Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2010

L'anglais impérialiste mais "cool" !...

Martel Frédéric.jpg

Fréderic Martel, l'intellocrate qui monte dans les médias, est l'auteur récent de Mainstream, Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde  , un essai consacré à la mondialisation de la culture du divertissement, publié en 2010 chez Flammarion. Défenseur conséquent de la civilisation américaine, il a récemment vidé son sac dans un article du Point (8 juillet 2010) intitulé "Français, pour exister, parlez English !". Tout un programme !... On notera que Frédéric Martel était membre jusqu'en 2010 du Centre d'analyse et de prévision du Ministère des Affaires étrangères (français...), organisme sensé présenter au ministre des recommandations ou options politiques stratégiques. Voilà qui laisse perplexe...

Il n'en reste pas moins que l'hebdomadaire Marianne, en la personne du journaliste Jack Dion, a adressé une bonne réponse à cet ami des Etats-Unis.

 

L'anglais impérialiste mais « cool » !

Dans un article publié par le Point, l'essayiste Frédéric Martel s'en prend avec virulence à ce qu'il appelle « cette francophonie poussiéreuse et ringarde qu'on veut nous imposer ». Alors que la planète est envahie par une novlangue anglo-saxonne, une sorte de sous-anglais imposé par le monde du business, l'auteur de Mainstream lance un pathétique appel ainsi résumé par l'hebdomadaire: « Oui à l'impérialisme cool de l'anglais. »

L'écrivain s'explique, avec des exemples qui iront droit au cœur de ceux qui se font une certaine idée de la France, de l'Europe, et de la diversité culturelle: « La marque Monoprix est vieillotte, mais le Daily Monop, la nouvelle enseigne de Monoprix, est beaucoup plus trendy ... Le café Starbucks est plus cool, même si son café est plus mauvais que [celui du] bar français du coin ... Dans l'univers du tourisme, un trip ou même un travel, c'est mieux qu'un "voyage", et on vous vend un package, car vous ne voudriez pas d'un "paquet". »

On reconnaîtra ici la marque de fabrique intellectuelle de cette petite « élite mondialisée » vilipendée par le sociologue Zygmunt Bauman. Dans ce club très fermé, il est de bon ton de prendre Washington pour la nouvelle Sparte, de rêver d'un monde américanisé, de considérer le petit peuple comme une masse de miséreux obtus, et de voir le français comme «notre dernier bastion nationaliste» .

Du temps de l'URSS, l'enseignement du russe était obligatoire pour tous les élèves des pays de la zone d'influence soviétique. De l'autre côté du mur de Berlin, à l'époque, les intellectuels s'offusquaient d'une volonté de domination dont la pointe linguistique n'était que la partie émergée de l'iceberg. Aujourd'hui, le Français Frédéric Martel rêve d'un monde où le sabir angliciste serait devenu le russe de l'Occident. C'est le monde (impérialiste) à l'envers.

Jack Dion (Marianne, du 17 au 23 juillet 2010)