Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pass sanitaire: «La santé prime désormais sur l'ensemble des vertus traditionnelles de notre civilisation»

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Thibault Mercier cueilli sur Figaro Vox et consacré à la décision prise par les autorités gouvernementales d'étendre considérablement l'usage du passeport vaccinal.

Avocat, Thibault Mercier vient de publier, sous l'égide de l'Institut IliadeAthéna à la borne (Pierre-Guillaume de Roux, 2019).

Pass sanitaire.jpg

Pass sanitaire: «La santé prime désormais sur l'ensemble des vertus traditionnelles de notre civilisation»

Le 30 avril 2021, le Président Macron déclarait dans les colonnes du Progrès que le pass sanitaire ne serait «jamais un droit d'accès qui différencie les Français [et] ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas». Deux mois plus tard, brandissant la menace du variant indien (ou Delta pour reprendre le terme désormais imposé), c'est tout l'inverse que le chef de l'État vient de nous annoncer. Ce sont ainsi les théâtres, cinémas, restaurants, trains et tous les lieux de loisir dont l'entrée sera conditionnée à la présentation d'un laissez-passer sanitaire.

Au-delà de cet énième retournement de veste, il faut déjà pointer du doigt cette pratique inédite du pouvoir qui s'impose à nous depuis le début de la crise et qui veut que le président annonce de nouvelles restrictions sans qu'elles n'aient encore passé le filtre du Parlement ou été soumises au débat démocratique. L'exécutif a-t-il oublié que l'état d'urgence sanitaire a pris fin au 30 juin 2021 ?

S'agissant de l'extension massive du pass sanitaire annoncé cette semaine, il semblerait que le droit et les libertés n'aient plus grande valeur aux yeux de nos gouvernants. L'exécutif ne peut en effet ignorer que de nombreux juristes renommés ont démontré que ce mécanisme était illégal au vu de la disproportion des atteintes qu'il porte à nombre de nos libertés fondamentales (liberté de commerce, liberté d'aller et venir, droit au respect de la vie privée, etc). Ces considérations semblent pourtant avoir été balayées d'un revers de la main et nous assistons ainsi impuissants à la prise de pouvoir des experts et des technocrates à laquelle le gouvernement a délégué une partie de ses responsabilités.

Au-delà des atteintes graves à nos libertés, c'est également la logique même de cet outil qu'il est nécessaire de dénoncer tant ses conséquences seront délétères pour nos libertés et notre civilisation. Quel monde résultera de la généralisation d'un tel outil de contrôle ? Notons que jamais dans l'histoire du monde un gouvernement n'a pu imposer de telles restrictions à la liberté de ses citoyens aussi facilement. La technologie de l'Ancien Régime n'aurait ainsi jamais permis à Louis XIV de contrôler aussi aisément ses sujets (et l'aurait-il voulu ?).

Indifférent à la question, le gouvernement nous indique ainsi naïvement (ou cyniquement ?) que la philosophie de cet outil est de retrouver la liberté. Il nous offrirait donc la clé nous permettant de nous délier de nos chaînes. C'est pourtant oublier un peu rapidement que c'est bien cet exécutif qui a posé ces barrières et que le pass sanitaire nous en imposera d'un autre type : celles d'une société de la vigilance généralisée traçant des milliers de petites frontières internes sur notre territoire et permettant le pistage de l'ensemble des citoyens.

Ernst Jünger dans son Traité du rebelle nous mettait en garde contre cette société de la surveillance qui menait l'individu à devenir policier de lui-même, ce pass sanitaire ira encore plus loin puisqu'il nous annonce une société où chacun se fera le policier de l'autre. Les restaurateurs et autres établissements qui ne contrôleront pas le laisser passer de leurs usagers risqueront ainsi jusqu'à 45.000 euros d'amende selon l'avant-projet de loi prévu par le gouvernement. A-t-on bien pris la mesure des conséquences sur la cohésion sociale de la Nation ?

La philosophie cachée de ce laissez-passer sanitaire implique par ailleurs qu'il faudra désormais éradiquer du citoyen tout ce qu'il y a de potentiellement dangereux en lui avant de lui permettre de vivre en société. Un citoyen libre ne peut-il être qu'une personne qui apporte la preuve de sa bonne santé ? Aujourd'hui il s'agit de produire une preuve de non-contamination au Sars Cov2. S'agira-t-il demain de présenter un extrait de casier vierge avant de rentrer dans un stade de foot ? Contrôlera-t-on la température des clients à l'entrée des cinémas : une rage de dents vous interdisant alors d'aller voir le prochain blockbuster hollywoodien ?

Les thuriféraires du pass sanitaire dénoncent l'égoïsme et l'individualisme des réfractaires à cet outil qui permettrait de sauver la collectivité. Persuadé de son bon droit, le gouvernement prévoit d'ailleurs la bagatelle de 6 mois d'emprisonnement et 10 000 euros d'amende en cas de non-respect de détention de ce laissez-passer.

Il est pourtant faux de penser que la restriction des libertés individuelles permettra de préserver les libertés collectives : c'est en fait l'ensemble de nos libertés qui sont mises en péril par cette usine à gaz numérico-bureaucratique.

Car au-delà de cette opposition factice, ce pass sanitaire participe en fait d'une vision du monde «sanitairement correct» faisant primer la santé au-dessus de l'ensemble des libertés et vertus traditionnelles de notre civilisation (le courage notamment). Grâce à ce pass numérique, le gouvernement entre donc de plain-pied dans la stratégie du «Zero Covid» et voudrait, par une volonté quasi démiurgique, réussir à se débarrasser de tout ce qui pourrait causer notre mort. Cet hygiénisme poussé à outrance fait ainsi de notre société contemporaine, comme l'a montré le philosophe Jean-Claude Michéa, la première dans l'histoire qui ait entrepris de faire de la conservation de soi le premier (voire l'unique) souci de l'individu, idéal devenant alors la pierre d'angle de la nouvelle société qu'il formera avec ses semblables (L'Empire du moindre mal, 2007). On ne peut pourtant que s'interroger sur cette société du risque zéro qui pourrait bien anéantir à plus long terme l'ensemble de nos capacités de résilience en tant que Nation.

C'est donc bien une question philosophique que pose l'extension du pass sanitaire par le gouvernement qui, loin de la liberté promise, nous impose finalement un véritable pacte faustien.

Thibault Mercier (Figaro Vox, 15 juillet 2021)

Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel