Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2012

Guerre totale !...

L'Éditeur, excellente et jeune maison d'édition, a publié en fin d'année 2011 le premier roman de Jean-Luc Marret intitulé Guerre totale. Docteur en sciences politiques et auteur de plusieurs essais sur le terrorisme, Jean-Luc Marret, pour un coup d'essai, réalise un coup de maître avec, comme l'écrit Jérôme Leroy dans Valeurs actuelles, un "texte-limite, incontrôlable, somptueux dans son énergie morbide", qui est aussi un bel hommage à Céline...

Guerre totale.jpg

"L'humanité a implosé. Partout éclatent conflits, guerres, génocides et massacres en tous genres... Tel est le point de départ de ce roman inclassable, hyperviolent et plein de trouvailles humoristiques qui met en scène avec un esprit sarcastique un chaos orchestré à l'échelle mondiale.
Sans diabolisation ni moralisation, Jean-Luc Marret (qui sait de quoi il parle !), rit jaune des déviances de la mondialisation, du capitalisme sauvage et de la propagande d'État, faisant du lecteur l'amer spectateur d'un gigantesque zapping de journaux télévisés du monde entier."

21/10/2011

La finance imaginaire...

Les éditions Aden viennent de publier La finance imaginaire - Anatomie du capitalisme : des marchés financiers à l'oligarchie, une étude de Geoffrey Geuens. Enseignant à l'université de Liège, il s'intéresse aux structures de pouvoir, aux discours qu'elles produisent et aux agents qui les incarnent...

 

Finance imaginaire.jpg

"Figure imposée de la communication politique, la dénonciation des excès du capitalisme sauvage – aussi virulente qu'inoffensive – a duré le temps nécessaire à la recapitalisation des banques. Les responsables et intellectuels dominants des puissances occidentales l'avaient, pourtant, répété à qui voulait l'entendre : l'État allait reprendre la main sur la finance et contrôler les banquiers. Voilà pour les slogans de campagne.
Sur le terrain, le capitalisme réel voit les plus grands noms de la politique internationale – qu'ils soient démocrates ou républicains, travaillistes ou conservateurs, socialistes ou libéraux – siéger dans les conseils d'administration de trusts et hedge funds assimilant l'économie à un portefeuille géant d'actifs. Quant aux spéculateurs d'hier, dénoncés il y a peu encore pour leur cupidité et leur irresponsabilité, ils ont déjà été réinstallés par les pouvoirs publics à la tête de commissions de sages prônant une meilleure gouvernance de la finance...

Étude détaillée de l'oligarchie financière et analyse serrée du discours social, La finance imaginaire, véritable Who's Who, rompt avec l'image désincarnée des marchés financiers que relaient, jour après jour, les penseurs de la doxa, et qui est bien faite, consciemment ou non, pour laisser impensés les véritables bénéficiaires des mesures de crise et politiques d'austérité à venir."