Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2015

Voltaire, une imposture au service des puissants ?...

Les éditions Kontre Kulture viennent de publier un essai de Marion Sigaut intitulé Voltaire - Une imposture au service des puissants. Historienne, Marion Sigaut est spécialiste du XVIIIe siècle et est notamment l'auteur de La Marche rouge - Les enfants perdus de l'Hôpital général (Actes sud, 2008) et de Mourir à l'ombre des lumières : l'énigme Damiens (Jacqueline Chambon, 2010).

Marion Sigaut dédicacera son livre le samedi 10 janvier 2015, à la librairie Facta, 4 rue de Clichy à Paris (9e arrondissement).

 

Voltaire.gif

" Voltaire ! Figure des Lumières qui a donné son nom à nombre de collèges, lycées, places et boulevards. Dont on fait lire des extraits, toujours les mêmes, aux jeunes gens de nos écoles, et que l’on cite, parfois à tort, sur les plateaux télé, dans les cours de récré, dans les dîners de famille. Parce que Voltaire c’est cet ami de l’humanité, ce chantre de la liberté, que l’on veut, que l’on doit mettre en avant pour légitimer la démocratie libérale marchande – ou, dirons-nous, la social-démocratie qui lui permet de perdurer – dont nous sommes prisonniers. Il est l‘un de nos geôliers, l’un des gardiens de notre prison mentale.

Alors il faut lire Voltaire, mais le lire jusqu’au bout, le lire tout entier pour le découvrir vraiment, et découvrir dans le même temps le fond de l’esprit de notre époque, son « logiciel » comme nous dirions avec un terme d’aujourd’hui, le paradigme dans lequel nous vivons ou survivons.

C’est ce qu’a fait Marion Sigaut. Elle nous livre ici, toujours citées, toujours sourcées, les pensées intimes de Voltaire, ce qu’il disait à ses amis, comment il se comportait, comment il jugeait ses contemporains ; en deux mots la face cachée et pourtant accessible à qui veut se donner la peine de lever le voile, d’un personnage flamboyant dont le masque commence à s’effriter. "