Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2018

La vérité avec garantie du gouvernement ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur son site Huyghe.fr et consacré aux dernières annonces gouvernementales concernant la lutte contre les "fausses nouvelles". Spécialiste de la guerre de l'information, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

françois-bernard huyghe, fausses nouvelles, fake news, désinformation

L’État garant de la vérité

En Indonésie, l’honnêteté de l’élection présidentielle de 2019 sera garantie par une fatwa des grands oulémas condamnant théologiquement la désinformation et une loi prévoit jusqu’à six ans de prison pour fausses nouvelle. Moins que les dix ans infligés au blogueur Ahmed Mansoor aux Émirats Unis pour fake news. Au Vietnam, dix mille employés patrouillent sur le Net pour faire la chasse aux « visions erronées ».... On voit que la vérité est en de bonnes mains.

Ce serait de l’amalgame que de rapprocher tout cela de la future loi « relative à la lutte contre la manipulation de l’information » en discussion à l’Assemblée Nationale au moment où nous écrivons. Et en même temps, cette loi apparaît dans un contexte de panique, où l’on soutient que les résultats du Brexit, de l’élection de Trump ou du referendum catalan ont été faussés par des fakes en ligne. Comme si toutes les autres élections jusqu’en 2016 avaient ignoré la démagogie, le mensonge, les ingérences idéologiques étrangères (public diplomacy disait-on pendant la guerre froide), les rumeurs sur la sexualité des politiciens et leurs comptes cachés, etc. Comme si un tweet disant que le pape soutenait Trump avait une force rhétorique supérieure à des centaines d’heures d’antenne et à des milliers de journaux qui le démentaient, en riaient et appelaient à un vote de raison. Et comme si les réseaux sociaux dont on disait au moment du printemps arabe qu’ils allaient partout instaurer la démocratie en donnant la parole au peuple, devenaient l’écosystème du mensonge contagieux et le champ de manœuvres des services secrets, russes et antilibéraux, apparemment plus efficaces qu’à l’époque où un quart de l’humanité adhérait au marxisme léninisme.

La lutte contre les fausses nouvelles (au sens de récit ou représentation d’événements imaginaires) ne peut se faire que de deux manières : en les rendant inaccessibles ou en les réfutant. La première -s’attaquer au message- se prête à de nombreuses dérives liberticides : que l’État décide ce qui est avéré ou ce qui ne l’est pas, ou a fortioti ce qui est vraisemblable ou non comme dans la présente loi, voilà qui peut gêner. D’autant que, si l’on prend des cas récents de l’affaire Cahuzac à l’affaire Théo, des affirmations d’abord jugées infondées et idéologiquement suspectes (Cahuzac est coupable, les policiers sont innocents) peuvent se trouver vérifiées quelques mois plus tard. Gare au premier « faux positif » que produira la loi.

La seconde méthode - s’en prendre à la croyance- a, au contraire, tout pour plaire a priori. L’auteur de ces lignes qui a créé un site de fact checking en 2004, ne va pas protester contre l’idée de confronter les sources, de déceler les trucages et les contradictions. Voire d’éduquer les écoliers à vérifier ce qu’ils apprennent sur les réseaux sociaux.
Simplement, il existe environ 150 dispositifs de fact-checking, certains lancés par des médias « classiques », d’autres par des ONG, certains par les Gafa. Sans oublier la vigilance des internautes eux-mêmes pour qui il n’y a rien de plus gratifiant que de découvrir une photo truquée. La probabilité qu’une fausse nouvelle (document visuel truqué, fausse déclaration, sources inventées..) survive plus d’une heure est très faible. Alors, d’où vient cette petite gêne quand, dans une conférence de presse, la ministre de la Culture annonce le lancement d’une plateforme commune de décryptage des fausses nouvelles des médias du service public ? La vérité avec garantie du gouvernement, est-ce si bonne idée ?

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 5 juin 2018)