Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2016

Le viol psychologique des peuples européens...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Julien Dir, cueilli sur Breizh infos et consacré à cet humanitarisme larmoyant et omniprésent qui impose le silence au peuple sur la question de l'invasion migratoire et qu'il convient d'affronter...

 

Humanitarisme 2.jpg

 

Migrants et humanitarisme : le viol psychologique des peuples européens

Les récentes vagues migratoires ayant touché l’Europe de plein fouet (les fameux « migrants ») ont permis d’observer la léthargie des peuples Européens face à une situation qui pourrait s’avérer dramatique dans les prochaines années.

En France, et particulièrement en Bretagne, existe-t-il encore une ville, un village, à ne pas posséder son comité de soutien aux migrants, son association caritative récoltant vêtements et fournitures pour ces nouveaux arrivants, son concert en solidarité avec les opprimés du monde entier, son projet scolaire sur le thème des migrants ?

Non. Pour la simple et bonne raison que notre éducation, nos valeurs, notre histoire aussi, font qu’il est simplement impossible de s’opposer à des initiatives dites « humanitaires ».

Qui irait en effet se plaindre et contester que l’école de ses enfants veuille venir en aide à une famille de migrants pauvres et analphabètes accueilli dans le village ?

Qui oserait réclamer l’interdiction des collectes de vêtements pour habiller les affamés de la planète qui se pressent en nombre sur le continent européen ?

Qui demanderait l’arrêt des subventions pour les organisations caritatives qui récoltent de la nourriture à la sortie des supermarchés et qui en attribuent une partie à ces mêmes populations ?

Personne. Tout du moins aucun homme possédant ne serait-ce que le minimum d’humanité nécessaire y compris aux relations humaines et sociales entre Européens.

Les associations et les réseaux à l’oeuvre pour accélérer l’immigration sur notre sol le font de la façon la plus pernicieuse qui soit. Par le viol psychologique des masses silencieuses.

Pas besoin, en effet, d’avoir une quelconque légitimité idéologique dans une commune, dans une région, dans un pays, pour pouvoir oeuvrer, de façon minoritaire, au nom de l’humanitaire.

Il suffit d’avoir le bon réseau militant. D’avoir accès à certains médias influents. Et surtout, il suffit d’apparaitre comme les bons, les gentils (ceux qui veulent aider tout le monde, ceux qui veulent faire le bien sur terre) qui se mobilisent.

Qui voudrait endosser le rôle du méchant, qui rappellerait alors que des Européens meurent de faim dans la rue, ou même chez eux , et qu’il faudrait peut être songer à faire un tri dans les priorités données à la lutte contre la misère humaine ?

Qui voudrait s’attirer les foudres de toute la bien pensance pour rappeler que par définition, le « vivre ensemble » qui existe dans nos sociétés ne peut se concevoir justement que dans un cadre fermé, ou un peuple décide souverainement avec qui il souhaite vivre et avec qui il ne souhaite pas vivre ?

Qui voudrait incarner le mal absolu, le camp de la frontière et de la discrimination, c’est à dire de la distinction entre nous et d’autres ?

Personne. Pour l’instant, car jusqu’ici, tout va encore bien …

Et c’est ainsi que dans nos villes et nos villages, fleurissent toutes sortes d’initiatives visant à assurer la promotion de l’immigration et de l’installation de nouvelles populations sur notre sol.

Sans aucun respect pour les convictions intimes de la majorité – celle qui ne s’exprime que par son bulletin de vote et non pas dans la rue, celle qui ne veut « pas de vagues » – des associations vous obligent, dans vos bibliothèques, dans vos écoles, dans vos supermarchés, sur la place de vos villages, dans vos journaux, dans votre vie quotidienne, à devoir accepter ce que vous jugez parfois dans votre for intérieur comme inacceptable.

Ces appels à la solidarité avec les migrants, ces comptes rendus de manifestation, ces chaines humanitaires se font devant vous, sous vos yeux, et vous ne pouvez rien faire.

Parce qu’ils font de l’humanitaire. Parce qu’ils sont « humains d’abord ». Parce qu’ils sont les gentils. Parce que si vous n’êtes pas d’accord avec eux, vous êtes le mal absolu, l’ennemi à abattre ; un ennemi avec lequel, au passage, ils sont prêts à être beaucoup moins humanistes et beaucoup plus discriminants car « pas de liberté pour les ennemis de la liberté ».

Bienvenue dans une société ou le viol psychologique des masses par l’humanitaire est devenu l’arme des activistes au service de l’immigration invasion.

Désormais, il nous reste un dernier choix à faire : apparaître parfois (et non pas être) comme inhumain à leurs yeux et afficher clairement, publiquement et fermement son opposition, non pas vis à vis du petit migrant innocent de 6 ans, mais envers ceux qui revendiquent et qui abusent de notre charité et surtout envers celles et ceux de notre propre peuple qui veulent à tout prix nous imposer un avenir que nous refusons pour nous et nos enfants .

Ou bien s’éteindre, dans le silence et la honte de n’avoir rien fait, rien dit, rien voulu voir. Notre humanisme et notre bonté – deux vertus que d’autres peuples ou religions qui se posent moins de questions n’ont pas envers leurs voisins – sont en train de nous tuer, de nous faire disparaître, doucement mais surement.

Messieurs, Mesdames, souriez, ils vont vous remplacer !

Julien Dir (Breizh infos, 6 mai 2016)

Les commentaires sont fermés.