Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2016

Vialatte l'Auvergnat et Parvulesco le conjuré...

Le dix-neuvième numéro de la revue Livr'arbitres , dirigée par Patrick Wagner, est en vente et comporte deux dossiers, l'un consacré à Alexandre Vialatte et l'autre à Jean Parvulesco.

La revue peut être commandée sur son site :  Livr'arbitre, la revue du pays réel.

 

Livr'arbitres 19.jpg

Au sommaire de ce numéro :

Éditorial

Plaisirs solittéraires

Coup de coeur

Jack Kirby, une écriture du désastre

La fleur du capital, un grand roman polyphonique

Nouveautés

Pathétique franchise

Noir sur Blanche

Clio

Pour eux la guerre n'était pas si froide

Essai

Le voyageur immobile

Portrait

Jean Parvulesco : avec des textes de Christopher Gérard, Michel Lhomme, Michel Marmin, Michel Mourlet et Alfred Eibel...

Alexandre Vialatte : avec des textes de Jean-Baptiste Chaumeil, Philippe Barthelet, Jacques Aboucaya, Alfred Eibel, Christian Dedet, François Béal... et Alexandre Vialatte

Entretiens

       Authier en question

Chronique

Entre chic et choc , un dictionnaire détonnant

Billet d'humeur

La Bastille incontinente

Polémique

      «Putain» de Saint Foucault

Hitler, saison 2

Il est de retour

Réflexion

Le tour du jardin

Nouvelles

      Plus belle la mort, par Thierry Marignac

Papiers retrouvés dans le treillis, par Laurent Schang

22/02/2016

Chronique des années 30...

Les éditions de Paris - Max Chaleil viennent de publier sous le titre Chroniques des années 30 un recueil d'articles de Pierre Drieu la Rochelle écrits au cours des années 30. L'ouvrage est présenté par Christian Dedet.

 

Drieu_Chroniques.jpg

" « La Vénus de Milo », « Le Camping », « Le cas Violette Nozières », « La Parisienne », « L'Affaire Hanau », « La solitude de Buenos Aires », « Les Bords de la Seine », « Le corps des Français », « Goya », « Soutine », « Jorge-Luis Borges » ou « Lindbergh », voici, entre tant d'autres, quelques-unes des chroniques semées par Pierre Drieu la Rochelle dans les journaux et revues des années 30, au choix, dans Le Figaro, Marianne ou la NRF. Critiques littéraires ou artistiques, comptes rendus de procès, reportages en terre étrangère, papiers d'humeur, portraits souvenirs : les curiosités et les genres de Drieu sont multiples mais il garde ce regard unique, pénétrant et sensible, pour restituer vie et vérité de ce qu'il a vu, éprouvé et compris. Ces textes inédits ou oubliés dans les rééditions de l'auteur classique du Feu Follet, de Gilles méritaient pourtant d'être redécouverts, ils témoignent toujours du style et de la manière d'un écrivain grand format. "

07/06/2012

Montherlant aujourd'hui...

Les éditions de Paris viennent de publier, sous la direction de Christian Dedet, Montherlant aujourd'hui, ouvrage collectif réunissant les signatures de quinze hommes de plume ou de théâtre. Un bel hommage à l'approche du quarantième anniversaire du suicide de l'écrivain "en un jour royal d'équinoxe"... 

Montherlant aujourd'hui.gif

"Recru de souffrance physique et désespéré par la marche du siècle, Henry de Montherlant, le 21 septembre 1972, se tirait une balle dans la bouche après avoir absorbé - précaution supplémentaire - une ampoule de cyanure. Libre de toute éternité, le stoïcien romain venait de choisir la " sortie raisonnable ". Le courage et la dignité de cette fin - qui n'allait pas sans similitude avec le " seppuku " du Japonais Mishima - furent unanimement salués.
Pourtant, l'oeuvre immense de l'écrivain allait connaître une désaffection grandissante. Moins le purgatoire inévitable qui suit la disparition d'un géant des lettres que la défiance de nouveaux publics plus portés à la suspicion qu'à admettre les libertés et l'authenticité d'une vie. Il est vrai que Montherlant, de son vivant, ne se priva guère de cultiver l'équivoque et la provocation. Rappelons-nous ces formules frappées comme des médailles : " Je vous reproche de ne pas respirer à la hauteur où je respire ", dit le vieux roi Ferrante à son fils, dans La Reine morte.
Formules peu solubles, on en conviendra, dans le cocktail de compassionnel et de pensée unique qui caractérise notre époque. Au point de faire oublier - syncrétisme et alternance - chez ce pessimiste altier, son " extase de la vie ", sa proximité si délicate des humbles, sa solidarité maintes fois exprimée avec les peuples humiliés. Le visionnaire du Treizième César était-il coupable d'avoir annoncé la venue de temps infâmes et l'ère du Veau d'Or ?"

Textes de Christian Dedet, Sarah Vajda, Romaric Sangars, Christopher Gérard, Pierre Duroisin, Frédéric Saenen, Philippe de Saint Robert, Michel Mourlet, Bernard Quiriny, Dominique Leverd, Christophe Malavoy, Philippe Alméras, P-V. Guitard, Jean-Luc Jeener,  Henri de Meeûs.