Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2014

Le rat blanc...

Les éditions Denoël, dans leur collection de science-fiction Lunes d'encre, viennent de publier Notre île sombre, une nouvelle version d'une œuvre de jeunesse, datant de 1971, du romancier britannique Christopher Priest, qui avait paru en France à l'époque sous le titre Le rat blanc (Presses de la cité, 1976).

La Grande-Bretagne des années 70 fait face à l'arrivée massive de millions réfugiés africains, les Afrims, qui fuient leur continent à la suite d'une guerre nucléaire. La présence massive d'immigrés rend rapidement la situation conflictuelle et provoque l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement conservateur musclé... Mais la création par les Afrims de milices armées, qui pratiquent une épuration ethnique insidieuse dans les quartiers des grandes villes, fait bientôt basculer le pays dans une guerre ethnique doublée d'une guerre civile... Tout cela est raconté d'une manière morcelée, et jamais très claire, par le personnage central (on n'ose ici parler de héros...) de l'histoire, un individu falot, libéral et bien-pensant, qui répugne à prendre position et qui est souvent plus préoccupé par ses liaisons amoureuses que par la situation politique de son pays. On songe parfois au personnage incarné par Dustin Hoffman dans le film de Sam Peckinpah, Les chiens de paille...

Là où, Jean Raspail, dans Le Camp des Saints, faisait œuvre de visionnaire inspiré, Christopher Priest, qui n'est en rien un écrivain de droite ou nationaliste et qui n'a pas eu l'intention d'écrire un roman politique, nous décrit une réalité au ras du sol, largement subie et où la situation ne peut jamais être appréhendée de façon globale. C'est se qui donne toute sa force au récit, jusqu'à sa chute saisissante, et qui nous renvoie brutalement au monde d'aujourd'hui...

 

Priest.jpg

" « Je suis sale. J’ai les cheveux desséchés, pleins de sel, des démangeaisons au cuir chevelu. J’ai les yeux bleus. Je suis grand. Je porte les vêtements que je portais il y a six mois et je pue. J’ai perdu mes lunettes et appris à vivre sans. Je ne fume pas, sauf si j’ai des cigarettes sous la main. Je me saoule une fois par mois, quelque chose comme ça. La dernière fois que j’ai vu ma femme, je l’ai envoyée au diable mais j’ai fini par le regretter. J’adore ma fille, Sally. Je m’appelle Alan Whitman… Et je survis dans une Angleterre en ruine, envahie par des populations africaines obligées de fuir leur continent devenu inhabitable. » "