Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2012

Toulouse, médias et politiques : le doigt dans l'oeil !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue tonique de Dominique Jamet, cueilli sur Atlantico et consacré à la tragédie de Montauban et de Toulouse et à sa tentative de récupération par des intellectuels et des politiques peu scrupuleux...

 

doigt dans l'oeil 2.jpg

Toulouse, médias et politiques : le doigt dans l'oeil

Parler. Parler sans savoir. Parler sans attendre. Accuser sans preuves. Amalgamer sans logique. Condamner sans avoir instruit. Désigner à la vindicte et à l’exécration publiques le bouc émissaire de son choix. Tordre l’actualité, si tragique soit-elle, d’autant plus qu’elle est plus tragique et plus susceptible de déchaîner les passions, et l’instrumentaliser en fonction de ses préjugés, de ses obsessions, de ses haines ou tout simplement de ses intérêts. L’histoire surabonde de ce genre de comportements, trop souvent à la base d’ostracismes arbitraires, de lois d’exception, d’atteintes aux libertés.

Le Reichstag flambait encore que Goering avait déjà identifié le pyromane et, derrière lui, la main du Parti communiste, aussitôt interdit. Bonaparte avait à peine échappé par miracle à l’attentat de la rue Saint-Nicaise, fomenté par les royalistes, qu’il en dénonçait déjà les auteurs, qui ne pouvaient être, n’est-ce pas, que les jacobins nostalgiques de la Terreur. On attendrait plus de sagesse, plus de retenue, plus de réflexion, dans une démocratie adulte, de la part d’hommes politiques, supposés responsables, puisque aspirant à exercer la plus haute charge de la République, a fortiori de polémistes qui se présentent sans complexe et se laissent complaisamment présenter comme philosophes.

François Bayrou, que l’on aurait pu croire plus mesuré, mais qu’affolent son ambition monomane et la perspective d’être une fois encore privé de second tour, n’a pas craint, sans avoir procédé à la moindre enquête, et alors que l’enquête était en cours, de prononcer l’anathème contre « les gens qui se servent des passions noires pour les faire flamber ».

Jean-Luc Mélenchon, dans la pure tradition, de Robespierre, son modèle, son idole, menaçait obscurément ceux qui « recourent à certaines citations». En clair, c’est le fameux discours sécuritaire prononcé à Grenoble par Nicolas Sarkozy, ce sont les propos de Claude Guéant sur l’inégalité des civilisations qui ont armé le bras des assassins. On parle d’immigration, et l’on déchaîne les pogroms, on évoque le dossier de l’abattage et de la commercialisation de la viande halal, et cela finit par une boucherie. On cite des vers de Robert Brasillach, journaliste antisémite et poète fusillé, et l’on est justiciable de l’ascenseur pour les fachos.

Pas en reste, Le Canard Enchaîné le plus institutionnel de nos journaux satiriques qui, bouclé le mardi, ne peut prévoir ce qui se passera le mercredi, en remontant la trace du tueur de Toulouse, reconnaît à son odeur nauséabonde la marque du néonazisme.

Dès lundi, sur son blog, l’incorrigible Bernard-Henri Lévy, illustrant une fois de plus sa propension à l’emballement, au sensationnalisme, à l’approximation, à la généralisation, ces démons familiers et si peu philosophiques qui lui ont fait commettre tant de bourdes, maudissait ceux qui ont « libéré la parole infâme », déplorait « l’assassinat du contrat social » français (pas moins), clamait « sa honte et sa colère » et appelait à une grande procession réparatrice, à un exorcisme politico-moral semblable à celui qui avait présidé à la mémorable manifestation consécutive aux profanations du cimetière de Carpentras, manifestation d’unanimité dont, soulignait-il avec une certaine perfidie que le Front national s’était exclu, oubliant que le Front National pouvait difficilement s’inviter à ladite manifestation, organisée dans un climat d’hystérie collective pour protester contre le crime odieux dont il était accusé. A tort.

Le sang des victimes de Toulouse et de Montauban n’était pas encore séché, leurs obsèques n’avaient pas encore eu lieu, la personnalité, les motivations, l’identité politique, religieuse et psychiatrique du tueur nous étaient encore inconnues que déjà l’auteur de L’Idéologie française y voyait une confirmation éclatante de la vision fantasmatique, cauchemardesque et obsessionnelle qu’il trimbale et tente d’imposer depuis trente ans d’une France peureuse, frileuse, haineuse et même pétaineuse, repliée sur elle-même, nationaliste, rétrograde, matrice et berceau du fascisme qui serait selon lui la France.


Faut-il rappeler à Bernard-Henri Lévy, sans même évoquer la Déclaration des droits de l’Homme, œuvre française, que ce pays, notre pays, le sien, que la France, multiethnique, multiconfessionnelle, multiculturelle, passée en un demi-siècle de quarante à soixante-cinq millions d’habitants, a accueilli et tenté d’intégrer depuis la fin de la deuxième guerre mondiale des millions et des millions d’étrangers dont la loi, le temps, l’éducation, la République ont fait des Français à part entière ? Faut-il lui demander d’ouvrir les yeux et de constater que ce pays dont l’apport de ces étrangers et le renouvellement des générations ont profondément transformé le visage et modifié l’identité sans y déclencher la moindre guerre sociale ne saurait être accusé de racisme que par des ignorants, des sectaires et des démagogues ?

Faut-il lui dire que, le tueur eût-il été effectivement un nazi, se réclamerait-il d’Al Qaida, il ne serait pas plus représentatif de la France que l’assassin Breivik, le tueur de masse d’Oslo n’est représentatif de la Norvège ou que « M » le maudit, le héros pédophile du chef-d’œuvre de Fritz Lang n’est représentatif de l’Allemagne ? Faut-il donner à un philosophe humaniste une petite leçon d’universalisme et tâcher de lui faire comprendre que si l’assassin a tué des petits enfants parce qu’ils étaient juifs, ce n’est justement pas parce qu’ils sont juifs mais parce que ce sont des petits enfants innocents qu’ils ont droit à notre compassion, à la même horreur et à la même compassion que s’ils étaient palestiniens, bouddhistes, catholiques ou sans confession ? Faut-il lui demander de faire un tour en France et de vérifier que la France est unanime dans sa condamnation du massacre et du massacreur?


Certes, on ne peut pas exiger d’un géopoliticien diplomate et stratège, spécialiste, internationalement reconnu à Saint-Germain des Prés, de la Bosnie, de la Libye et de la Syrie qu’il suive d’aussi près ce qui se passe sur notre hexagone, si petit qu’il n’a pas la place d’y déployer ses ailes de géant. Qu’il nous permette seulement de lui dire que cette fois encore il s’est mis son doigt de partisan dans son œil de philosophe.

Dominique Jamet (Atlantico, 21 mars 2012)