Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2016

Entre barbus et bobos...

Les tragiques attentats de l'année 2015 semblent finalement avoir dessillé quelques paupières... C'est tout de même un signe des temps que Géraldine Smith, ex-rédactrice en chef d'Epok, l'ancien hebdomadaire culturel gratuit (et bien-pensant !) de la FNAC, publie Rue Jean-Pierre Timbaud - Une vie de famille entre barbus et bobos, une enquête sans concession sur l'islamisation de son ancien quartier, dans laquelle elle reconnait que « la tolérance peut être une forme masquée de démission »...

 

Barbus et bobos.jpg

" Géraldine Smith et sa famille s’installent en 1995 dans coin populaire de Paris dont la diversité sociale, ethnique et religieuse leur plaît. Les enfants fréquentent une école catholique, mitoyenne de la mosquée Omar, haut lieu de l’islam radical. Elle sympathise avec les parents de leurs copains, dont un compositeur de variétés, une agente réunionnaise des douanes, un chauffeur de taxi camerounais…
On se croise, on se parle. On croit vivre ensemble. Pourtant, la France « plurielle » manque chacun de ses rendez-vous. En haut de la rue, les barbus se taillent une enclave : des librairies intégristes évincent le petit commerce ; une organisation prosélyte recrute chez les jeunes ; les femmes n’osent plus sortir bras nus. Plus bas, la mixité n’est que de façade. Les bobos ont leurs bars, leurs boutiques, leurs dérogations à la carte scolaire.
En 2016, rue Jean-Pierre Timbaud, la convivialité a cédé la place à une cohabitation faite d’indifférence, de rancoeur et d’hostilité. Que s’est-il passé ?
Ce récit à la première personne donne à « l’échec du modèle français d’intégration » des noms et des visages, une adresse à Paris. "

Les commentaires sont fermés.