Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2018

Devenir des barbares ?...

Les éditions Le Retour aux Sources viennent de publier un nouvel essai de Jack Donovan intitulé Devenir un barbare, avec une préface de Piero San Giorgio. Américain, Jack Donovan se situe, dans son pays, à l'intersection des mouvances survivaliste, masculiniste et anarcho-droitière, mais ne se reconnait pas dans le White Nationalism. Deux de ses livres, La voie virile, et Un ciel sans aigles, sont déjà parus chez le même éditeur en 2014 et 2017.

 

Donovan_Devenir un barbare.jpg

« Un attachement à des vertus plus « sympathiques » et plus sentimentales enchaîne beaucoup d'hommes virils à une culture de la faiblesse et les motive même à la défendre, parce qu'ils considèrent à tort son abandon comme l'abandon de tout ce qui est bon et décent dans le monde. Ces hommes qui sont bons en tant qu hommes, et veulent aussi être des hommes « bons », sont exactement de la sorte de ceux dont vous vous voudriez dans votre tribu, mais ils sont exploités, trahis et pris pour des imbéciles par une culture qui méprise leurs force et courage. Tandis que « l'Empire de l'esprit d'esclave » fabrique de plus en plus de faibles qu'ils auront à protéger, leurs protégés sont ingrats, et ils deviennent les martyrs d'un idéal que ne respecte presque personne, sinon ceux qui ont servi dans leurs propres rangs. Leurs qualités tactiques sont employées non à défendre la beauté fragile, mais à répandre partout dans le monde une culture ventripotente du ressentiment, de l'avidité matérielle, de la faiblesse et de la dégénérescence hideuse. Au fur et à mesure que les menaces à la sécurité faibliront, ils seront tour à tour réprimés et leur noblesse sera gâchée à défendre les « droits » des plus pauvres et des plus faibles pour devenir aussi grotesques que possible. Ces cochons de « Bartertown », qui s'ébattent sans honte, avec exubérance, dans leur propre saleté et veulent s'entendre dire qu'ils sont formidables pour ça, sont les consommateurs parfaits pour alimenter les hauts-fourneaux à méthane de l'économie globale... » Avec ce livre, Jack Donovan nous invite à plonger dans les rouages de la masculinité mais aussi à nous organiser pour « accomplir le monde nouveau »...

Écrire un commentaire