Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2011

Aux frontières du monde...

Les éditions Jean Picollec viennent de publier Aux frontières du monde, un ouvrage de Gilbert Grellet consacré aux explorations et aux explorateurs de la fin du XIXe siècle. Gilbert Grellet, journaliste à l'AFP et membre de la société de Géographie, a dépouillé les archives complète de la revue Le tour du monde pour pouvoir mettre en scène ces dizaines d'aventuriers qui se sont jetés dans l'aventure pour repousser les frontières du monde connu par les occidentaux... 

Aux frontières du monde.gif

"L'incomparable revue française Le Tour du monde, lecture favorite de Jules Verne, a chroniqué, entre 1860 et 1914, la dernière grande période d'exploration et de conquête du globe. Un trésor historique : des centaines d'explorateurs, militaires, journalistes, aventuriers ou simples voyageurs y ont décrit leurs expéditions aux confins du monde connu. Ce furent une cinquantaine d'années passionnantes, qui s'ouvrirent par la découverte des sources du Nil (1862) et s'achevèrent avec la conquête du Pôle Sud (1911). Une époque qui fut aussi celle de la colonisation et de la " ruée " des Européens vers l'Afrique. Fourmillant d'anecdotes et d'histoires inédites, Aux frontiéres du monde retrace cette épopée de l'exploration en s'inspirant des articles du Tour du Monde, une véritable " bible " des voyages et de l'aventure. Le livre met en scène les grandes personnalités, parfois controversées, qui ont marqué cette période : Livingstone, Stanley, Brazza, Garnier, Peary, Amundsen, Scott par exemple. Mais aussi beaucoup d'autres, Français et Françaises notamment, moins connus et tout aussi intrépides : Lejean, Crevaux, Mouhot, Bonvalot, Charnay, Jane Dieulafoy, l'Autrichienne Pfeiffer ou le Belge de Gerlache. Il jette par ailleurs un regard neuf sur de multiples événements liés à cette ultime " conquête du monde " : la confrontation avec les " sauvages ", la fin de l'esclavage, le rôle des missionnaires, les pillages archéologiques, la fausse " découverte " du Pôle Nord, le martyre de l'île de Pâques, entre mille histoires. Un périple captivant, montrant que même la France a été " explorée " à cette époque."

27/07/2010

Une vie à coucher dehors...

Géographe, aventurier, journaliste, Sylvain Tesson a traversé sac au dos de nombreuses régions du monde et en a tiré de superbes récits, comme L'axe du loup ou La marche dans le ciel, ou encore de belles méditations comme dans le Petit traité sur l'immensité du monde. Mais notre homme est aussi un nouvelliste qui sait trousser de bonnes histoires à l'humour souvent un peu grinçant. Il a reçu pour ce recueil intitulé Une vie à coucher dehors et publié chez Gallimard en 2009, le prix Goncourt de la nouvelle.

Tesson Sylvain.jpg
"En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l'Egée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances. Rien ne sert à l'homme de trop s'agiter dans la toile de l'existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante."

09/06/2010

Honneur aux explorateurs !

Michel Le Bris avec ce Dictionnaire amoureux des explorateurs, publié chez Plon, rend un bel hommage à l'esprit d'aventure des Européens, à la capacité qu'ils ont eux au cours des siècles de sortir de leur cadre de vie tout en restant fidèles à eux-mêmes.

Explorateurs.jpg
"Que cherchaient-ils, ceux-là qui, au fil des siècles, se risquèrent par-delà l'horizon ? Face à l'inconnu, il est deux attitudes qui séparent ceux que l'on rassemble sous le seul nom d'explorateurs : ceux qui le traquent pour l'éradiquer, comme s'ils lui en voulaient, et devant l'obscur d'une forêt calculent déjà les stères de bois qu'ils y débiteront, et puis ceux qui s'y enfoncent dans l'espoir de s'y perdre et que "l'ailleurs" promis ne se transforme pas en un nouvel ici. On aura compris vers lesquels vont mes préférences... Voici donc quelques-uns des songe-creux, forbans, risque-tout, rêveurs de royaume, escrocs chimériques qui m'ont accompagné depuis l'enfance. Porteurs d'histoires héroïques, bouleversantes, hilarantes - comme Rob Roy MacGregor qui réussit l'exploit de descendre le canal de Suez en canoë un an avant qu'il soit ouvert. Mary Kingsley, tenante du "christianisme athlétique" qui attaquait les crocodiles à coup d'ombrelle, James Holman et Jacques Arago, assurément les plus grands voyageurs aveugles, Percy Fawcett traquant le secret des Atlantes en pleine Amazonie, ou l'immense Richard Burton, dont le rire satanique nous fascine encore..."