Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

julian assange

  • Quand Michel Drac analyse l'actualité... (5)

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un panorama de l'actualité des mois d'avril et mai 2019 dressé par Michel Drac.

    Penseur non-conformiste, Michel Drac est l'auteur de plusieurs essais, dont  Triangulation - Repères pour des temps incertains (Le Retour aux Sources, 2015) ou, dernièrement, Voir Macron - 8 scénarios pour un quinquennat (Le Retour aux Sources, 2018).  Il est également le co-fondateur des éditions le Retour aux Sources, qui publient notamment Piero San Giorgio , Dmitry Orlov ou Howard Kunstler.

     

                                  

    Commentaire de l'actualité par Michel Drac

    Le postérisé du mois : 1:30

    Démographie et migrations : 3:45

    Energies et matières premières : 23:30

    Actualité des technologies : 33:45

    Géopolitique de l'espace atlantique : 49:15

    Géopolitique de l'Eurasie : 1:00:15

    Géopolitique du Sud : 1:12:15

    Planète Scarface et casino global : 1:29:15

    Conjoncture et réalité de la production : 1:39:15

    Eurocrise : 1:51:45 Autres questions européennes : 2:00:45

    Régression sociale et nouvelles révoltes : 2:6:00

    Recomposition politique : 2:16:30

    Crise du sens et régression anthropologique : 2:21:15

    Annonce prochaine vidéo : 2:31:00

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Multimédia, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Un petit tour du monde de l'actualité...

    Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque l'actualité récente... Philosophe et essayiste, directeur des revues Nouvelle École et Krisis, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et Contre le libéralisme (Rocher, 2019).

    Alain de Benoist 2.jpg

     

    Alain de Benoist : « Mon petit tour du monde des actualités… »

    Il y quelque temps que Boulevard Voltaire n’a pas publié d’entretien avec vous. J’aimerais vous poser des questions rapides sur un certain nombre d’événements récents. Et, d’abord, l’incendie de Notre-Dame de Paris.

    Notre-Dame en flammes, frappée au chœur, c’est l’image même de la chrétienté d’aujourd’hui. Que dire de plus qui n’ait déjà été dit ? Je pense à Dominique Venner et je relis Péguy.

    La fin du « grand débat » et la conférence de presse d’Emmanuel Macron, qui n’a semble-t-il pas convaincu deux Français sur trois ?

    Le chef de l’État a eu tort de prendre les Français pour des mougeons (moitié moutons, moitié pigeons). Micron, démission !

    Le mouvement des gilets jaunes, dont on assure régulièrement qu’il est « en train de s’essouffler » et qu’il donne lieu à des « violences inacceptables » ?

    Un mouvement pacifique et « bon enfant » n’aurait pas obtenu le dixième de ce que les gilets jaunes ont obtenu – même si aucune de leurs revendications essentielles n’a encore été satisfaite. La violence (je ne parle pas de celle des « casseurs » professionnels) est parfois la seule façon de se faire entendre. Le 14 juillet 1789, la prise de la Bastille n’a pas non plus été une promenade de santé ! Relisez les Réflexions sur la violence de Georges Sorel. Cette violence populaire est, de toute façon, peu de choses comparée à la violence systémique des prédateurs en col blanc, des assassins de l’identité, des destructeurs d’acquis sociaux et des maîtres du profit. Quant à l’essoufflement des gilets jaunes, ce ne sera, dans le meilleur des cas, qu’une pause avant les prochaines batailles. Partout en Europe, les classes moyennes sont en voie de disparition et les peuples n’en finissent plus de subir les conséquences des politiques d’austérité. Dans notre société en forme de sablier, la richesse s’accumule en haut de plus en plus tandis que la pauvreté et la précarité augmentent régulièrement en bas. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on se dirige vers une révolte sociale généralisée.

    Le lanceur d’alerte Julian Assange livré par l’Équateur aux autorités anglaises qui l’ont déjà condamné à un an de prison, tandis que les Américains ont lancé un mandat d’arrêt contre lui ?

    Les États-Unis ont acheté Assange pour 10,2 milliards de dollars de crédits par l’intermédiaire du Fonds monétaire international (FMI). Un pays digne de ce nom aurait immédiatement donné asile au fondateur de WikiLeaks. Comme les autres obligés de la Maison-Blanche, la France s’en est, évidemment, abstenue. Elle a d’autres demandes d’asile à traiter…

    La situation qui se dégrade au Venezuela et la reconnaissance par la « communauté internationale » de Juan Guaidó comme président autoproclamé de ce pays en lieu et place de Nicolás Maduro, pourtant deux fois élu président ?

    Maduro a une belle moustache de révolutionnaire mexicain, mais il est sûr qu’il n’a ni le charisme ni les talents de Hugo Chávez. Cela dit, il est encore plus certain que les États-Unis ont fait et continuent de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour ruiner et surtout contrôler le Venezuela, pays qui dispose des plus importantes réserves d’hydrocarbures de la planète. Toute la question est de savoir si les Américains se lanceront dans une guerre pour imposer le très libéral Juan Guaidó, putschiste en costume trois-pièces qui devrait être depuis longtemps en prison. Emmanuel Macron a conseillé à Maduro de démissionner pour céder aux « pressions de la rue ». Maduro aurait pu lui répondre que, confronté depuis six mois à la colère du peuple français – tout comme le gang Bouteflika à celle du peuple algérien –, il n’a qu’à donner l’exemple lui-même.

    Les nouvelles sanctions économiques décrétées par Donald Trump, non seulement contre Caracas et Moscou, mais aussi La Havane et Téhéran ?

    Ce sont autant d’actes de guerre dirigés contre les sociétés commerciales françaises et européennes qui commerçaient en dollars avec le Venezuela, Cuba ou l’Iran, ou y ont fait des investissements, et qui sont maintenant tenues de s’aligner sur les diktats de Washington au nom de l’invraisemblable principe d’extraterritorialité du droit américain. En matière de politique étrangère, l’unilatéralisme trumpien s’avère chaque jour plus détestable.

    L’interminable feuilleton du Brexit : la Grande-Bretagne va-t-elle, ou non, sortir de l’Europe ?

    De Gaulle avait raison : pour commencer, elle n’aurait jamais dû y entrer.

    Le pape François embarrassé face au scandale des agressions pédophiles commises par des prêtres ?

    Je vais certainement vous surprendre, mais je pense qu’il n’y a pas de problème de pédophilie dans l’Église. Il y a, en revanche, un sérieux problème d’hébéphilie homosexuelle. La pédophilie se définit comme l’attirance sexuelle pour les enfants impubères, garçons ou filles. Or, plus de 80 % des agressions sexuelles mettant en cause des membres du clergé concernent des adolescents pubères, de 12 à 18 ans, et presque exclusivement des garçons. Ce sont des mineurs, pas des enfants. On n’ose pas le dire pour ne pas être taxé d’« homophobie », mais le livre de Frédéric Martel en apporte la confirmation. Dans ces conditions, mettre fin au célibat des prêtres ne favoriserait guère que le mariage gay ! Je rappellerai aussi que, contrairement à ce que l’on croit souvent, les prêtres ne prononcent pas de vœu de chasteté. Ce vœu est réservé aux moines, c’est-à-dire aux membres du clergé régulier (par opposition au clergé séculier).

    Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 6 mai 2019)

    Lien permanent Catégories : Entretiens 0 commentaire Pin it!
  • Feu sur la désinformation... (231)

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours de Nicolas Faure.

    Au sommaire :

    • 1 : Possible acte criminel ? Silence de cathédrale des médias
      L’expression du moindre doute sur le caractère accidentel sur l’incendie de Notre-Dame semble provoquer la fureur des médias. Inquiétant.
    • 2 : Le Zapping d’I-Média 
      Si France Info en est toujours à réaliser des enquêtes pour s’assurer que certaines zones de Paris sont bien en proie à l’insécurité, le constat que l’immigration extra-européenne est un handicap est réalisé partout en Europe, jusqu’en Finlande.

    • 3: Emotion totale… ou presque !
      Pour les médias, l’émoi provoqué par l’incendie de Notre-Dame a été total. Mais certains commentaires indécents sur les réseaux sociaux mettent à mal cette vision utopique.
    • 4 : Les tweets de la semaine
      Greta Thunberg pleure pour appeler à « sauver le climat » et un Cyril Hanouna recrute l’ancien rédacteur en chef des Inrocks, licencié suite à des affaires de harcèlement en marge de la « Ligue du LOL ».
    • 5 : Julian Assange arrêté : service médiatique minimum
      Face à l’arrestation inquiétante du journaliste le plus célèbre de la planète, les médias français ont décidé de rester plutôt discrets.

     

                                               

     

     

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Manipulation et influence, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Google contre WikiLeaks...

    Les éditions Ring viennent de publier un témoignage de Julian Assange intitulé Google contre WikiLeaks. Informaticien, Julian Assange est le fondateur de WikiLeaks. Menace d'une extradition aux États-Unis, où il fait l'objet de poursuites judiciaires pour espionnage, complot et conspiration générale, il vit réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres depuis juin 2012.

    Assange_Google contre Wikileaks.jpg

    " En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. 

    Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d'édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l'empereur d'Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La collision Assange/Schmidt déferlera sur le rôle, le pouvoir et le contrôle de la Toile, la " colonisation digitale " de Google, ses relations avec le gouvernement américain et ses répercussions sur la vie privée, la surveillance de masse et la liberté d'expression. Enregistré sur magnétophone, Eric Schmidt ignorait que Julian Assange ferait un jour un livre de leur confrontation. 

    Google contre WikiLeaks est l'histoire de l'affrontement entre Schmidt et Assange, et tente de répondre à cette lancinante question : qui a réellement rendu visite à Julian Assange ce jour-là ? Fascinant et inquiétant, il contient la transcription intégrale de leur face-à-face et des textes additionnels écrits par Assange pour l'occasion, offrant la meilleure source disponible sur sa vision de l'avenir de l'Internet. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Mobilisation citoyenne ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Eric Werner, cueilli dans le n°104 d'Antipresse, lettre d'information de Slobodan Despot, dont la nouvelle formule sera disponible en début d'année 2018. L'auteur s'interroge sur ces mobilisation "citoyenne" qui confinent à la chasse à l'homme organisée...

    Auteur d'un essai essentiel, L'avant-guerre civile (L'Age d'Homme, 1998 puis Xénia, 2015), Eric Werner vient de publier dernièrement Un air de guerre (Xénia, 2017).

     

    Mobilisation_harcèlement sexuel.jpg

    Mobilisation citoyenne

    En 2008, le chef de la police de sûreté d’un canton suisse déclara: «Où est la limite entre mobilisation citoyenne et chasse à l’homme? Avec le Net, cette question devient très complexe» [1].

    Où est la limite? La question est rhétorique. Ce qui est ici suggéré, c’est qu’il n’y a, en fait, pas de limite entre les deux domaines. Dénoncer son prochain sur internet (en l’occurrence de prétendus pédophiles) relève de la mobilisation citoyenne. Ce n’est, à vrai dire, pas dit explicitement. Cela ne pouvait pas l’être. Car si cela l’avait été, le policier se serait exposé à des poursuites (pour incitation publique à la violence notamment).

    Évoquant, dans un de ses derniers ouvrages, ce qu’elle appelle le «sexe d’État» (autrement dit l’ensemble des formulations visant à justifier les nouvelles intrusions de l’État dans cette branche particulière des relations interpersonnelles qu’est la sexualité), la juriste et sociologue Marcela Iacub observe: «Dans ce domaine, le droit pénal s’est ainsi permis de passer outre un grand nombre de règles propres à l’État de droit, telles que les principes de légalité, de non-rétroactivité de la loi pénale, du procès équitable, ainsi que de la proportionnalité entre les crimes et les peines. Rien ne semble suffisamment sévère pour éviter et pour punir les délits et les crimes sexuels» [2].

    Dans un autre de ses ouvrages, le même auteur relève: «Notre société a développé depuis quelques années autour de la pénalité sexuelle toute une législation d’exception dont on ne parle pas assez, et qui se trouve être une véritable machine à fabriquer de faux coupables» [3].

    La délation fait évidemment partie de ce dispositif. C’en est même une des pièces maîtresses. Un site a récemment été créé sur internet pour recueillir les dénonciations de personnes se prétendant victimes de harcèlement sexuel. Balance ton porc en est le nom. En moins d’une semaine, on aurait enregistré un million de dénonciations. Un million. La parole se libère, disent certains. D’autres dénoncent une dérive totalitaire. Où est la vérité?

    Commençons par une remarque. Si certaines personnes n’avaient pas un jour décidé de dénoncer Tariq Ramadan à la justice, aux médias, etc., ce dernier continuerait aujourd’hui encore à nous faire la leçon sur l’ensemble des chaînes de radio et de télévision aussi bien suisses que françaises, à nous expliquer ce qu’est le vice et la vertu, etc. On ne saurait donc inconditionnellement être contre les lettres de dénonciation. Elles ont parfois aussi leur utilité.

    Qui reprocherait par ailleurs à Julian Assange et à Edward Snowden d’avoir révélé au grand jour les pratiques illégales, en même temps que liberticides, de la police secrète d’État américaine? On touche ici au problème des lanceurs d’alerte. Les lanceurs d’alerte sont aussi à leur manière des dénonciateurs. Un grand nombre d’entre eux font œuvre non seulement utile mais nécessaire. Les deux qu’on vient de nommer entre autres, mais pas seulement.

    Ceci posé, on rappellera également que durant les quatre ans de la période d’occupation, en France, les autorités allemandes reçurent trois millions de lettres de dénonciation. Toutes anonymes, comme il se doit. Sur le million de dénonciations recueillies sur le site Balance ton porc au cours de la première semaine de son fonctionnement, combien étaient-elles signées? Les gens étaient au contraire invités à «poster anonymement leur témoignage». C’est une autre facette aussi de la réalité.

    Dans Le communisme comme réalité, Alexandre Zinoviev écrit: «Le mal des organes de répression n’est que le bien répandu par les citoyens eux-mêmes» [4].

    Il n’y a, en fait, pas de règle mathématique en ce domaine. Il faut juger au cas par cas, recourir à la vertu de prudence. «La prudence est une disposition, accompagnée de règle vraie, capable d’agir dans la sphère de ce qui est bon ou mauvais pour un être humain», disait Aristote [5]. La règle vraie, en la matière, devrait être par exemple de proscrire les dénonciations anonymes. Elles représentent clairement quelque chose de mauvais pour l’être humain (et pour les sociétés).

    La règle vraie devrait être aussi un retour aux principes généraux du droit, principes aujourd’hui ouvertement bafoués, comme le relève Marcela Iacub. Quand, en particulier, les gens en viennent à formuler des accusations graves (ou même moins graves), ils doivent être en mesure d’en apporter la preuve. C’est bien la moindre des choses. On dit que la production de preuves est parfois difficile. C’est vrai. Pour autant on ne devrait pas en tirer prétexte pour renverser la présomption d’innocence, comme l’exigent aujourd’hui certains activistes, à ce point obnubilés par les causes qu’ils défendent qu’ils en oublient tout le reste. Ou alors, de n’importe qui on pourrait dire n’importe quoi. On pourrait se prétendre victime d’un crime inventé de toute pièce, envoyer en prison des gens qui n’ont rien fait, etc. Tout cela, naturellement, étant instrumenté par l’ex-Etat de droit pour étendre un peu plus encore son emprise sur les individus, les terroriser, etc.

    Beaucoup disent que mieux vaut envoyer un innocent en prison que de ne pas punir un éventuel coupable. Le propre de l’État de droit est justement de ne pas sacrifier à cette logique ouvertement criminelle.

    Eric Werner (Antipresse n°104, 26 novembre 2017)

    Notes :

    1. Cité in Le Matin bleu, 31 janvier 2008, p. 2.
    2. Marcela Iacub, Par le trou de la serrure: une histoire de la pudeur publique, XIXe-XXIe siècle, Fayard, 2008, p. 246.
    3. Marcela Iacub et Patrice Maniglier, Antimanuel d’éducation sexuelle, Éditions Bréal, 2005, p. 135.
    4. Alexandre Zinoviev, Le Communisme comme réalité, Julliard/L’Age d’Homme, 1981, p. 270.
    5. Aristote, Ethique à Nicomaque, VI, 5, 1140 b 4–6.
    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • La revue de presse d'un esprit libre... (35)

    Veilleur.jpg

    La revue de presse de Pierre Bérard

    Au sommaire :

    Atlantico : les données de la démographie allemande au regard de l’immigration :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/deficit-demographique-ou-difficultes-integration-graphique-qui-resume-dilemme-allemand-face-immigration-laurent-chalard-3176002.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter

    Débat sur le modèle américain animé par Edouard Chanot (Radio Sputnik) entre Charles Gave, ancien élève de Milton Friedman, et Thibault Isabel, rédacteur-en-chef de la revue Krisis.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1355&v=F716LO3faQU

    La vente d’Alstom, « une opération de guerre économique ». Le bradage d’une grande affaire française à l’américain General Electrique et à l’allemand Siemens. Écouter l’émission de franceinfo du 26/09/2017 :

    https://www.egaliteetreconciliation.fr/La-vente-d-Alstom-une-operation-de-guerre-economique-47789.html

    Revisitant l’histoire en privilégiant le rôle de « l’État profond », Lucien Cerise nous donne ici une interprétation décapante de la révolution bolchevique de 1917 dont il sous-évalue manifestement les crimes, ce qui suffit à saisir son entretien avec des pincettes. Il explique en revanche très bien ce que sont les ressorts des sociétés libérales contemporaines :

    https://www.egaliteetreconciliation.fr/Cent-ans-apres-le-coup-d-Etat-bolchevique-47795.html

    Figaro vox publie une critique de Mathieu Bock-Côté du livre des conversations du « conservateur » Alain Finkielkraut et de la « progressiste » Elisabeth de Fontenay « En terrain miné ». Bock-Côté ne dissimule pas son parti-pris pour le premier et se livre à une bonne exploration du surmoi de la gauche fait de pirouettes rhétoriques, seules à même de les maintenir dans l’empire du Bien. À vrai dire, son choix coule de source pour les lecteurs de ce livre bancal :

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/09/26/31001-20170926ARTFIG00295-finkielkrautde-fontenay-une-amitie-polemique.php

    Extraits de la remarquable descente en flamme d’une « Histoire mondiale de la France » parue sous la direction de Patrick Boucheron par François Bousquet. Elle est parue dans la dernière livraison de la revue Éléments :

    http://blogelements.typepad.fr/blog/2017/09/histoire-mondiale-de-la-france-salauds-de-français-cochons-de-gaulois.html#more

    Julian Assange, un combattant de la liberté d’expression. Portrait tracé par l’OJIM :

    https://www.ojim.fr/portraits/julian-assange-master-hacker/?utm_source=Newsletter&utm_campaign=cdd0b5e8cd-mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_ca15a58a97-cdd0b5e8cd-71451037

    Le journalisme et les belles histoires bien racialisées quand ça arrange l'ethniquement correct. Réjouissante chronique d’Ingrid Riocreux :

    http://blog.causeur.fr/lavoixdenosmaitres/en-langage-de-journaliste-on-ne-dit-pas-quune-femme-est-noire-00602.html#ligne

    La fortune des 500 Français les plus riches a été multipliée par sept en 20 ans. La « discrimination » dont on ne parle pas :

    https://www.les-crises.fr/la-fortune-des-500-francais-les-plus-riches-multipliee-par-sept-en-20-ans-par-aubin-laratte/

     

    Soleil noir.png

     

    Enregistrer

    Lien permanent Catégories : Tour d'horizon 0 commentaire Pin it!