Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2016

Des putes et des hommes ?...

Les éditions Ring viennent de publier un essai polémique de Pierre-André Taguieff intitulé Des putes et des hommes. Philosophe, politologue et historien des idées, Pierre-André Taguieff est directeur de recherche au CNRS et est l’auteur d'essais importants qui ont contribué à mettre à mal la pensée unique comme  La Force du préjugé - Essai sur le racisme et ses doubles (La découverte, 1988), Résister au bougisme (Mille et une Nuits, 2001), Les Contre-réactionnaires : le progressisme entre illusion et imposture (Denoël, 2007), Julien Freund, au cœur du politique (La Table ronde, 2008) ou , récemment, Du diable en politique - Réflexions sur l'antilepénisme ordinaire (CNRS, 2014). Il a également noué un dialogue critique avec Alain de Benoist et la Nouvelle droite, en particulier avec son essai Sur la Nouvelle Droite - Jalons d'une analyse critique (Éditions Descartes et Cie, 1994).

 

Des putes et des hommes_Taguieff.jpg

" Dans la France d'aujourd'hui, les faux débats font rage. Le terrorisme moral s'y exerce avec une particulière virulence, même dans le domaine de la sexualité. La prostitution est dénoncée comme le Mal absolu avec des accents apocalyptiques. Réduites à des délinquantes ou à des victimes, les prostituées ne sont pas reconnues comme des sujets libres. Les féministes abolitionnistes rêvent d'un monde sans prostitution, comme d'autres utopistes rêvent d'une société sans classes ou d'un monde sans conflits. 

Cet ouvrage montre que l'antisexisme étatique et associatif s'accompagne désormais d'une propagande visant à donner aux hommes la figure d'une menace. Le mâle humain, s'il est hétérosexuel, est accusé d'être dominateur, violent et exploiteur. 
Pierre-André Taguieff voit dans la pénalisation des clients l'un des indices de la vague androphobe contemporaine qui, dans les sociétés occidentales, alimente déjà une guerre froide entre les sexes. Il dresse le portrait intellectuel et moral d'un néo-féminisme puritain et punitif, expression du ressentiment et de l'esprit de vengeance. À la police de la pensée s'ajoute la mise en place inquiétante d'une police des mœurs. Et l'acharnement législatif suit toujours. 

Cet essai, érudit et vigoureux, nous appelle à résister au nouveau conformisme idéologique qui étouffe la liberté de penser et celle de choisir nos formes de vie. Il incite les citoyens à se rebeller contre la tyrannie des minorités politico-intellectuelles et le despotisme doux qu'est le paternalisme d'État.  "