Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2018

Ungern, le Khan des steppes...

Les éditions des Syrtes viennent de rééditer dans leur nouvelle collection de poche le livre de Leonid Youzefovitch intitulé Le baron Ungern, Khan des steppes. Ancien officier de l’Armée rouge et docteur en histoire, Leonid Youzefovitch est également auteur de romans policiers se passant en Russie pré-révolutionnaire.

 

Youzefovitch_Le baron Ungern.jpg

Léonid Youzéfovitch présente ici le portrait d’un personnage de légende. Roman von Ungern-Sternberg, baron balte converti au bouddhisme. Général de l’armée blanche à trente-cinq ans, il est le dernier combattant à résister contre la marée révolutionnaire rouge qui submerge alors la Russie. Replié en Mongolie, il s’y taille un royaume en libérant le khutukhtu, « Dieu vivant » des Mongols, prisonnier des Chinois. C’est là que commence son règne de violence et que prend forme son rêve fou : reconstituer la horde d’or de Gengis Khan.

Personnage démesuré, être hors norme, Ungern ira ainsi au bout d’un destin aux dimensions shakespeariennes.

28/12/2013

L'empereur-océan...

Les éditions Les Humanoïdes associés ont réédité cette année la série en trois volumes d'Igor Baranko, L'Empereur-Océan, en un tome intitulé Jihad.Un style se situant quelque part entre Hugo Pratt et Enki Bilal et de nombreuses références à l'idéologie eurasianiste... A découvrir !

 

jihad-bd.jpg

" 1206 : fondateur de l'Empire Mongol, le Prince Temüdjin est reconnu comme Khan suprême et prend le titre de Chenghiz-khan (Empereur-Océan).
Adepte des destructions massives et des exterminations totales, il domine avec seulement 150 000 hommes un immense territoire qui va du Pacifique à la Caspienne.
2040 : ancien écrivain de science-fiction devenu dictateur de toutes les Russies, Ivan Apelsinov invoque l'esprit de Gengis Khan et sa Horde d'Or dans ses visées expansionnistes et son désir d'immortalité.
Mais lorsqu'un homme au pouvoir, mû par l'avidité, veut vivre éternellement, aussitôt un autre apparaît, d'une indifférence terrifiante et dont l'idéal est la mort.
C'est seulement ainsi que l'illusion du monde reste en équilibre..."