Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2010

La matière mutilée

Arnaud Bordes, responsable des éditions Alexipharmaque, publie aux éditions Auda Isarn La matière mutilée, un nouveau recueil de nouvelles qui s'inscrit dans la lignée de ses deux précédents, Voir la vierge et Le Bazar de Clodagh. Une rencontre littéraire de l'occulte, de l'horreur et de l'érotisme...

Arnaud Bordes 1.jpg

"S'il y a des meurtriers et des meurtrières qui maudissent des nuits hémorragiques, des nécromants, des villes détruites et des cieux qui pourrissent. S'il y a des jeunes femmes équarries, d'autres qui s'adonnent à des magies peut-être noires, et d'autres encore, aux yeux délétères et purs, dont des soldats, des aventuriers, avant de mourir, avant l'assaut, avant la fin de tout, prient le souvenir et la nostalgie. Il y a aussi l'Histoire ou, qui en serait le supplément d'âme, une Histoire secrète. Alors, entre Russie soviétique et Allemagne, du château du Wewelsbourg à des laboratoires clandestins, des perspectives désaffectées de Severodvinsk à la Sibérie, de l'Afghanistan à Tchernobyl, s'agrègent machines et épouvantes, complots et expériences atroces, et se croisent Otto Rahn, la perverse Belissena, des constructeurs de Dieu et des savants hantés."

 

28/01/2010

La confirmation boréale de Jean Parvulesco

Jean Parvulesco, paladin de la « nouvelle littérature grand-européenne fondée sur l’Etre » revient sur la ligne de front avec La confirmation boréale publiée aux éditions Alexipharmaque

Parvulesco.jpg

"Politique et géopolitique : l’axe Paris-Berlin-Moscou, Vladimir Poutine, L’empire eurasiatique, le Grand Gaullisme…

Ou encore littéraire, philosophique, cinématographique : Martin Heidegger, Mircea Eliade, René Guénon, les réverbérations salvatrices de la romance arthurienne, Dominique de Roux, Ernst Jünger, Jean Eustache, Pascale Ogier…

La confirmation boréale  est aussi étapes initiatiques : à travers les lieux et les arcanes de l’Histoire, où ce monde-ci et l’« autre monde » sont conjoints ; à travers la plus Grande Europe, où brûlent les feux de l’Incendium Amoris, et où Jean Parvulesco, témoin supérieur, écrit la gloire de L’Église de la Fin."