Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2011

La grande infusion...

Nous vous servons ci-dessous une petite tasse d'infusion préparée par J.H. d'Avirac sur Polémia...

purgatif.jpg

DSK : la grande infusion

La version « infusée » du Journal de la Femme de chambre est à coup sûr plus intéressante que sa version Twitter. Nous proposons ici une petite grille d’analyse un brin iconoclaste mais en phase avec les réflexes et la versatilité de l’Homo consumens, si omniprésent dans nos comportements.

DSK : l’équivalent pour la gauche « morale » de la crise de la Vache folle pour l’élevage industriel

Beaucoup de choses ont déjà été dites ou écrites sur l’affaire DSK et son ADN généreusement dispensé ; peu d’hypothèses, en revanche, ont été formulées sur l’effet produit chez « l’électeur consommateur » dans le temps. Dans le bref espace-temps de l’effet de « sidération », les -12 points encaissés par le présumé séducteur au baromètre du Figaro Magazine et le +2 points engrangé par tel ou tel ne sont rien… Ils ne sont rien en regard de l’effet « d’infusion », ô combien plus dévastateur pour la gauche morale et révélateur à long terme.

Dans un monde où l’on consomme de la politique comme la dernière barquette micro-ondable de lentilles au petit-salé, la crise DSK est à la gauche ce que la crise de la Vache folle fut à la consommation de produits alimentaires : un électrochoc puis une révélation annonciatrice d’une mutation.

L’évasion du consommateur est la conséquence de la crise de confiance

Une fois la charge à haut voltage interrompue, nous aurons peut-être l’immense plaisir de déguster une toute nouvelle potion. Le parallèle « alimentaire » peut paraître trivial, mais il se révèle à n’en point douter pertinent car l’esprit de nos concitoyens a été formaté sur ce mode d’implantation des messages et sa désactivation peut-être tout aussi rapide et radicale que sa mobilisation. Demeureront peut-être quelques fâcheuses habitudes, mais l’évasion du consommateur est la conséquence immédiate et définitive de la rupture du contrat de confiance qui le lie à la marque.

La ménagère sait que les « grands » groupes et les « grandes » marques peuvent mentir

Retour au supermarché : les deux décennies qui viennent de s’écouler ont fait prendre conscience à la ménagère occidentale que les « grands » groupes et les « grandes » marques pouvaient mentir ; que derrière les emballages pimpants et les artifices marketing se cachaient trop souvent une recherche systématique de la marge brute à court terme ; que dans le sachet de tisane au thym et saveurs provençales pouvaient se cacher le pesticide, l’arôme artificiel, le conservateur et l’ionisation des plantes potentiellement cancérogènes.

L’infusion socialiste est du même tonneau

L’infusion socialiste « façon social-démocratie » était bien de ce tonneau : une touche de bons sentiments ; une morale apparemment inoxydable ; une bonne dose d’universalisme ; du cœur à toutes les sauces pour masquer jalousie, ambitions personnelles, absence de repères réels ou de principes et mépris rose/bobo/caviar/intello, le tout dans une crème ultradécadente où les addictions au sexe, à l’alcool et autres babioles deviennent le quotidien d’hommes pressés « aimant plaire »…

La crise du discours publicitaire

Retour au supermarché et sur l’extraordinaire mutation générée par les dernières crises alimentaires : notre ménagère de quarante ans s’est bien littéralement métamorphosée. Elle a ouvert les yeux sur un monde où désormais le progrès n’est plus synonyme de bonheur universel. Elle ne croit plus au discours publicitaire, même si ce dernier conserve subliminalement un certain impact. Elle détaille les listes d’ingrédients présentes sur les emballages. Elle veut du naturel sous label. La profusion de pseudo-labels l’oblige à un véritable parcours du combattant, parcours d’experts auquel elle se livre volontiers. Elle se méfie du « global » auquel elle préfère désormais le « local ». Elle demande un projet et une éthique d’entreprise suivis de faits concrets. Elle fonce dans l’ « équitable », le « solidaire », le « français » (cf. la dernière étude du CREDOC qui révèle que 64% des Français sont prêts à payer plus cher pour le « made in France »). On lui disait que la marque était tout, elle n’y croit plus et demande des preuves. Proposez-lui un litre de lait, elle vous demandera la carte d’identité du producteur et la photo de la vache, histoire de vérifier qu’elle n’est pas folle dingue !

La mutation de l’ « électeur-consommateur »

Voilà ainsi préfigurée la mutation de l’ « électeur-consommateur ». L’infusion magique dont il est en train de s’imprégner pourrait bien se révéler étonnamment efficace… Une sorte de purge, en somme, évacuant (définitivement ?) la naïveté, la passivité, la mise en scène inquisitoriale des bons contre les méchants ou les mal-pensants, la primauté du melting-pot métisseur sur le très suspect combat de la préservation des identités.

Tout ceci nous fabrique au bout du compte un consommateur-électeur mature, rebelle, légitimement révolté par ces donneurs de leçons vérolés, qui méprisent l’école de la vie et l’honnête citoyen.

Pour faire de cette infusion un breuvage explosif, utiliser une théière d’un nouveau genre, véritable machine à faire tomber les masques : un doigt de réinfosphère, une pincée d’humour, de la hauteur, beaucoup de hauteur, du temps, encore du temps ; éloigner les facilités de langage, les récupérations hasardeuses, les tentations du poujadisme à deux balles ; lui préférer les valeurs sûres, les idées à l’endroit, les principes, les ancrages, les origines… bref, de la finesse, de l’excellence et de l’exigence dans un monde de brutes dépressives et dégénérées. A consommer et à faire consommer sans modération car il est des potions qui soulèvent des montagnes.

J.H. d’Avirac (Polémia, 7 juin 2011)

15/06/2011

L'ère du consommateur...

Les éditions du Cerf publient cette semaine un essai de Laurent Fourquet intitulé L'ère du consommateur. Normalien et énarque, l'auteur analyse d'un point de vue catholique la société qui nous entoure... 

 

ère du consommateur.jpg

 

 

 

"Pourquoi valorisons-nous autant la « tolérance » et le « respect des différences » ? Pourquoi sommes-nous devenus incapables de nous projeter au-delà de l'instant présent ? Pourquoi vénérons-nous le corps et la sensation ? Qu'est-ce qui nous gêne dans les institutions ? À quoi sert le politiquement correct ? Pourquoi est-il désormais impoli de croire en l'absolu et de le dire, et si convenable de croire que nous sommes « libérés » ? D'où viennent les catégories de la bonne et de la mauvaise conscience qui régissent notre morale ? Qu'est-ce qui se cache derrière la haine obsessionnelle du catholicisme propre à nos modernes bien-pensants ?

Telles sont les questions auxquelles cet essai est confronté et à partir desquelles il esquisse le profil de notre époque, un profil très différent de ce qu'en disent les idéologues du temps présent : il veut montrer en effet que notre temps n'est ni un moment de joyeuse fête des sens ni un âge de lucidité désenchantée, comme on le répète partout. Au contraire, nous sommes désormais entrés dans une période de stricte orthodoxie, gouvernée par une figure nouvelle celle du Consommateur qui dicte ses valeurs, impose ses interdits et occupe chaque jour davantage notre monde et nos vies."