Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

olivier maulin - Page 6

  • Profitez des lumières du ciel ! ...

    Nous vous signalons la réédition en collection de poche du roman d'Olivier Maulin, Les lumières du ciel, initialement publié en octobre 2011. Païen, anar de droite, anti-moderne, Olivier Maulin est l'auteur de trois romans particulièrement réjouissants, En attendant le roi du monde (L'esprit des péninsules, 2006), Les évangiles du lac (L'esprit des péninsules, 2008) et Petit monarque et catacombes (L'esprit des péninsules, 2009), ainsi que d'un polar politique bien ficelé et percutant...

    Nous reproduisons, à cette occasion, l'entretien qu'il avait donné à Novopress lors de la sortie de ce roman.

     

    lumières du ciel poche.jpg

     

    Rencontre avec Olivier Maulin

    Novopress : Olivier Maulin, votre nouveau roman s’intitule « Les lumières du ciel », ce titre signifie-t-il que vous cherchez, par votre écriture, à rallumer les étoiles que les rationalistes, les matérialistes et les laïcistes pensaient avoir définitivement éteintes au début du siècle ?
     
    Olivier Maulin : “Nous avons éteint dans le ciel des lumières qu’on ne rallumera plus” clamait en effet fièrement René Viviani à la Chambre des députés en 1906. On croyait alors que l’homme serait plus heureux dans une humanité scientifiquement organisée, sans espérance spirituelle, avec pour seul désir celui de combler les attentes matérielles de l’existence, ce qui est la plus belle illusion des deux ou trois derniers siècles d’histoire, illusion dont on n’est évidemment pas sorti. Qui sait pourtant si tout ça ne va pas exploser dans les prochaines années ? Bientôt, il n’y aura plus I-pod, ni télé-aux-coins-carrés, ni cellules psychologiques, ni rien du tout, rien que des hommes tout nus, tout désarmés. Le projet de ce livre a été, dans un premier temps, d’explorer ce monde “sans lumières”, de montrer comment on vivait sous un ciel vide. Et puis j’ai très vite rencontré des petites lumières que Viviani et sa clique d’enténébrés avaient oublié d’éteindre et j’ai soufflé dessus pour les rallumer. En un sens mon livre est un manifeste antilibéral !
     
    Novopress : Si l’on présente votre nouveau roman comme une sorte de « révolte contre le monde moderne » chez les bras cassés, une épopée chaotique à la poursuite de l’étoile polaire en compagnie des laissés pour compte de la Star Academy ou comme un « road-book » écolo-anarchiste invitant à la rupture avec la déshumanisation du règne de la technique, cela vous parait-il assez fidèle à l’esprit du roman ?
     
    Olivier Maulin : On peut le dire comme ça. Il est vrai qu’il s’agit probablement de mon livre le plus “anarchiste”, encore faut-il s’entendre sur le mot. Quand je dis anarchiste, je ne me réfère évidemment pas aux rats en noir de la CNT qui sortent à la pleine lune pour tout casser et qui ne sont finalement que des nihilistes revanchards. Pour moi, l’anarchisme, c’est un sentiment très médiéval, qui peut du reste coexister avec une fidélité royale. C’est ce que porte dans son cœur l’artisan, le paysan, le curé de campagne, le chevalier sans fortune, le petit peuple de France. Pris dans l’horreur de la révolution industrielle, ce petit peuple a compris très tôt les implications ultimes du nouveau système économique qui exigeait d’abolir tout ce qui entravait l’action des individus dans la libre poursuite de leur intérêt bien compris. Le capitalisme originel porte en lui la destruction de la famille, des coutumes et des mœurs léguées par l’histoire. Il est une révolution permanente, c’est ce que refusent de comprendre certains anticapitalistes de gauche qui l’associent à l’esprit conservateur, voire à la Réaction, ce qui est aberrant. D’une manière générale, je crois que la ligne de crête aujourd’hui se situe entre libéraux et antilibéraux, entre ceux à qui profitent le système et ceux qui en souffrent, entre les élites et le peuple pour aller vite. A nous de nous inspirer de toutes les pensées antilibérales, à l’exclusion de celles qui ont mené au totalitarisme (et qui du reste sortent généralement de la même “matrice” libérale), que ces pensées soient d’origine anarchiste, socialiste, populiste ou réactionnaire à proprement parler. Il faut retrouver l’âme du petit peuple de France.
     
    Novopress : Vous semblez avoir une appétence particulière pour les « bras cassés », les ratés sympathiques, les incompétents lunaires, les simplets poétiques…. Voilà un goût qui n’est pas très à la mode dans la France sarkozyste du « travailler plus pour gagner plus…»
     
    Olivier Maulin : En effet, j’aime réhabiliter les disgracieux, les tordus, les mal-foutus, les fainéants, ceux dont la seule présence physique est une insulte faite à la médecine moderne et à l’organisation rationnelle de la société ! Je trouve qu’ils ont des choses passionnantes à dire. Et puis il y a toujours une dimension carnavalesque dans mes livres. La France d’aujourd’hui étant un grand carnaval triste et permanent (avec des ministres lisant Zadig et Voltaire), lorsque l’on organise un contre-carnaval là-dedans, on retombe forcément sur ses pieds. Les fous deviennent sages, les débiles, intelligents, les disgracieux, gracieux. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire.
     
    Novopress : Tous vos ouvrages sont des récits de tentatives d’évasion hors de la modernité. Olivier Maulin, notre époque contemporaine, que vous a-t-elle faite ? Que lui reprochez-vous ? Pourquoi la « détestez-vous » autant ?
     
    Olivier Maulin : Mais je ne la déteste pas ! Je lui trouve même certains attraits, comme on peut en trouver à une vieille pute éclairée au néon. Les périodes de déliquescence sont des périodes fascinantes, il n’y a qu’à lire les polars américains ou même Henry Miller. D’ailleurs, les années à venir vont probablement être très excitantes, et promettent peut-être quelques beaux livres. Ceci étant, il est vrai que nous vivons probablement l’époque la plus sinistre, la plus vulgaire, la plus idiote et la plus liberticide de l’histoire. Ce que je reproche à notre société ? De vouloir crever dans la honte, de tirer de cette unique volonté sa légitimité morale et d’emmerder ceux qui veulent encore vivre.
     
    Novopress : L’une des originalités de votre dernier ouvrage par rapport aux précédents où les issues à la modernité étaient plutôt d’ordre onirique, poétique ou “dyonisiaques”, cette fois vous évoquez une voie pratique et concrète : le « retour à la terre » et la « néo-paysannerie ». Vous croyez véritablement à ce genre de démarches comme réponse possible à la crise économique, civilisationnelle et humaine que nous traversons ?
     
    Olivier Maulin : Jusqu’à présent, les « retours à la campagne », genre mouvement hippie, ont tous été très idéologiques, sans grande chance de succès. Il fallait forcément qu’il y ait des normes imposées, mettre les femmes en commun, se droguer, vivre en communauté, etc. toutes choses finalement tellement artificielles qu’elles s’achevaient en eau de boudin. Mais aujourd’hui, c’est un peu différent, on a un système qui s’effondre sous nos yeux et, fait unique dans l’histoire, on n’a rien pour le remplacer ! Si dans quelques années, il n’y a plus d’Etat, plus de sécurité, plus de prestations sociales, plus de travail et plus rien à bouffer, il me paraît évident que les gens vont se réfugier là où ils pourront cultiver un potager, nourrir trois poules, élever leurs enfants et les défendre avec un bon fusil. Il n’y aura alors aucune idéologie, ce sera de la simple survie : essayez donc de cultiver un potager rue Lafayette ! Les cartes alors seront rebattues. Deux fermes qui font une alliance, c’est le début d’un nouvel âge féodal.
     
    Novopress : Votre ouvrage déborde d’ironie et d’humour mais n’hésite pas pour autant à évoquer des problèmes graves tels que l’immigration, le nihilisme consumériste ou les dérives d’une vieillesse soixanthuitarde qui refuse son âge et la sagesse qui devrait l’accompagner… Pensez-vous que l’on puisse encore rire de tout ?
     
    Olivier Maulin : On peut rire d’absolument tout, et avec tout le monde par-dessus le marché ! L’humour, quand on sait le manier, est une arme absolument formidable. Sans elle, vu l’état des mœurs, je serais probablement devant la 17e chambre correctionnelle de Paris, comme un cave, avec des vieux juges gaga qui me taperaient sur les doigts…
     
    Olivier Maulin (Novopress, 2011)
    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Le goût et la vitesse...

    Nous reproduisons ci-dessous un excellent point de vue de Romaric Sangars, cueilli sur Causeur et consacré à la question du goût. Romaric Sangars anime avec Olivier Maulin le Cercle cosaque qui se réunit une fois par mois à Paris.

     

    Romy Schneider.jpg

     

    Le goût et la vitesse

    Le mois dernier se déroula, paraît-il, la « semaine du goût ». Au delà du fait que ce genre d’éphémérides modernes a quelque chose de ridicule et que celle-ci me semble ignominieusement discriminatoire à l’encontre des quatre sens restants, cet événement exprime néanmoins un fait pertinent : c’est que notre époque finit par réaliser qu’elle a tout affadi. Et pas seulement la saveur des pêches, laquelle n’est qu’un symptôme parmi d’autres, mais des sentiments les plus élevés jusqu’aux sensations les plus simples. Ainsi l’homme contemporain fait-il souvent songer à un patient en post-coma amnésique auquel il faut rapprendre chaque évidence.

    Même si la saveur d’une pêche n’est qu’un détail d’un problème infiniment plus ample, les choses concrètes, aussi triviales soient-elles, sont toujours le signe de réalités profondes. Si nous avons perdu le sens du goût véritable, c’est que nos palais ont d’abord été gavés de merde. Et s’ils ont été gavés de merde, c’est tant pour des raisons de gauche – égalitarisme -, que de droite – capitalisme -, c’est parce qu’on a voulu que tout le monde puisse toujours, à moindre frais et sans effort et au bénéfice de grandes entreprises : bouffer des pêches. Résultat : les pêches n’ont plus de goût.

    Ce sur quoi je veux insister, c’est que l’absolue disponibilité de tout pour tous est un fantasme mortifère, parce qu’on abroge les choses au passage. Derrière chaque organe physique, il y a un organe intérieur, et ce qui donne du goût aux choses, c’est leur sens. Or le sens est une question de trajectoire. Un verbe entre le sujet et l’objet qui permet de former une phrase. La dictature de l’immédiat (induite par la consommation de masse) éliminant tout élan, tout effort et tout lien entre le sujet et l’objet, abolit la substance même de l’objet. Or substance, sens, saveur : c’est tout un. Le sujet nourri de telle sorte finit quant à lui – ne serait-ce que mentalement -, impotent, obèse et vide.

    Ce qui fait sens, c’est l’histoire qu’écrit une rencontre entre le sujet et l’objet. Ce peut-être, par exemple, la rencontre amoureuse, et le succès des « sites de rencontres » préfigure simplement un autre affadissement radical  Ce peut-être, encore une fois, le goût de la pêche. Le sens de ce dernier relève de son territoire d’origine, la personne l’ayant vue mûrir, toute l’atmosphère saisonnière à laquelle elle appartient, le respect du cycle, l’envie véritable et non le caprice indécis du consommateur inondé par un raz-de-marée de propositions.

    « I want it all and I want it now ! », ce refrain débile de Queen est le « Sieg heil ! » sucré de cette dictature de l’immédiat. On notera surtout que l’auteur d’une telle phrase ne sait ni ce qu’il veut précisément (de « tout » à « rien », il n’y a souvent pas grand chose), ni se donner les moyens de l’atteindre et souffrir la patience nécessaire pour cela.

    Remarquez que cette dictature de l’immédiat, cette passion inférieure pour la facilité, est également partagée par nos frères djihadistes, lesquels manifestent souvent le pur revers du monde occidental plutôt qu’un parti fondamentalement opposé. Leur « spiritualité » n’implique pas la belle science des derviches tourneurs ou dix ans de jeûne au désert, non, aller au Paradis est devenu pour eux aussi simple que de prendre un vol intérieur aux States.

    Ce n’est pas pour autant que je donnerai ici dans un quelconque « éloge de la lenteur ». Le goût de la vitesse me paraît infiniment respectable. Le problème ne réside pas dans la rapidité à laquelle s’effectue le parcours, le problème c’est l’abrogation de toute trajectoire.

    En attendant, je demeure partisan du coup de foudre comme de la guerre-éclair.

    Romaric Sangars (Causeur, 17 novembre 2012)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Drôle de genre...

    Vous pouvez regarder ci-dessous la bande-annonce du nouveau numéro de la revue Éléments (n°145, octobre - décembre 2012).

    A la suite de mouvements de grève chez Presstalis, la société qui détient le quasi-monopole de la distribution de la presse, la mise en place de ce numéro spécial en kiosque est perturbée, mais vous pouvez aussi le commander ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com.

     

    Lien permanent Catégories : Multimédia, Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • L'idéologie du genre contre le sexe !...

    Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°145, octobre - décembre 2012) sera en kiosque demain.

    Dans ce numéro, Pascal Esseyric et Patrick Péhèle nous proposent de revenir, avec Gabriel Matzneff, Michel Marmin, Olivier Maulin et Christian Combaz, sur l'affaire Millet et la chasse à l'homme ouverte contre lui par la police de la pensée et ses vigilants... Une affaire, au demeurant, que le numéro précédent avait parfaitement anticipée !

    On trouvera aussi un dossier sur la question du "genre", qui devrait faire date, avec notamment des contributions d'Alain de Benoist et de David L'Epée.

    Vous pouvez aussi le commander ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com.

     

    Eléments 145.jpg

    Au sommaire du N°145 d'Eléments :

    L’entretien: Myret Zaki : La fin du dollar est programmée 

    En passant par l’Algérie, par Michel Marmin

    Romans noirs, par Pierric Guittaut

    La chronique cinéma de Ludovic Maubreuil

    Une fin du monde sans importance, par Xavier Eman

    Humeurs, par Jacques Aboucaya

    Richard Millet, la chasse à l’homme, par Michel Marmin

    Le goût de la vérité, par Gabriel Matzneff

    L’affaire débute chez les Cosaques, par Olivier Maulin

    L’écrivain, ce héros, par Christian Combaz

    La vérité sur le boson, par Jean-François Gautier

    Qu’est ce que le «Backwoods»?, par Pierric Guittaut

    Christopher Lasch, par Jean de Lavaur

    Costanzo Preve, un portrait, par Yves Branca

    Débat avec Costanzo Preve, propos recueillis par Alain de Benoist

    Chômage, fléau social, par Pierre Barrucand

    Debussy, par Jean-François Gautier

    Dossier : L’idéologie du genre contre le sexe

    Drôle de genre, par Alain de Benoist

    À la recherche du genre perdu, par David L’Épée

    Pourquoi des sexes ?, par Alain de Benoist

    Vive la différence ! par Alain de Benoist

    « Facebook m’a tuer », par Xavier Eman

    A bas les hommes !, par Alain de Benoist

    La culture gay n’est pas une culture, par Pierre Gripari

    Arianna Huffington contre le MLF, propos recueillis par Jean-Claude Valla

    Muséophilie, par Laurent Schang

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Que reste-t-il de la Ve République ?...

     

    cinquième république,alain de benoist,éric branca,françois bousquet,olivier maulin,éric zemmour,patrice de plunkett,marie-france garaud

     

    Le numéro de juin 2012 de la revue Le spectacle du monde est en kiosque. 

    Le dossier est consacré à un hommage à la Ve République. On pourra y lire, notamment, des articles de Eric Branca ("Du peuple "souverain" au peuple témoin"), de Julien Thouéry ("D'une révision l'autre"), de François-Laurent Balssa ("Changer de République ou changer la démocratie"), de François Bousquet ("L'exemple suisse") et d'Alain de Benoist ("Qu'est-ce qu'une constitution ?"), ainsi que deux entretiens, l'un avec Marie-France Garaud ("Les partis ont repris le pouvoir") et l'autre avec Anne-Marie Le Pourhiet ("L'Etat et sa souveraineté se vident de plus en plus de leur substance").

    Hors dossier, on pourra aussi lire des articles d'Alain de Benoist ("Jean-Jacques Rousseau, un moderne anti-moderne") ou d'Olivier Maulin ("Pierre Benoit, romancier au long cours"). Et on retrouvera aussi  les chroniques de Patrice de Plunkett et d'Eric Zemmour ("Coup de bambou").

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Où va la Justice ?...

    Spectacle du monde 201203.jpg

     

    Le numéro de mars 2012 de la revue Le spectacle du monde est en kiosque. 

    Le dossier est consacré aux errances de la Justice. On pourra y lire, notamment, des articles de Gilles Gaetner ("Sarkozy, Président et garde des Sceaux", "Le juge indéboulonnable", "Le casse-tête de la récidive"), de Xavier Prague ("Le poison des affaires", "L'erreur judiciaire, faille de l'Amérique") et de Thomas Renteag ("Les jurés populaires en question"), ainsi qu'un entretien avec Philippe Bilger ("La magistrature est devenue une pétaudière").

    Hors dossier, on pourra aussi lire un entretien avec Christophe Bourseiller ("Nombre d'idées nouvelles ont surgi à la périphérie") et des articles de Michel Marmin ("La Grande Illusion, un émerveillement renouvelé"), d'Olivier Maulin ("Julien Blanc, tout au bout de la nuit") ou de Jérôme Leroy ("Le paradoxe Ben Laden"). Et on retrouvera aussi  les chroniques de Patrice de Plunkett et d'Eric Zemmour.

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!