Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2013

Tour d'horizon... (56)

 

Dien Bien Phu.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur Le Monde diplomatique, Régis Debray se déclare partisan d'une sortie de la France de l'OTAN. Un texte brillant, publié en mars 2013 et désormais disponible en ligne.

La France doit quitter l'OTAN

 

otan 2.jpg

 

- sur son blog, Bernard Lugan rend hommage à l'historien et africaniste Daniel Lefeuvre avec un texte consacré au coût de la colonisation de l'Algérie...

Comment la France s'est ruinée en Algérie

Colonisation.jpg

11/06/2012

Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?...

Les éditions Larousse viennent de publier, dans leur collection À dire vrai,  Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?, un essai de Daniel Lefeuvre et de Michel Renard. Professeur d'histoire contemporaine à Paris VIII, Daniel Lefeuvre est, notamment, l'auteur de Pour en finir avec la repentance coloniale (Flammarion, 2006), qui est disponible dans la collection de poche Champs ; quant à Michel Renard, il est professeur d'histoire dans le secondaire et est co-auteur de Histoire de l'Islam et des musulmans en France du Moyen-Âge à nos jours (Albin Michel, 2006).

Identité nationale.jpg

"Dans la plus ancienne nation d'Europe, l'identité nationale n'a plus la cote.

Il n'est question que "d'identité fantasmée", de "mythe national", "d'intolérance culturelle", de "xénophobie d'État". On écrit que la "nation porte la guerre en son sein comme la nuée porte l'orage", selon une fausse citation de Jaurès sur laquelle nous reviendrons. On affirme que c'est la "droite qui, depuis un siècle, a toujours privilégié le national contre une gauche rassemblée autour du social", etc.

Ceux des Français qui tiennent la notion d'identité nationale pour autre chose qu'une pathologie développeraient une ringardise du national, une obsession des origines, voire un racisme honteux. Il faudrait sacrifier toute fierté d'être Français et se défaire d'une "construction" de l'histoire de France, fruit des idéologues d'une Troisième République qui, par "bourrage de crâne patriotique", aurait envoyé au massacre des millions d'hommes, un beau soir d'août 1914.

Nous refusons cette dévaluation arbitraire de la notion d'identité nationale comme si, tout au long de l'histoire, elle n'avait eu qu'une seule signification. Nous refusons la mise en accusation, quelque peu paranoïaque, d'une prétendue machine républicaine qui ferait violence à la "France plurielle et métissée", en lui inculquant une "identité" qui ne serait pas la sienne.

Nous contestons la dévalorisation, sans examen historique, d'un héritage qui a enfanté l'humanisme de Montaigne, le rationalisme de Descartes, la résistance au fanatisme chez Voltaire, le souffle de Hugo. Mais aussi la Révolution française et la République, le courage de Gambetta, le choix absolu de la justice chez les dreyfusards, l'héroïsme des tranchées et les sacrifices de la Résistance. Avec Simone Weil, nous disons que l'amour du passé n'a rien de réactionnaire."

Table des matières

Introduction

1 - Est-il suspect de parler d'identité nationale ?

2 - La France d'avant la France

3 - Jeanne d'Arc était-elle française ?

4 – Identité française et Grande Nation

5 - Faut-il dénationaliser l'histoire de France ?

6 - L'identité nationale et les historiens

7 - L'identité nationale est-elle toujours de droite ?

8 - Peut-on être français sans parler le français ?

9 – L'immigration est-elle un danger pour l'identité nationale ?

10 – L'islam menace-t-il l'identité nationale ?   

Conclusion