Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Evola lisait Le Travailleur de Jünger...

Les éditions de La Nouvelle Librairie viennent de publier un essai de Julius Evola intitulé La Figure du Travailleur chez Ernst Jünger. Penseur essentiel du traditionalisme révolutionnaire, écrivain au style clair et puissant, Julius Evola est notamment l'auteur de Révolte contre le monde moderne (1934), Les Hommes au milieu des ruines (1953) et Chevaucher le tigre (1961).

 

Evola_La figure du Travailleur chez Ernst Jünger.jpg

 

" Dans cet essai inédit en français, Julius Evola présente et analyse l’œuvre maîtresse de la première période d’Ersnt Jünger, Le Travailleur (1932), où résonnait encore l’écho métallique des expériences du combattant de la Grande Guerre. À l’heure de la mobilisation totale, le Travailleur n’est pas le représentant d’une classe sociale ni l’ouvrier prolétarisé : c’est une « Figure », l’archétype d’un homme nouveau capable de tourner à son avantage tout ce que notre Âge de fer peut avoir de destructeur. Ce que Jünger propose aux plus lucides, aux anti-bourgeois authentiques, c’est la voie d’une ascèse, d’un héroïsme capable de les extraire de l’état de somnambulisme dans lequel l’univers de la technique et de la machine a plongé les hommes. Il entend ainsi affirmer la nécessité de la formation, avant tout intérieure, d’un nouveau type humain, davantage disposé à donner qu’à réclamer, afin de dépasser la crise qui secoue le monde moderne. Pour mieux chevaucher le tigre.

Aristocrate de la pensée, Julius Evola (1898-1974) est tout ensemble le théoricien et l’exemple d’une éthique exigeante fondée sur une référence constante à la Tradition. "

Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel