Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2011

Affaire Murdoch : vers la chute d'un requin des médias ?...

Nous reproduisons ci-dessous un article de Patrice de Plunkett, publié sur son blog, consacré à l'affaire Murdoch, dont l'importance est mal comprise en France. Rupert Murdoch est l'homme qui contrôle News Corporation, groupe de médias et de communication de niveau mondial implanté aux Etats-Unis , en Asie et en Europe. Ce "croisé de l'Occident et du free market" est un des piliers importants du système par sa puissance d'influence idéologique. Sa chute probable est, en tous les cas, le symptome d'une crise profonde de celui-ci, comme le souligne Philippe Grasset sur De Defensa...

 

Murdoch.jpg

 

Murdoch : le groupe francophobe... que la droite s'abstenait de critiquer

Le 2/03/2011, une note de ce blog relayait l'alerte citoyenne internationale : « Murdoch va-t-il racheter la moitié des médias britanniques ? ». Le groupe australo-anglo-américain (Newscorp.) menaçait en effet d'acheter 100 % du bouquet de TV-satellite BskyB, ce qui lui aurait permis également de s'emparer de médias italiens (via Sky Italia) et allemands (Sky Deutschland)... Quatre mois plus tard, Rupert Murdoch, empereur octogénaire de Newscorp., renonce à BskyB, et l'avenir de Newscorp. semble obscurci. Poussé par ses actionnaires, Murdoch lui-même parle de se retirer.

Que s'est-il passé ? Le scandale du crapuleux hebdo dominical anglais News of the World, 2,8 millions d'exemplaires... Propriété de News Corp., ses écoutes téléphoniques ont piraté la vie privée de plus de 4000 personnes, célébrités ou victimes d'attentats et d'accidents spectaculaires. Ces écoutes, pilotées par des détectives privés, étaient protégées par... le policier britannique chargé des enquêtes sur les écoutes illégales. « Et même par les gouvernements successifs », affirme l'acteur Hugh Grant, qui eut maille à partir avec le journal ! Coiffé par News International, branche britannique de News Corp. qui coiffait aussi le Times, le Sunday Times et le Sun, News of the World (« NoW ») était contrôlé de très près par le groupe Murdoch. Qui se trouve atteint de plein fouet par ce scandale.

Mauvais quart d'heure pour la directrice générale de News International, la rousse flamboyante Rebekah Brooks, copine sans scrupules de Tony Blair et de David Cameron !

Néanmoins Mme Brooks n'a pas présenté d'excuses aux 4000 victimes des écoutes de NoW ; elle n'en a fait qu'aux salariés de NoW, à qui elle a dit sa « tristesse ». Elle n'a pas osé parler d'atteinte à la libre entreprise ni de tyrannie des juges, mais c'était implicite.

Trouve-t-on écho de ce scandale sur les sites français de droite ?

Non. Parce que Newscorp., c'est aussi Fox News, la grande chaîne américaine de droite, qui martèle JT bidonnés et éditoriaux paranoïaques : fausses nouvelles, injures graves, diffamation démentes, complotite aiguë, soutien militant au Tea Party, et (en prime) francophobie maniaque... Sur les sites français de droite, vous ne trouviez pas de critiques envers Fox News : les amis de nos amis étant nécessairement nos amis, et les âneries du Tea Party étant le modèle de ce qu'il faudrait faire dans l'Hexagone, les grossièretés de la chaîne étaient passés sous silence.

Aujourd'hui lesdits sites continuent à se taire sur le groupe de M. Murdoch. Le scandale de feu News of the World est pourtant crapoteux sur le plan moral, et l'on imagine ce que diraient ces sites (obsessionnellement à cheval sur la morale sexuelle) si le défunt hebdo avait été de gauche...

« L'influence politique de News Corp. lui a toujours servi à protéger ses intérêts économiques », constate, dans Le Monde, un analyste londonien. Ce n'est pas une exclusivité du groupe Murdoch ; depuis que l'argent existe, les gros intérêts ont toujours cherché à se servir du politique. Il faut juste avoir l'honnêteté de le reconnaître, et ne pas faire semblant de croire aux prétextes idéologiques (?) brandis par ces intérêts.

[*] Notre blog avait reçu plusieurs messages d'insultes pour avoir osé critiquer M. Murdoch, croisé de l'Occident et du free market.

Patrice de Plunkett (Bloc-notes de Patrice de Plunkett, 15 juillet 2011)