Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2011

Chroniques de la modernité tardive...

Sur son Avant-blog, Eric Werner, l'auteur de L'avant-guerre civile poursuit son travail d'observation de notre société post-démocratique au travers de courts textes, des dialogues entre quelques personnages emblématiques, à la manière de ceux qu'il a publié dans Ne vous approchez pas des fenêtres - indiscrétions sur la nature réelle du régime (éditions Xénia, 2008). Nous reproduisons ci-desous les quatres chroniques qu'il  a écrites entre le 27 février et le 13 mars 2011


Soumission.jpg


Ayaan Hirsi Ali

Tu vois qui est Ayaan Hirsi Ali, dit l'Ethnologue. Il y avait un très bon article d'elle l'autre jour dans Le Monde (12 février). Juste ceci: "Les Moubarak et autres Kadhafi du Moyen-Orient ne sont pas des phénomènes tombés de la lune; ils sont le produit de l'absence de liberté inhérente à la culture de masse islamique. On s'accoutume très tôt à la soumission, dans cette civilisation". En attendant, dit l'Etudiante, ce sont eux qui se révoltent: eux et pas nous. Nous n'avons ni Moubarak, ni Kadhafi, dit le Collégien. Certes, dit l'Etudiante. En revanche nous avons les ... au ... de ...; et aussi les ... du ...; les ... ; etc. Ce n'est pas exactement pareil, dit le Collégien. Qu'est-ce que tu crois, dit l'Etudiante: ils nous coûtent bien plus cher encore. Nous sommes quand même en démocratie, dit la Poire. Oui bien sûr, dit l'Etudiante.

(27 février 2011)

 

Dépassé

Si, à l'instar d'Ayaan Hirsi Ali, on caractérise la culture de masse musulmane en référence à la soumission, alors il apparaît clairement que cette culture, la culture de masse musulmane, est aujourd'hui en Europe la culture dominante, dit l'Ethnologue. Nous nous la sommes complètement appropriée. En ce sens, le débat sur les minarets est dépassé. On ne peut pas adhérer à la culture de masse musulmane sans en même temps vouloir construire des mosquées et des minarets. Cela paraît logique. Comme apparaît logique le port du voile islamique (y compris intégral). Ces prochaines années, vous le verrez, de plus en plus d'Européennes en viendront à l'adopter: d'abord (comme c'est le cas déjà maintenant) pour se rendre intéressantes, puis de plus en plus pour afficher leur adhésion pleine et entière à ladite culture, montrer à quel point elles se reconnaissent en elle, etc. Rien ne sert donc de vouloir s'opposer à ces choses, elles sont inséparables d'un mouvement de fond dont on peut raisonnablement penser qu'il ira jusqu'au bout de lui-même.

(28 février 2011)

 

Quel rapport ?

Résumons-nous donc, dit l'Ethnologue. Sur un des plateaux de la balance, vous avez les salaires des dirigeants: ceux des dirigeants mais aussi des bureaucrates des grandes sociétés et banques multinationales, etc. Leurs super-salaires, mais aussi leurs retraites-chapeaux, leurs indemnités de départ, leurs revenus patrimoniaux, etc., bref, tout ce qui leur permet de goûter sereinement et sans trop se culpabiliser aux joies de l'existence. Vous connaissez les chiffres. Et sur l'autre plateau? En France, par exemple, 8 millions de personnes, soit 13,4 % de la population, vivent aujourd'hui avec moins de 950 euros par mois. C'est le cas aussi d'un jeune sur cinq. 20 % des étudiants ne mangent que deux repas par jour. Etc. Quel rapport avec les minarets, demanda le Collégien? Je recommence, dit l'Ethnologue: "Si, à l'instar d'Ayaan Hirsi Ali, on caractérise la culture de masse musulmane en référence à la soumission", etc.

(9 mars 2011)

 

Compare

On peut poser le problème autrement encore, dit l'Ethnologue. Je m'inspire ici d'une remarque de Georges Corm (Le nouveau gouvernement du monde, La Découverte, 2010). Compare ce qu'ils gagnent avec ce que gagnent les gens exécutant, comme le dit cet auteur, "les tâches les plus essentielles à la survie des sociétés (ainsi le personnel infirmier, le personnel enseignant, les médecins généralistes ou les services d'aide à domicile, ou même, dans un autre registre, le balayage des rues, les travaux manuels et pénibles du bâtiment, les travaux de saisie informatique, etc.)". Compare, et ensuite dis-moi ce que tu penses d'un régime qui tolère de tels écarts, et non seulement les tolère mais les laisse se creuser toujours davantage, comme c'est aujourd'hui le cas. D'un tel régime et de son échelle de valeurs. A ton avis?

(13 mars 2011)

Eric Werner

hyperclasse.jpeg