, VSD, le couple Macron fait les Unes de la presse people. La faiseuse de stars, Mimi Marchand, est aux manettes. Pour les médias, le but est de voler la présidentielle aux Français par un triptyque simple, mais efficace : pourrir, divertir, ahurir.
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Monseigneur Pontier, président de la conférence des évêques de France déclare, à Lourdes, que : « l’Islam est une réalité ancienne en France ». Pourtant la première mosquée installée sur le territoire national (la mosquée de Paris) date de 1921.
  • 5 : Le cabinet noir en pleine lumière
    Mise en examen de François Fillon, Les Républicains se défendent et accusent le cabinet noir du gouvernement d’être à l’origine des fuites. Pour les médias ce cabinet n’existe pas évoquant rumeurs et complot.
    Bobard de Matthieu Aron, directeur adjoint de la rédaction de l’Obs, qui invente sur France Inter, au micro de Patrick Cohen, la notion juridique de « présomption de culpabilité ».

                           

Écrire un commentaire