Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2016

Je sens que ça vient...

Quand les disciples du théoricien marxiste Michel Clouscard, groupés autour des éditions Delga, s'attaquent à Eric Hazan, des éditions La fabrique, à Julien Coupat et au Comité invisible, et plus généralement à l'ensemble de l'ultragauche anarcho-post-situationniste, pour dénoncer leur dérive théoriciste et leur insurrectionnalisme bien-pensant et coupé du réel, cela donne Je sens que ça vient, un court texte polémique, signé par le Comité translucide, dans lequel on pourra notamment lire une violente critique du communautarisme islamique et de l'exaltation de la diversité. A lire pour compter les points !...

 

 

Comité translucide.jpg

" « La révolution n’est pas un dîner de gala », énonçait le président Mao. Peut-être pas, mais à lire ce qu’Eric Hazan et ses pareils écrivent sur celle à venir, on a l’impression qu’elle aurait presque l’air d’une partie de plaisir. Les ouvrages qu’ils rédigent à son sujet pourraient être, à cet égard, rangés dans une bibliothèque rose d’un nouveau type, et plus du tout rouge et noire comme jadis.

Blocage de tous les flux, paralysie générale du système, le pouvoir « s’évapore » : telle est la dernière mouture stratégique en date coproduite par les forçats du concept à La Fabrique pour en finir avec le capital et l’Etat. C’est la révolution sans pleurs ni grincements de dents. "

02/05/2010

Gouverner par le chaos !

Dans la lignée de L'insurrection qui vient du Comité invisible, Gouverner par le chaos, publié aux éditions Max Milo, est une critique radicale et sans concession du système dans leqel nous vivons.

Gouverner par le chaos.jpg
Comment devenir les maîtres du monde ? En centralisant l'ordre et le pouvoir autour d'une minorité et en semant le désordre dans le peuple, ramené au niveau de pantins paniqués. La méthode ? L'ingénierie sociale: infiltration des esprits, analyse de nos moindres faits et gestes, contrôle des comportements à distance, marketing de l'intime et autres réjouissances qui font de nous des bons consommateurs.


Ce texte prolonge l'essai politique insurrectionnel signé du Comité invisible et attribué aux inculpés dans l'affaire de Tarnac. Publié d'abord sur le web et y ayant suscité " enthousiasme débridé ou agacement hystérique" (Le Nouvel Observateur), il a été pour cette édition revu et corrigé par les auteurs. Volontairement anonymes, ceux-ci prônent une résistance constructive: "Créer, c'est résister. Résister, c'est créer."