Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2016

L'art de déplaire...

Les éditions Pierre-Guillaume de roux viennent de publier un essai de Marie Céhère intitulé Brigitte Bardot - L'art de déplaire. Jeune critique littéraire, Marie Céhère collabore à Causeur...

 

Brigitte Bardot.jpg

« Brigitte Bardot appartient à cette aristocratie de stars qui pouvait s’adonner impunément au plaisir de déplaire. Elle en fit même un art malgré elle. »  Pourquoi Brigitte Bardot dérange-t-elle autant ? Peut-être parce qu’elle refuse de se prêter aux clichés et aux raccourcis bien commodes que la presse et les fans véhiculent sur son compte. Ni icône de la libération sexuelle, ni actrice accro aux écrans et aux paillettes, celle qui fi t sensation, en 1956, à demi nue, dans Et Dieu... créa la femme, le fi lm de Roger Vadim, ignora superbement les propositions mirobolantes venues de Hollywood et mit fin à sa carrière, en 1973, sans le moindre état d’âme. Car la jeunesse et la beauté ne suffisaient pas à tout expliquer de l’énigme BB. Son corps de rêve et sa fraîcheur de femme-enfant résistèrent à toute tentative d’inventaire érotique et de récupération idéologique soufflée par Mai 68. Ses histoires d’amour, si mouvementées fussent-elles, ne tinrent jamais le langage du féminisme revanchard. Comble du comble, celle que toutes les autres femmes s’efforçaient d’imiter en tous points – vêtements, coiffure, démarche –, entama résolument sa seconde vie, les pieds dans la boue : devenue désormais porte-parole de la cause animale, Brigitte Bardot n’a jamais mâché ses mots pour dénoncer haut et fort, scandale sur scandale, quitte à casser définitivement son image. Sans doute le prince de Ligne se fût-il écrié, émerveillé, à sa vue : « Du naturel, rien que du naturel ! »

La star si « médiatiquement incorrecte » est ici réhabilitée dans sa vérité par Marie Céhère au fil de subtils décryptages et de précieuses leçons de désir.

Écrire un commentaire