Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2011

Allégeance aux armes ou service militaire ?...

Dans un texte cueilli sur Causeur, Jérôme Leroy rappelle qu'à l'époque du service militaire il n'y avait pas besoin d'un "serment d'allégeance aux armes de la France"... Tiens, au fait, Copé, l'a-t-il fait son service ?...

service militaire.jpg

Allégeance aux armes ?

On ne peut pas dire que l’idée d’un serment d’allégeance aux armes, proposée par Jean-François Copé, ait rencontré un succès fou auprès de l’opposition, de la droite et même des militaires. Le rétropédalage de nos excellences (Jouanno, Chatel et même le ministre concerné Gérard Longuet) sur une terminologie qui sentait le clin d’œil à la frange dure de l’électorat de droite, pose un problème d’une toute autre nature que celui d’un simple dérapage sémantique.

A droite comme à gauche, tout le monde cherche une formule magique qui soit à la fois un rite de passage et le symbole d’une intégration à la communauté nationale pour les jeunes atteignant leur majorité. La chose est d’autant plus urgente que les inégalités sociales et les crispations ethniques s’exacerbant, le sentiment d’appartenance à la Nation, ce plébiscite de tous les jours selon le mot de Renan, ne cesse de se diluer. Il est de plus en plus compliqué de faire comprendre à l’étudiant d’HEC, à l’apprenti-boulanger, au garçon en échec scolaire qui n’a connu que les stages et les formations bidon qu’ils sont tous Français, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Les Journées de la Défense et de la Citoyenneté, (JDC), c’est tout de même un peu léger. En vingt quatre heures chrono, on trouve le moyen de vous faire passer un test d’alphabétisation, de vous présenter la défense nationale, ses enjeux, sa finalité, sa stratégie puis de vous exposer les différentes formes d’engagement (volontariat pour l’insertion, service civique, volontariat dans les armées, réserve opérationnelle, réserve citoyenne, métiers civils et militaires de la défense, sécurité civile). On a même la gentillesse de vous informer sur le don d’organes(!) avant de vous laisser repartir chez vous le soir, qui pour retrouver son amphithéâtre, qui pour retrouver son hall d’immeuble. Dans ces conditions, comment faire naître le moindre sentiment d’appartenance ?

La formule magique existait

Le problème est que cette formule magique existait et qu’on l’a fait disparaître sous le premier septennat chiraquien : cela s’appelait le service militaire. Avec l’école laïque, il était une des deux jambes de la République. C’étaient les deux seuls endroits où les membres de toute une classe d’âge, sans distinction de race, de religion ou de condition, se retrouvaient ensemble, à recevoir un même enseignement, à connaître les mêmes obligations et à bénéficier des mêmes droits. On sait déjà ce qu’est devenue l’école, alors quand en 1995 fut supprimé le service militaire, Marianne se retrouva cul-de-jatte.

Pour Chirac, cette mesure, c’était tout bénef. Le service militaire coûtait cher et il était impopulaire. D’ailleurs, d’une certaine manière, c’était vrai. Les impératifs budgétaires semblaient coïncider avec la doctrine militaire. La fin de la guerre froide réclamait des armées réduites mais professionnalisées à l’extrême, des forces que l’on pouvait projeter à des dizaines de milliers de kilomètres en quelques jours. Alors à quoi bon garder et intégrer sous les drapeaux, juste pour une année, en recommençant à chaque fois, 300 ou 400 000 clampins qui, pour la plupart d’entre eux, auraient préféré être ailleurs ?

Il faut aussi reconnaître que le service national était devenu inégalitaire, à force de passe-droits et de statuts divers qui permettaient aux diplômés de partir dans la coopération ou en entreprise tandis que ceux qui avaient moins bien réussi à l’école se retrouvaient à faire les gugusses dans des compagnies de combat en Allemagne (le temps béni des FFA…) ou à balayer des cours de casernes en Picardie.

Et pourtant, il aurait suffi d’un peu de courage politique pour redonner son sens au service militaire, qui faisait de notre armée une armée de la Nation mais aussi une armée dans la Nation. Ce service militaire qui permettait, au moins le temps des classes, c’est-à-dire pendant une période allant d’un à trois mois, un authentique brassage social, voire faisait naître un réel sentiment de fraternité. Faites-moi confiance, on ne voit plus jamais du même œil Samir le mécano qui fait toujours la gueule dans la chambrée, quand il vous aide, parce que vous êtes infoutu de faire quoique ce soit avec vos dix doigts, à remonter votre Famas après avoir remonté le sien, tout ça pour vous éviter une engueulade par le chef de section.

En plus, le service militaire, parce qu’il était obligatoire, évitait cette idée directement anglo-saxonne et assez étrangère à notre culture, du serment d’allégeance prêté solennellement. Et pourquoi pas sur la Bible pendant qu’on y est ? Le simple fait, parce que c’était la loi, de prendre son sac, d’aller faire ses trois jours avant de passer douze mois sous l’uniforme, qui est le meilleur symbole qui soit d’égalité, suffisait à montrer respect et engagement auprès de la Nation.

Et ce, bien plus que je ne sais quelle vague cérémonie froidement administrative dans un commissariat ou une préfecture, qui est au service militaire ce que le Pacs est au mariage en matière d’engagement amoureux : pas grand chose finalement.

Jérôme Leroy (Causeur, 23 septembre 2011)