Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2016

Arno Breker, une biographie...

Les éditions Séguier publient cette semaine Arno Breker - Une biographie, de Joe F. Bodenstein. L'auteur, qui fut l'ami et le marchand d'Arno Breker avant d'être le fondateur de Museum Europäische Kunst de Nörvenich, en Allemagne, près d'Aix-la-Chapelle, a déjà publié une monographie du grand sculpteur aux éditions Hirlé (2010).

 

Arno Breker.jpg

" Prônant un retour au classicisme et aux valeurs esthétiques de la Grèce antique, Arno Breker est remarqué en 1937 par le ministère de la Propagande du Reich qui devient son principal commanditaire. Le credo de Breker est alors : l’exaltation de l’homme dans la représentation sculpturale d’après la création par Dieu. Joe F. Bodenstein revient sur la collaboration artistique d’Arno Breker avec le IIIème Reich, sa relation avec Hitler, l’année 1945 et la libération, les tentatives de récupération par Staline, et puis enfin, en 1972, la renaissance. Ce livre nous transporte sur les traces du sculpteur et apporte sa pierre au débat que peut susciter «l’art officiel» : le caractère sacré de l’œuvre doit-il survivre aux atrocités de l’Histoire ? "

24/11/2015

La femme au « regard d'argent »...

Les éditions Pardès viennent de publier dans leur collection Qui suis-je un ouvrage de Gérard Leroy intitulé Riefensthal et consacré à la réalisatrice des Dieux du stade. Artiste polyvalent, ancien de l'Ecole des Beaux-Arts de Rouen, l'auteur a déjà signé un Breker dans la même collection. Il mène depuis plus de trente ans une recherche théorique et pratique sur les aspects mythiques et magiques, métaphysiques et religieux de l’œuvre d'art, et, principalement, de la sculpture, dans toutes ses représentations.

 

leni-riefensthal-qui-suis-je-.jpg

" Leni Riefenstahl demeure la cinéaste la plus controversée de l’histoire du cinéma parce qu’elle côtoya en amie Adolf Hitler et que ses monuments filmiques furent bâtis au temps du IIIe Reich. Née au sein d’une famille bourgeoise, jeune fille sportive, elle devient une danseuse expressionniste célèbre avant de devoir renoncer à une brillante carrière à la suite d’un accident au genou. Égérie du cinéma muet, Arnold Franck lui confie en 1926 son premier rôle d’actrice (La Montagne sacrée). En 1932, elle réalise son premier film : La Lumière bleue, appel à la tolérance et au respect d’autrui (Lion d’argent à la Mostra de Venise). Sous le régime national-socialiste, elle connaît une immense renommée en tournant l’un des plus grands films de propagande, Le Triomphe de la volonté, en 1934, sur le congrès du Parti à Nuremberg (il sera récompensé par la médaille d’or du cinéma, à Paris, en 1937), ainsi que Les Dieux du stade (Olympia), en 1936, sur les Olympiades de Berlin, certainement le plus grand film sportif jamais réalisé (médaille d’or du Comité international olympique en 1948). Après la guerre, poursuivant toujours sa quête du Beau, elle devient la photographe émerveillée du peuple africain des Nouba et la cinéaste des fonds sous-marins (elle passe son brevet de plongée sous-marine en 1973, à 71 ans). Femme pionnière, elle a suscité admiration, haine et jalousie. Son dernier film, Impressions sous-marines, date de 2002. Morte à 101 ans, son « regard d’argent» portera à jamais la marque du Soleil, de la Lune et des étoiles. "