Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2010

La guerre du dollar est déclarée !...

Va-t-on vers la fin du règne du la devise américaine ? L'injection dans l'économie américaine de 600 milliards de dollars, obtenus en faisant tourner la planche à billets, devrait accéler la chute inéluctable du billet vert...

dollar-devise-billet-etats-unis-monnaie.jpg

 

La guerre du dollar est déclarée

Même si la plupart des marchés financiers (actions, obligations, matières premières...) ont fêté depuis mercredi l'annonce de l'injection de 600 Mds$ supplémentaires par la Fed dans le système financier, beaucoup de pays craignent des effets secondaires négatifs pour eux...

En effet, la faiblesse du Dollar, entretenue par la création monétaire massive de la Fed, ressemble fort à de la dévaluation compétitive, même si Washington s'en défend !... De nombreuses économies exportatrices sont ici pénalisées par l'appréciation de leur monnaie, accroissant le risque de "guerre des devises" et de mesures protectionnistes.

Ainsi, côté européen, les critiques ont fusé hier depuis Paris et Berlin : le ministre allemand de l'Economie, Rainer Brüderle, a affirmé qu'il ne "voyait pas sans inquiétude" la décision de la Fed. Christine Lagarde, la ministre française de l'Economie, a regretté dans un entretien publié par le 'Wall Street Journal', que l'Euro "porte le poids" de la décision de la Fed : "Je ne suis pas en train de porter un jugement sur l'assouplissement quantitatif américain... Mais cela montre le besoin impératif de repenser le système monétaire international et les mécanismes de coopération", a-t-elle ajouté, à moins d'une semaine du sommet du G20 de Séoul. La France prendra à cette occasion la présidence tournante de cette entité, et a d'ores et déjà placé comme priorité la réorganisation du système monétaire international...

Dans les pays émergents, l'inquiétude est encore plus vive après la décision de la Fed : La Corée du Sud a fait savoir hier qu'elle cherchait activement des moyens de réduire la volatilité provenant d'afflux brutaux de liquidités. Le pays pourrait ainsi limiter l'accès des investisseurs étrangers à certains produits financiers et rétablir une taxe sur les investissements non-domestiques en obligations coréenne.

La Thaïlande a déjà choisi de créer une taxe sur les obligations courant octobre, sans réussir jusqu'à présent à stopper la poussée de son Baht. A Hong Kong, dont la monnaie est ancrée de facto au Dollar, les entrées de capitaux ont déjà entraîné une hausse de 50% des prix de l'immobilier depuis le début 2009, et le gouvernement devrait être amené à restreindre les conditions de crédit dans les prochains mois pour calmer le marché immobilier.

Au Japon, la politique expansionniste de la Banque centrale, encore confirmée aujourd'hui par la BoJ, n'a pas suffi jusqu'à présent à empêcher une flambée du Yen, qui évolue à ses plus hauts niveaux depuis 15 ans face au Dollar.

Quant aux autorités chinoises, elles n'ont pas réagi officiellement à la décision de la Fed... Les observateurs estiment qu'elles doutent des effets positifs de ces mesures sur la croissance économique, mais qu'elles sont inquiètes des conséquences d'une dépréciation du Dollar, alors que les emprunts d'Etats américains constituent une grosse partie des réserves de changes de Pékin.

Boursier.com (5 novembre 2010)