Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2012

Le petit placard de l'homme...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier Le petit placard de l'homme, un recueil d'essais de Viivi Luik, romancière et intellectuelle estonienne. De son point de vue d'européenne de l'est, elle jette un regard lucide sur l'occident et son déficit d'âme...

Luik.jpg

"« Il est clair qu’à une époque où s’effondrent les grands systèmes politiques et idéologiques – qu’ils se nomment communisme, socialisme ou capitalisme – la littérature, l’art et la culture qui se fondaient sur ces systèmes, y puisant leurs sujets et leur énergie, perdent nécessairement leur sens et s’effondrent eux aussi. Une opposition très nette est apparue entre ce que propose la littérature et ce que le public attend d’elle en son for intérieur. Tout ce qui, au début de ce siècle, était neuf, attirant parce que vénéneux et suave, est désormais vide, décoloré, délavé, éventé et amer. Parvenue au terme de son existence, clouée à la même place, la littérature tourne sur elle-même comme frappée d’une malédiction, elle n’embrase ni n’enthousiasme plus personne. La littérature, comme l’art en général, est devenue une occupation, un travail manuel ou un hobby universitaire, la langue secrète d’un petit cercle d’initiés, un phénomène sans importance qui n’occupe plus guère de place dans l’esprit des hommes. »"

03/10/2011

Dans les pas de Richard Millet...

Les éditions Gallimard, dans leur collection le sentiment géographique, viennent de publier Eesti - Notes sur l'Estonie, de Richard Millet. On retrouve avec plaisir, dans ces carnets de voyage, les réflexions lapidaires qui font toute la force d'un de ses essais récents, Fatigue du sens (Editions Pierre-Guillaume de Roux, 2011).

richard millet,estonie,pays baltes,michaux,eesti

 

"« L’Estonie est un petit pays du nord de l’Europe.
Voilà pour l’ignorance générale, dont la mienne, il y a peu. Au mieux mettais-je l’Estonie dans le sac balte, à peine détaché du grand corps soviétique, les trois noms d’Estonie, de Lettonie, de Lituanie composant un poème perdu que seule la rime fait tenir ensemble, et encore est-ce dans un désordre qu’accroissent les anciens noms de ces provinces de la Ligue hanséatique : la Livonie, la Courlande, l’Ostrobothnie, et même la Poméranie, dont la beauté étend ces régions aux frontières du songe, sachant que l’incertitude frontalière, voire l’inexistence, fut longtemps le lots des pays dits baltes. Je m’en remets à l’absence de clichés, à la pure altérité de l’inconnu, celui-ci se donnât-il l’apparence d’une femme ».
À la manière de Michaux dans Un barbare en Asie, Richard Millet nous convie à ce périple à travers « l’Eesti » (l’Estonie, en langue estonienne), en réalité un récit de voyage intérieur et géographique, qui mêle les notations sensorielles à propos des villes telles que Tallin ou encore Tartu, des campagnes peuplées de bouleaux et de sapins aux rencontres nombreuses avec des écrivains et des musiciens locaux. Le ton est souvent ironique et le propos salubre. La méditation esthétique et politique au sens large, à défaut de devenir estonien, offre à l’auteur un miroir à sa lassitude d’être français."