Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2016

Conspirationnisme contre dévoilement dans l'affaire Clinton...

Nous reproduisons ci-dessous une excellente analyse de François-Bernard Huyghe, cueillie sur son blog Huyghe.fr et consacrée à la tentative d'étouffement par le système des révélations produites par WikiLeaks à l'encontre d'Hillary Clinton.

Wikileaks_Clinton.jpg

Conspirationnisme contre dévoilement dans l'affaire Clinton

La stratégie de la révélation - celle du lanceur d'alerte ou whistleblower consiste à diffuser auprès du public des documents confidentiels produits par une bureaucratie (une armée, un ministère, une grande entreprise), et en révéler les turpitudes. Que ce soit pour avertir d'un danger, ou pour dénoncer des crimes ou pratiques occultes de l'organisation à laquelle il appartient (mais dont il ne veut plus moralement être complice), le lanceur d'alerte fait donc appel au public et aux autorités pour mettre fin à une situation scandaleuse. Il y a eu des lanceurs d'alertes connus dès les années 70 (Ralph Nader est un des premiers à employer le terme), mais le phénomène a vraiment explosé avec les réseaux sociaux. Pour des raisons notamment techniques : plus on stocke de secrets présumés honteux dans ses ordinateurs (et une bureaucratie ratée produit forcément beaucoup d'archives), plus il y a de probabilités statistiques qu'un membre de l'organisation copie des documents et les fasse parvenir à une association ou à la presse qui lui donneront une publicité efficace.

Les cas de Manning ou de Snowden sont de parfaites illustrations de la façon dont un individu qui éprouve des scrupules peut transmettre des quantités énormes de documents authentiques pour prouver des pratiques - diplomatiques, militaires, d'espionnage...- qui vont choquer l'opinion. Wikileaks apparu en 2006 est par excellence l'organisation pratiquant la stratégie de la révélation (même si Anonymous, Cryptome, Openleaks ou d'autre on apporté une aide considérable à des dénonciateurs de pratiques cachées. En 2010, l'affaire du cablegate (des centaines de milliers de documents sur la guerre d'Irak ou la diplomatie américaine) a un impact mondial.Julien Assange le fondateur de Wikileaks le paiera cher : il est assiégé dans l'ambassade de l'Équateur à Londres depuis 2012.

Donc le whistleblowing constitue un souci constant pour Washington (et d'autres capitales). Jusqu'à présent l'administration Obama avait essayé de parer à ce danger - outre la répression qui frappera aussi Manning ou contraindra Snowden à l'exil et quelques attaques informatiques- par une rhétorique assez simple :
La dangerosité du dévoilement qui mettrait en jeu la vie de soldats ou d'agents américains ou faciliterait des actions ennemies
La dénonciation de la dictature de la transparence : l'Etat, pour protéger ses citoyens et mener ses mission, a besoin de garder certains secrets et de restreindre certaines libertés

Depuis quelques temps, l'offensive idéologique contre Wikileaks a adopté de nouveaux angles :

- L'accusation de sensationnalisme racoleur : lors des attentats de Nice, le compte Twitter de Wikileaks a posté des vidéos prises sur le vif (pour ne pas dire sur le mort) ; elles étaient particulièrement choquantes ; cela n'apporterait rien à l'information et ne peut que soulever des peurs et des passions (ce qui ne serait pas le cas des photos d'Alep, par exemple ?).
- L'accusation de complicité objective (ou subjective) avec les forces du mal (Trump et Poutine). L'été dernier, Wikileaks a publié des documents sur les biais de l'appareil du parti démocrate en faveur d'Hillary. Puis a récidivé en faisant d'autres révélations sur la correspondance de son chef de campagne Podesta et sur les mails de la candidate démocrate. On y apprend des choses ses rapports avec les grandes compagnies financières ou son opinion que les saoudiens et qataris fournissent un soutien financier et logistique aux djihadistes dont l'EI.

Du coup, le service du renseignement national (DNI) et du département de la sécurité intérieure (DHS) lancent l'accusation : la Russie tenterait d'interférer avec le processus électoral américain (et, comprend-on à demi-mot, de faire élire leur candidat vendu au Kremlin avec la complicité du traître Assange). Et les médias et élites américaines d'embaucher les trompettes.

Le tout par un remarquable raisonnement complotiste de guerre froide et qui se décompose ainsi :

1- Un hacker de l'est, Guccifer 2.0, se vante d'avoir mené l'opération de pénétration mais des experts pensent qu'il pourrait être un leurre..
2- Des sociétés de sécurité informatiques accusent des groupes de hackers russes (Fancy Bear et Cozy Bear) d'être derrière Guccifer. En tout cas, les attaques seraient perpétrées à partir de serveurs russes.
De là à penser que c'est le renseignement russe qui a mené l'opération - sophistiquée, forcément sophistiquée mais laissant forcément des traces évidentes de leur origine- pour transmettre à Assange, il n'y a qu'un pas. Franchissons-le.
3- Un ancien conseiller de Trump, Roger Stone est bien informé de ce qui se passe chez Wikileaks.
Trump a dit (en plaisantant) qu'il attendait d'autres publications de mails de Clinton. Quel aveu !
Assange qui a peut-être quelques raisons de ne pas aimer l'administration Obama, a annoncé de futures révélations sur Hillary.
4- Il y a eu des intrusions dans des bases de données électorales. De là à imaginer que des puissances occultes cherchent à fausser le décompte en faveur de leur complice... (ce qui est techniquement douteux.

Agitez tout cela dans un chapeau et cela donne : Trump, agent de Moscou et son complice Assange essaient de fausser l'élection américaine pour faire élire frauduleusement leur marionnette (qui est accessoirement un pervers sexuel comme l'on révélé des ...fuites). Donc la démocratie est en danger.

En mélangeant ainsi le vrai, le possible et les hypothèses complotistes, on réussit à la fois à démontrer
- que les adversaires (lanceurs d'alerte, Russes, trumpistes, gros imbéciles populistes qui croient les rumeurs en ligne) sont une seule et même force ennemie du vrai et du bien : il faut sauver le camp de la démocratie contre le camp des faussaires.
- que la question de savoir ce qu'il peut y avoir de vrai dans ces révélations n'a aucune importance et ne doit pas être discutée;

Nous sommes entrés dans la guerre de la crédibilité. Elle combine l'arme technique (les algorithmes qui permettent de s'approprier des informations confidentielles), l'arme cognitive de la révélation (elle fonctionne dans les deux sens : exposer des données dans un sens, diffuser une grille d'explication dans l'autre) mais aussi l'arme psychologique du soupçon : ces révélations serviraient objectivement les intérêts des ennemis des USA (Poutine), plus ceux d'Hillary Clinton (Trump), plus ceux de l'État (Assange), donc ils sont alliés et dangereux.
Belle application du principe de causalité diabolique, ou variante de la métapropagande (qui consiste à décrédibiliser tout discours favorable à l'adversaire comme truqué, manipulateur et ne pouvant tromper que des naïfs ou des salauds). Au-delà, il nous semble de plus en plus que nous rentrons dans l'ère de la guerre du réel, où les forces idéologiques ne s'affrontent plus pour interpréter le réel, mais pour décider de ce qui sera décrété réel, pensable, ou discutable. La lutte pour le pouvoir est devenue la lutte pour l'exposition des faits et la direction de l'attention des foules.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 14 octobre 2016)

Écrire un commentaire