Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sisyphe et le surhomme...

Les éditions R&N viennent de publier un essai de Gilbert Merlio intitulé Sisyphe et le surhomme - Les traces de Nietzsche chez Camus.  Germaniste, spécialiste de l'histoire des idées et auteur d'une thèse sur Spengler, Gilbert Merlio est notamment l'auteur de Les résistances allemandes à Hitler (Tallandier, 2003) et de Le début de la fin ? - Penser la décadence avec Oswald Spengler (PUF, 2019).

 

Merlio_Sisyphe et le surhomme.jpg

" Tout au long de son œuvre, Camus a entretenu un dialogue philosophique avec Nietzsche. Ce dialogue pose notamment, à partir du nihilisme moderne, la question d’un nouvel humanisme.
Aristocratique et largement esthétique, le «surhumanisme» de Nietzsche est un humanisme de la rupture et du dépassement, qui rejette les valeurs morales du judéo-christianisme, grégaires et stériles. Camus, lui, fonde son humanisme sur une révolte « qui dit non à ce qui transgresse les frontières de l’humain et qui dit oui à la part précieuse de lui-même ». Cette part précieuse est ce par quoi l’homme échappe à l’histoire, aux oppressions et aux crimes qui y ont cours, ce en quoi réside son humanité permanente dont il faut à tout prix respecter dans toutes circonstances la liberté et la dignité.
Analysant intelligemment les traces de Nietzsche chez Camus, Gilbert Merlio jette un éclairage nouveau sur l’œuvre et la personnalité d'Albert Camus, plus que jamais nécessaire en ces temps troublés. "

Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel