Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2018

À quoi rêvent les gilets jaunes ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur Huyghe.fr et consacré au mouvement des "Gilets jaunes" et à son idéologie sous-jacente. Spécialiste de la guerre de l'information, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

 

Gilets jaunes_5.jpg

 

Gilets jaunes : et la dimension idéologique ?

À quoi rêvent les gilets jaunes ?
On ne cesse de le répéter, leur mouvement souffre de trois carences : manque de chefs, manque de revendications lisibles et manque d’idées.

- Pour le manque de chefs - et en attendant qu’ils aient inventés des procédures pour désigner des porte-paroles incontestés, et résolu en quelques semaines le problème séculaire de la représentation et du mandat direct - l’argument n’est pas faux. Il est simplement amusant que ceux qui l’emploient, notamment dits à gauche, aient parfois célébré la spontanéité du printemps arabe, l’intelligence des foules, la non-hiérarchie y compris dans l’entreprise, et, pour les plus vieux, les comités de base et l’auto-organisation des masses, etc. Est-ce si terrible de ne pas avoir de César ou de tribun ? Ce n’est plus cool de décider par délibération permanente sur les réseaux sociaux ?

- Pour l’absence de revendications, il semble plutôt que c’est leur surabondance qui fait problème. Elles s’articulent autour de demandes simples. Stop d’abord : ils demandent, au-delà du prix du carburant, un relâchement de la pression fiscale pour soulager leur détresse immédiate. L’État-protecteur ensuite : loin d’ignorer que l’on ne peut à la fois diminuer les impôts et augmenter les prestations publiques, ils veulent une juste contribution et une juste protection. La troisième thématique est dégagiste : que Macron, arroseur arrosé, s’en aille, que l’on dissolve l’Assemblée, que l’on supprime éventuellement le Sénat. De la démocratie directe, ensuite, en corollaire. Dernière demande, d’ordre symbolique : être respectés, entendus, reconnus, en finir avec le mépris.
On a le droit de dire que ces demandes sont irréalistes (soit parce qu’il n’y a pas d’alternative à l’actuelle gouvernance économico-sociale, soit parce que, bon sang, le président a été élu pour cinq ans et qu’il doit appliquer son programme). Mais on ne peut dire qu’elles n’existent pas.

- Les gilets jaunes n’auraient pas d’idées ? Quand on dit cela, c’est généralement pour afficher une supériorité (ces beaufs ne comprennent rien à l’économie), ou pour leur attribuer, au contraire, des idées inavouables et odorantes, celles de l’extrême-droite. Homophobes, xénophobes, violents, pressophobes, séditieux, complotistes, chemises brunes déguisés en sans-culottes sous leurs gilets jaunes : tout y a passé.

Or il y a une cohérence dans représentations des protestataires. Si idéologie il y a, elle n’est pas sans rappeler le « qualunquismo » italien d’après-guerre (le mouvement de l’homme « quelconque »). Elle est à la fois de droite et de gauche comme ne l’était pas Macron. Mais surtout elle pose la question du peuple et de son pouvoir. Elle a remporté sa première victoire en dessinant clairement les camps. Au moins chez leurs adversaires qui se sont auto-caricaturés : camp des riches + camp des technos + professeurs de morale antifascistes de profession + bobos écolos amoureux de la planète mais pas des bouseux ; nommez un lieu commun, il a été personnifié.

La rhétorique des gilets jaunes s’articule, comme toute idéologie, autour d’une opposition. Elle a un adversaire à la fois de classe (riches profiteurs et chiens de garde, les intellectuels bobos), institutionnel (l’État qui ne remplit pas son rôle) et indirectement géopolitique (la mondialisation impitoyable aux faibles). Le tout incarné par Macron, qui combine signes personnels (style provocateur, rhétorique arrogante) et marqueurs de la superclasse. Les valeurs dont ils se réclament ? égalité et protection. Plus exactement, les gilets jaunes ont l’impression de se battre contre un triple déni de la part de la technosphère et des couches supérieures : déni de la réalité qu’ils vivent, déni de leur dignité personnelle et déni de leur rôle de représentants du peuple souverain.

La légitimité qu’ils invoquent ? le peuple comme sujet politique (démos) mais aussi la classe moyenne ou basse, (la plèbe). Quel projet politique alors ? Une nouvelle constitution, un nouveau système ? Pas clair. Certes pas d’utopie, mais une revendication démocratique : que nos représentants nous représentent authentiquement. On a le droit de juger que c’est court (mais personne ne pond des traités doctrinaux en quinze jours sur les barrages).

Surtout, les gilets jaunes (qui d’ailleurs commencent à élaborer des cahiers de doléances) ont compris l’essentiel : nous ne sommes pas encore dans la post-politique. Il y a toujours du conflit, des groupes qui s’affrontent pour faire prédominer leurs forces et leurs visions du monde et il n’y pas qu’un seul modèle politique, fixé par les règles de la mondialisation et la rationalité technique et économique... Ce n’est déjà pas si mal de nous le rappeler.

Dans tous les cas, quand vous avez des passions communes, un adversaire « historique » commun, quelques représentations et catégories explicatives communes, et une folle envie de transformer la politique (ou plus exactement ici le) politique), vous menez une lutte idéologique.
Dans ce cas, votre problème n’est pas tant de vous renforcer dans vos convictions, ni de mieux vous coordonner (ce que les gilets jaunes font assez bien en exploitant la nature égalitaire et communautaire des réseaux sociaux).
Le problème c’est de trouver des alliés, des relais dans la société civile, des formes politiques, etc. Tout commence ?

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 30 novembre 2018)

25/06/2018

Emmanuel Macron, le contre-populiste...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque la politique d'Emmanuel Macron... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

 

 

Alain de Benoist : « Contrairement aux apparences, Emmanuel Macron est un contre-populiste ! »

Voilà un an qu’Emmanuel Macron, le Président que personne n’avait vu venir, est à l’Élysée. Que sait-on, maintenant, sur lui ? Peut-on dresser un premier bilan de son action ?

Macron a eu beaucoup de chance. Mais il faut reconnaître qu’il a su forcer la chance. Il a parfaitement mesuré l’envie de « dégagisme », de renouvellement, mais aussi de « verticalité », qui montait dans l’opinion depuis des années. Instruit par l’expérience de ses prédécesseurs, dont il ne veut pas répéter les fautes, il a parfaitement compris que les vieux partis institutionnels ont fait leur temps et que le clivage droite-gauche ne veut plus dire grand-chose dès lors qu’il ne renvoie plus qu’à une « alternance unique ». C’est ce qui lui a permis de réussir là où Giscard et Rocard avaient échoué : regrouper au « centre » les libéraux de gauche et de droite acquis à la mondialisation.

Sur le plan de la personnalité, Macron est un libéral autoritaire, absolument pas un moraliste « humaniste » (il est aussi dénué de scrupules que Sarkozy, et s’il a fait appel à Jean-Michel Blanquer, c’est avant tout pour adapter l’école aux exigences de l’entreprise). « Agnostique » sur les problèmes de société, c’est un homme qui n’a pas d’amis mais seulement des conseillers techniques, qui a réussi à faire de ses ministres des employés et de sa majorité parlementaire une armée de zombies, simple reflet de son électorat. Le « macronisme », c’est Macron et rien d’autre.

Sa façon de gouverner est typique du style managérial : apparaître sympathique, ouvert et détendu, aller « au contact », favoriser par principe le « dialogue » et la « délibération », mais sans jamais dévier d’un pouce de ce qu’il a décidé par avance. En d’autres termes, parler avec tout le monde mais n’écouter personne. Main de fer et sourire commercial. C’est ainsi qu’il est arrivé à faire passer sa loi de « moralisation de la vie politique », puis la réforme du Code du travail, puis celle de la SNCF, en attendant celles de l’audiovisuel public, des retraites et de la fiscalité.

À sa manière, n’est-il pas, lui aussi, un populiste ?

Je le définirais plutôt comme un contre-populiste. Il a opéré pour la classe dominante le regroupement que les populistes tentent de réaliser à la base. Dans son vocabulaire, le clivage principal est désormais celui qui oppose les « progressistes » aux « conservateurs ». Les premiers sont tout simplement les libéraux, les seconds ceux qui restent attachés à des valeurs ou des principes que l’individualisme moderne n’a pas encore liquidés.

L’objectif qu’il s’est fixé est simple : réformer la France pour l’adapter aux exigences de la modernité libérale. Et pour ce faire, parier sur les ambitions et les initiatives individuelles des « premiers de cordée » plutôt que sur les énergies et les passions collectives. Cette volonté d’être en phase avec l’idéologie dominante est le cœur même de sa doctrine. « L’article un du macronisme, c’est l’européisme », constatait récemment Marcel Gauchet. L’idée sous-jacente est celle énoncée jadis par Margaret Thatcher : « Il n’y a pas d’alternative. »

Comme l’a écrit Paul Thibaud, « Macron considère la France de l’extérieur, à partir de l’universalisme direct où il s’est établi. » Il reconnaît, certes, à l’appartenance nationale une valeur sentimentale, mais la réduit à sa capacité d’adaptation au milieu ambiant. La France n’est pas, pour lui, le support d’une identité commune, mais une quasi-entreprise (une « start-up ») qui doit avant tout se tourner vers l’avenir et à laquelle il faut donner toutes ses chances de réussir, fût-ce au détriment des perdants, étant entendu que sa capacité à réussir implique son alignement sur les critères de Maastricht, ce qui ne peut qu’aboutir à toujours plus de précarité, de dévaluation salariale, de difficulté à vivre pour cette partie grandissante de la population qui n’appartient pas aux secteurs compétitifs insérés dans la mondialisation. D’où sa réputation justifiée de « Président des riches » – mais sans doute faudrait-il plutôt dire de « Président des gagnants ». Les nouvelles fractures politico-sociales ne peuvent donc que s’aggraver.

Quelles sont les chances de l’opposition ?

Déjà assuré d’une majorité aux ordres, Macron n’a de surcroît aucune opposition crédible face à lui, ce qui est à peu près inédit dans notre histoire. Il gouverne de manière d’autant plus autoritaire qu’il manœuvre dans un champ de ruines. À gauche, le Parti socialiste ne parvient toujours pas à se relever, tandis que La France insoumise se divise de plus en plus entre les lignes d’Alexis Corbière et de Clémentine Autain ; c’est-à-dire entre partisans d’une forme de populisme inspirée de Podemos, qui veulent « fédérer le peuple », et ceux qui veulent surtout ne pas se couper des « forces de gauche ». Mélenchon fait partie des premiers, mais il ne peut aller jusqu’au bout de sa démarche, car cela l’obligerait à un changement de cap radical à propos de l’immigration.

À droite, la concurrence des appareils de partis ruine toute tentative d’union. Certes, la porosité est plus grande à la base, mais cela reste limité au plan local. À l’échelon national, il manque une figure charismatique nouvelle, susceptible de rallier aussi bien les classes moyennes que les classes populaires, rôle que ne peuvent tenir, pour des raisons différentes, ni Marine Le Pen ni Nicolas Dupont-Aignan ni Laurent Wauquiez. Sans une telle figure, tous les efforts de la « droite hors les murs » resteront vains. Il manque aussi, et peut-être surtout, l’aggiornamento doctrinal qui permettrait à cette droite de congédier une fois pour toutes la tentation libérale qui, de pair avec l’opportunisme, pousse tant de Républicains à rejoindre les rangs macroniens au motif qu’après tout, Macron réalise ce qu’ils voulaient faire eux-mêmes depuis longtemps.

Certains espèrent que, lorsque le macronisme aura commencé à décliner, le vieux paysage politique bipolaire va renaître de ses cendres après lui. Je ne le crois pas un instant. L’élection de Macron a engagé un processus de recomposition générale sur lequel on n’est pas près de revenir. C’est en cela que réside son caractère historique.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Gauthier, 15 juin 2018)