Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2018

Journal de Dracula...

Les éditions Xénia viennent de publier un roman de Marin Mincu intitulé Journal de Dracula. Roumain, Marin Mincu a enseigné dans les universités de Milan et de Turin et est l'auteur de nombreux romans et ouvrages critiques publiés en Italie et en Roumanie.

 

Mincu_Journal de Dracula.jpg

" Le premier exploit de ce roman est de démolir le cliché du "vampire" auquel le roman mythique de Bram Stoker réduisit le bien réel Vlad III, dit l'Empaleur. Mincu rétablit un portrait du prince de Valachie tel qu'il fut, et tel qu'il aurait pu s'imaginer : le guerrier hors pair, l'unique terreur de Mehmed II le Conquérant, l'érudit, l'ami et l'égal de l'élite néoplatonicienne. Mais aussi un surhomme à l'ego démesuré, victime et bourreau, forgeant sa propre légende du fond de la geôle de Visegrád où il croupit par la traîtrise de ses royaux "amis". A une époque où la cruauté était la règle, la cabale orchestrée contre lui est un comble d'hypocrisie. Sa réaction sera de combattre le feu par le feu. "Je vais tous les aider dans cette campagne orchestrée contre moi. J'inventerai des histoires truffées d'exactions abominables et j'alimenterai copieusement le fardeau de mensonges dont on m'accable. je serai moi-même l'inventeur des faits les plus monstrueux que la rumeur m'attribuera". Encerclé par des centaines de rats, plongé dans une perpétuelle obscurité, Vlad peu à peu perd la notion du temps et jusqu'à la conscience précise de sons propre corps. Sa confession apparaît comme un poignant entrelacement du rêve et du vécu, où l'écriture finit par s'imposer comme plus énergique et plus vraie que la réalité même. Trouvaille originale, Mincu nous dépeint un Dracula déjà conscient de sa propre légende noire et tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre du roman. "

23/06/2014

Epouvante et surnaturel...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de rééditer Épouvante et surnaturel en littérature, un essai de H. P. Lovecraft, postfacé par le dessinateur Philippe Druillet. Maître du récit d'épouvante, reconnu après sa mort, H. P. Lovecraft est le créateur du mythe de Cthulhu. Ses nouvelles sont disponibles dans de nombreuses éditions.

 

Epouvante et surnaturel.jpg

" « Les enfants seront toujours effrayés par le noir, et les adultes, plus ou moins sensibles aux impulsions héréditaires, trembleront devant l'inconnu, le fantasmagorique, les univers différents, les vies mystérieuses qui peut-être vibrent tout là-bas dans les immensités cachées du cosmos, derrière les étoiles » (H. P. Lovecraft).

Né du mystérieux besoin de « terreur cosmique » qui agite les esprits les plus disponibles, le récit fantastique est vieux comme le monde. Ballades, légendes et poésies : le folklore archaïque humain regorge d'exemples de cette quête de l'ombre qui met en scène tout un cérémonial magique, où les divinités sont invoquées pour le meilleur ou pour le pire. En Occident, la force du surnaturel va s'imposer au Moyen Âge, l'ère mystique par excellence où messes noires et procès en sorcellerie vont bon train. Un « monstre » va naître : le roman gothique du XVIIIe siècle à la postérité majoritairement anglo-saxonne. Paysages désolés, châteaux hantés et sorts inextricables à répétition « possèdent » le lecteur inlassablement.

Howard Phillips Lovecraft (1890-1937), maître du genre, passe en revue les chefs-d'œuvre mais aussi les œuvres moins connues, à l'affût du moindre détail extraordinaire. À croire que le pacte diabolique de Melmoth, l'homme errant, roman génial de Charles Robert Maturin qui marqua à jamais Balzac, Scott, Thackeray ou Baudelaire, s'est renouvelé pour cent cinquante années de plus grâce aux illustres « contemporains » nommés Arthur Machen, Bram Stoker ou Lord Dunsany. Une passionnante histoire du récit fantastique par son grand « exorciste», à découvrir au gré d'un long frisson... "