Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2014

Noires fureurs, blancs menteurs...

Les éditions Fayard viennent de rééditer dans leur collection de poche Pluriel l'essai de Pierre Péan intitulé Noires fureurs, blancs menteurs, consacré à la guerre civile au Rwanda. Journaliste d'investigation et esprit libre, Pierre Péan est un de ceux qui, avec Bernard Lugan, Charles Onana et Robin Philpot, a contribué à remettre en cause la thèse officielle du génocide, diffusée par le régime de Paul Kagamé et ses soutiens occidentaux. Il a, à la suite de la publication de ce livre en 2005, été victime d'une campagne de terrorisme judiciaire menée par les associations proches du régime de Kigali et relayée par SOS Racisme.

Pierre Péan a récemment publié Carnage - Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique (Fayard, 2010) et Kosovo - Une guerre "juste" pour un Etat mafieux (Fayard, 2013).

 

Noires fureurs, blancs menteurs.jpg

" Au printemps 1994, le monde est stupéfié par le déchaînement de fureur et de violence qui s'est emparé d'un petit pays africain, au cœur de la région des Grands Lacs, le Rwanda. Jamais le continent noir n'avait connu des massacres d'une telle ampleur. Très vite, les médias opposent victimes, les Tutsis, et bourreaux, les Hutus ; et ils désignent les coupables de cette folie meurtrière sans précédent, qualifiée de génocide : la communauté internationale, qui n'a pas su prévenir l'embrasement général ; et, en premier lieu, la France, soutien du président Habyarimana et du régime en place qui aurait armé les milices exterminatrices. Qui a tué Habyarimana le 6 avril 1994 dans un attentat qui a déclenché les massacres ? La question a ressurgi plus de dix ans après les faits. Instigateur aussi de cette guerre, Paul Kagame, actuel président du pays, « libérateur », chef des mercenaires tutsis armés en Ouganda. Pierre Péan démontre que le génocide de 1994 est un épisode dans une guerre civile et régionale ignorée, plus meurtrière encore, voulue depuis octobre 1990. Le FPR était prêt à tout pour conquérir le pouvoir à Kigali, y compris à sacrifier des centaines de milliers de Tutsis et de Hutus. Pierre Péan est journaliste d’investigation. "