Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2014

Années de plomb et semelles de vent...

Les éditions des Bouquins de Synthèse nationale viennent de publier Années de plomb et semelles de vent, les mémoires corsaires de Gabriele Adinolfi. Figure marquante de la mouvance nationaliste-révolutionnaire italienne, dont il est une des têtes pensantes, Gabriele Adinolfi est l'auteur de plusieurs livres, dont trois ont déjà été traduits en français Nos belles années de plomb (L'Æncre, 2004), Pensées corsaires - Abécédaire de lutte et de victoire (Edition du Lore, 2008) et Orchestre rouge (Avatar, 2013).

 

Mémoires corsaires.jpg

" Gabriele Adinolfi est une figure incontournable du néofascisme italien. Au cours de ce qu’il est convenu d’appeler « les années de plomb », c'est-à-dire les années 70, un véritable climat insurrectionnel régnait en Italie. Le pouvoir démocrate chrétien, lié à la maffia et aux intérêts américains, était englué dans une multitude de scandales. Les terroristes communistes des Brigades rouges multipliaient les actions violentes et pour beaucoup la nostalgie de la glorieuse époque mussolinienne commençait à se faire ressentir. Afin d’éviter leur chute les pourris au pouvoir imaginèrent de fomenter des attentats meurtriers et de les mettre sur le dos des organisations nationales-révolutionnaires. Le plus spectaculaire d’entre eux fit plus de 80 morts et 200 blessés le 2 août 1980 dans la gare de Bologne.

S’en suivit une vaque de répression inouïe contre les milieux néofasciste, en particulier contre le mouvement Terza posizione qu’animait entre autres Gabriele Adinolfi. Pourtant, jamais sa culpabilité, ni l’implication de son mouvement, furent prouvées. Trente cinq ans plus tard, plus aucune charge ne pèse contre eux. Il n’empêche que pour des dizaines de militants ce fut la prison ou l’exile. Ainsi Adinolfi passa près de vingt ans dans la clandestinité à Paris. C’est ce qu’il nous relate dans ce livre captivant, bourré de rebondissement, de rencontres inattendues et d’anecdotes truculentes.

Aujourd’hui l’auteur vit à Rome, il anime l’Institut Polaris et est l’un des inspirateurs de la Casapound, le mouvement qui se revendique fièrement du fascisme du XXIe siècle. Gabriele Adinolfi a gardé de nombreux contacts en France où il revient régulièrement. Ce livre est aussi une galerie de portraits des militants et responsables nationalistes français qu’il rencontra au cours de sa longue cavale. "

05/10/2013

Orchestre rouge...

Les éditions Avatar viennent de publier Orchestre rouge, un essai de Gabriele Adinolfi, préfacé par Michel Drac, consacré au terrorisme des années de plomb en Italie et à ceux qui l'ont manipulé. Ancien dirigeant du mouvement nationaliste-révolutionnaire Terza Positione dans les années 70, il a été obligé de s'exiler en France pendant plus de dix ans. Depuis son retour en Italie, il est l'inspirateur du mouvement Casapound. Il est l'auteur également de plusieurs livres, dont deux ont déjà été traduits en français Nos belles années de plomb (L'Æncre, 2004) et Pensées corsaires - Abécédaire de lutte et de victoire (Edition du Lore, 2008).

 

orchestre_rouge.jpg

 

" Presque dix ans après Nos belles années de plomb, Gabriele Adinolfi, figure historique de la droite radicale italienne, revient sur cette tragique période qui a secoué son pays, avec un ouvrage choc longuement mûri qui intègre les apports de nombreux travaux ayant vu le jour depuis lors et constitue un gros pavé dans la mare du politiquement correct et des mensonges de l’historiographie officielle.

Comme l’écrit Michel Drac, dans un extrait de sa préface :

« Et notre nouveau Münchhausen (…) de décrire minutieusement le travail des services de renseignement, et des réseaux divers qu’ils actionnent. Et de remonter encore, derrière eux, aux forces qui les commandent, et qu’il nomme précisément, dans le cadre précis des années de plomb italiennes : la Commission Trilatérale, en guerre pour imposer sa vision du globalisme à d’autres forces oligarchiques transnationales, le cœur des réseaux maçonniques en Italie, et, dans le rôle d’un pôle associé mais néanmoins capable de définir des lignes d’interdiction aux autres pôles, le gouvernement et les sponsors internationaux de l’Etat d’Israël.

Les enseignements de cette enquête sur l’Italie des années de plomb doivent être intégrés en France. (…) [Ils] doivent être intégrés sous l’angle technique, organisationnel et théorique.

La situation qui est en train de se créer en France est en effet dans une certaine mesure isomorphe à celle qui existait, mutatis mutandis, dans l’Italie des années de plomb ». "

15/02/2011

L'affaire Aldo Moro...

Les jeunes éditions Vendémiaire viennent de publier Une longue saison de douleur et de mort, ouvrage de Philippe Foro consacré à l'affaire Aldo Moro. L'auteur, professeur d'histoire à l'université de Toulouse et spécialiste de l'Italie contemporaine, revient sur l'enlèvement et l'assassinat, en 1978, du président de la Démocratie Chrétienne, trou noir historique dans les très sombres "années de plomb". Au terme de son exposé, l'auteur n'hésite pas à citer parmi les instigateurs probables de ce crime politique le Mossad israélien et la CIA. Passionnant...

 

affaire Aldo Moro.jpg

"Sur l'un des scandales politiques les plus retentissants de la fin du XXe siècle, un récit au jour le jour, vif et très informé, nourri par les témoignages des brigadistes, la correspondance de Moro et les notes des différents protagonistes politiques.
Le 16 mars 1978, via Fani, à Rome, le président de la Démocratie chrétienne Aldo Moro est brutalement enlevé par un commando armé, et les cinq hommes de son escorte tués. Au coeur de ces années de plomb qui voient se succéder en Italie attentats d'extrême droite et d'extrême gauche, dans un climat de désordre et de guerre civile sans précédent, la revendication de cet acte de terrorisme est rapide : il est le fait des brigades rouges, trois hommes et une femme, qui pendant 55 jours retiendront l'homme d'État séquestré dans un appartement du centre ville. L'affaire va bouleverser le pays, et le monde. Aujourd'hui encore, l'historien se trouve confronté, à chaque page de ce volumineux dossier, à d'inquiétantes zones d'ombres. Services secrets de l'Est et de l'Ouest, organisations mafieuses, loges maçonniques, adversaires et compagnons politiques... Au fond, qui avait intérêt à la disparition d'Aldo Moro ?"

Aldo Moro.jpg

 

01/12/2010

Les années de plomb...

Sorti au cinéma en Italie en 2009, La Prima Linea, film de Renato De Maria, est diffusé en France en DVD par Diaphana. Nous reproduisons ici l'article que la revue Eléments lui a concacré sous la plume de Michel Marmin

affiche-la-prima-linea.jpg

 

Les années de plomb

Les années de plomb sont à la mode. De La bande à Baader d'Uli Edel (2008) à Carlos d'Olivier Assayas (2010), une espèce de nostalgie s'est emparée des cinéastes pour une époque où la révolution paraissait encore possible. Scrupuleusement réalisés et psychologiquement assez fouillés, ces deux films avaient tout de même pour inconvénient majeur d'être pratiquement dépourvus de point de vue politique et moral, et de se borner à la relation, d'ailleurs brillante, des faits. C'est tout autre chose que nous proposait le cinéaste italien Renato De Maria avec La Prima Linea (2009). Le titre est le nom d'un groupuscule italien encore plus radical que les Brigades rouges, qui s'est notamment illustré avec l'assassinat en 1979 d'Emilio Alessandrini, un juge particulièrement respecté, et par une évasion spectaculaire. Aussi animé que la Bande à Baader, mais moins strictement anecdotique, ce film se présente, à travers son principal personnage (auteur de l'autobiographie d'où est tiré le scénario), comme un examen de conscience rétrospectif, et cet examen est sans concession. Ce que montre en effet Renato De Maria dans Prima Linea, c'est l'engrenage qui fait basculer l'engagement «pour l'humanité » dans l'«inhumanité », le franchissement d'une ligne rouge. Il s'agit probablement là du film le plus important qu'ait inspiré le terrorisme européen, car il allie l'intelligence psychologique à une réflexion historique d'une rare rigueur: intériorisant en Quelque sorte l'événement, il met en évidence l'impasse à laquelle conduit la tentation de substituer la «vérité» de l'idéologie à la vérité du réel, sans pour autant contester la beauté tragique qui en résulte. la lucidité rétrospective n'implique pas nécessairement le reniement ; ce serait misérable.

Michel Marmin (Eléments n°139, octobre-décembre 2010)

la-prima-linea-de-renato-de-maria.jpg

15/04/2010

L'Italie des années de plomb...

Les années de plomb, ce sont ces années, de 1967 à 1983, qui ont vu la jeunesse italienne, ou au moins sa part la plus active, rentrer en guerre civile : combats de rue entre Rouges et Noirs, lutte armée contre l'appareil d'état, des milliers d'attentats, des centaines de morts dans des agressions politiques, mais aussi des manipulations , des complots, des soldats perdus du terrorisme et des officines servant des intérêts occultes...

Auncun ouvrage français n'avait encore abordé globalement cette période cruciale de l'histoire italienne récente. C'est donc tout l'intérêt de l'ouvrage dirigé par Marc Lazare et Marie-Anne Matard-Bonucci, L'Italie des années de plomb, publié aux éditions Autrement, que de nous proposer un panorama assez complet de cette période.

Italie des années de plomb.jpg
"L’ambition ici est de faire une histoire des années de plomb en Italie. S’il existe des témoignages d’acteurs de la période ou des ouvrages de journalistes, jusqu’ici, aucun livre d’histoire de référence sur le sujet n’est paru en France comme en Italie. Pour cela deux historiens français de renom, fins connaisseurs de l’Italie ont été sollicités et ont rassemblé les meilleurs spécialistes italiens et français afin que ce livre soit une pierre apportée au vaste chantier historiographique et mémoriel de l’Italie des années de plomb. En Italie, la période dite des années de plomb (concentrée sur les années 1970) est un objet d’histoire encore difficile à élaborer, une source d’incessants conflits mémoriels et un sujet récurrent de préoccupations quant à la perpétuation du terrorisme. La forte résilience de ce véritable traumatisme du passé explique que celui-ci continue de constituer une part du présent de ce pays. Ce livre réunit des historiens, des politistes, des sociologues, des juristes italiens et français décidés à se confronter à tous ces questionnements, à passer au crible les analyses émises jusqu’à ce jour, à revisiter les chronologies concurrentes, à faire la part entre événements et mythes fondateurs, à explorer de nouveaux fonds documentaires et d’archives et à ouvrir de nouvelles pistes de recherche. Des témoins et italiens ont aussi été sollicités, afin que leurs points de vue nourrissent la réflexion. Quatre angles d’analyse ont été privilégiés :
- Saisir les raisons et les usages de la violence en la restituant dans son contexte et en examinant les formes qu’elle a empruntées jusqu’à celle de la lutte armée.
- Penser et conceptualiser les années de plomb en étudiant aussi bien les propos de ceux qui en été les protagonistes que les analyses d’autres personnes, chercheurs, responsables politiques, journalistes, etc.
- Étudier les innombrables représentations de cette époque qu’elles passent par les photographies, les médias, la production culturelle ou la création artistique, toutes participant aussi à forger notre manière de la considérer et de l’appréhender.
- Enfin, esquisser une comparaison entre les perceptions française et italienne des années de plomb afin de contribuer à dissiper les quiproquos, les malentendus et polémiques entre ces deux pays, en particulier grâce à une reconstitution tout à fait originale et inédite de la fameuse « doctrine Mitterrand » à l’origine de tant de controverses."