Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

georges-henri soutou

  • Tour d'horizon... (165)

    german-soldier-military-photos.jpg

    Au sommaire cette semaine :

    - sur Comes Communication, Bruno Racouchot revient sur dix ans de réflexion consacré à l'influence...

    Dix ans de réflexion sur l'influence

    Racouchot Bruno.jpg

    - sur le site de la Maison Heinrich Heine, on peut découvrir un débat entre Gilbert Merlio, Fabian Mauch, chercheur à l’Université de Stuttgart, Daniel Meyer, professeur à l’Université Paris-Est Créteil et Georges-Henri Soutou, historien, membre de l'Institut de France, modéré par Olivier Agard, professeur en études germaniques à la Faculté des lettres de la Sorbonne...

    Le début de la fin ? Penser la décadence avec Oswald Spengler

    Oswald-Spengler.jpeg

    - sur Theatrum Belli, Emile Fornaris et Marc Aubert s'intéressent au légionnaire romain sous un angle sportif et médical...

    Le légionnaire romain, cet athlète méconnu

    Armée romaine.jpg

    Lien permanent Catégories : Tour d'horizon 0 commentaire Pin it!
  • La mesure de la force...

    Les éditions Tallandier viennent de publier sous le titre La mesure de la force, le traité de stratégie de l’École de guerre rédigé par Martin Motte, Georges-Henri Soutou, Jérôme de Lespinois et Olivier Zajec. On doit notamment à Martin Motte et Georges-Henri Soutou un ouvrage consacrées aux vues de Charles Maurras sur la politique extérieure de la France, Entre la vieille Europe et la seule France : Charles Maurras, la politique extérieure et la défense nationale (Economica, 2009). Olivier Zajec est l'auteur, en particulier, de Nicholas John Spykman - L'invention de la géopolitique américaine (PUPS, 2016).

     

    Motte_Mesure de la force.jpg

    " La pensée stratégique occidentale peine à définir une ligne d’action crédible face aux « nouvelles conflictualités » : elle est écartelée entre la tentation du tout-technologique et la fascination pour les approches venues de la sociologie, de l’anthropologie, de l’ethnologie, etc. Or, la technique n’est qu’un facteur de l’équation stratégique et les sciences sociales, certes indispensables, ne sauraient se substituer aux connaissances militaires fondamentales. Ces connaissances sont au cœur du présent ouvrage. La guerre reste le « caméléon » dont parlait Clausewitz : sous des apparences toujours évolutives, son essence ne change pas. La compréhension des conflits actuels suppose de savoir décrypter les formes guerrières d’aujourd’hui d’après les principes stratégiques de toujours. Les auteurs de ce livre prolongent ici leur enseignement à l’École de guerre. Leur contact permanent avec les armées les fait bénéficier d’une information inégalée sur les évolutions stratégiques en cours – « guerres hybrides », « stratégie du flou », concurrence pour la haute mer, robotisation, militarisation de l’espace extra-atmosphérique, cyberattaques, retour du nucléaire… Leur formation d’historiens de la stratégie et des relations internationales leur permet de replacer ces évolutions dans la longue durée d’une réflexion jalonnée par les écrits de Sun Tzu, Thucydide, Xénophon, Machiavel, Napoléon, Clausewitz, Jomini, Mahan, Corbett, Foch, Douhet, Fuller, Castex, Lawrence, Liddell Hart, De Gaulle, et bien d’autres encore. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!