Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2017

La revue de presse d'un esprit libre... (29)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

PANÉGYRIQUE D’EMMANUEL MACRON

Frédéric Lordon pulvérise Emmanuel Macron, candidat du flou et du rien, symptôme à lui seul d’un système parvenu à sa phase terminale. Signe de sa fin imminente, tout d’abord l’effondrement de toutes les régulations qui lui assuraient un minimum de viabilité. Elles laissent libre cours à ses tares affranchies de toute décence d’une part, et d’autre part ses lignes de fracture ne parviennent plus à être accommodées par les institutions en place et, toutes les failles tectoniques étant réactivées, les plaques se remettent en mouvement. Dans ces circonstances Macron est celui qui exprime le mieux les affres d’une époque mourante mais qui ne veut pas mourir. Ce monde subclaquant a trouvé son porte-voix, parfaitement vide et dangereusement plein du rêve de l’oligarchie : durer. Bref, Macron auto-proclamé « anti-système » en est la quintessence parfaite, le havre de tous ses rebuts de droite et de gauche, pour qui l’heure est suffisamment grave pour ne plus jouer la comédie de l’alternance (unique).
Sa compagne Aude Lancelin, collaboratrice depuis plus de 15 ans du Nouvel Observateur, avant d'être virée sans ménagement de cet hebdomadaire sous la pression de ses actionnaires  (Claude Perdriel et Xavier Niel), racontait en 2016  dans « Le Monde libre » (Éditions Les liens qui libèrent) les circonstances de son éviction qu’elle généralise à juste titre comme une « dérive du système médiatique français » gardien de la pensée unique et vigie « démocratique » soumis manu militari  au monde de l’argent. Dans cet article très imagé elle assimile le candidat Macron, si sensible aux doléances du capital et entièrement fabriqué par les médias à « un putsch du CAC 40 ». Et, c’est vraiment convaincant. 
Pour l’essayiste Roland Hureaux, ancien élève de l’ENA, si le candidat Macron a la possibilité d’appliquer son programme, les classes moyennes seront laminées. Au delà du flou ou de l’insignifiance des propositions il y décèle parmi bien d’autres éléments le moins d’impôts pour le haut et le bas de l’échelle mais encore plus pour 58% des Français des classes moyennes. Bref au terme d’un examen méticuleux des diverses aspects de son programme, le verdict tombe comme le hachoir du boucher : Macron c’est Hollande en pire.
À propos de Macron toujours, cet article de l’essayiste suisse Claude Paschoud publié par Polémia. Macron est au monde politique ce que Trissotin fut au théâtre de Molière: un rhéteur bavard et inculte, capable néanmoins d’éblouir les imbéciles décervelés par des formules ampoulées et absconses. Réjouissante démolition d’un bateleur de vide, pur produit marketing lancé par l’oligarchie.
Michel Geoffroy (Fondation Polémia) rend compte des diverses stratégies utilisées par les médias, les sondeurs et l’extrême gauche « anti-fasciste » pour promouvoir par tous les moyens le candidat Macron. Bonne analyse.
 
 
Jacques Sapir dézingue un éditorial moralisateur du Monde qui voudrait morigéner les électeurs, pauvre pécheurs, qui se détachent en masse des « partis de gouvernement » tous faillis. Il voit dans ces oukases à répétition la décomposition du journal que l’on qualifiait, il y a bien longtemps de cela, le quotidien de référence et qui est devenu un simple outil de propagande au service de la pensée unique. En faisant perdre leurs nerfs aux médiatiques de la nouvelle « Pravda » les tensions liées aux présidentielles sont  l’illustration emblématique d'une nouvelle trahison des clercs. 
 
Dire n’importe quoi et changer de discours selon les contextes, telle semble être la démarche de certains candidats à l’élection présidentielle et de leurs soutiens. Exemple probant pour François Bayrou, ci-devant ancien professeur de français et de latin-grec. En réponse aux déclarations de Macron sur l’inexistence d’une culture et d’un art français, il avait déclaré lors du Grand Rendez-vous Itélé-Europe1-Les Echos : « Il y a une culture française. Je suis un défenseur de la culture et de la langue française » Mais, le dimanche 2 avril il fait montre d’une grande souplesse et exécute un rétropédalage doublé d’un double salto-arrière et démontre que son ralliement à la candidature Macron n’a strictement rien à voir avec l’opportunisme… Invité du Grand Jury RTL il se prononce sans embage   « Non, il n’y a pas de culture française, il n’y a pas de littérature française ou de rock français… Dans les arts, heureusement que nous ne sommes pas enfermés dans un cadre national. La littérature française a été extraordinairement enrichie par la littérature des caraïbes francophones »(première référence). Le béarnais aura vraiment tout fait pour être admis au club, lui qui déclarait encore en septembre 2016 que le projet macronien de société n’était pas les sien, entre autre par ses « liens tenus avec la finance ». Et de lancer cette formule choc : « Je suis pour la séparation de l’État et de l’argent ». Sans doute l’intérêt rend-il amnésique ? (Pot pourri de ses interventions avant rétractation, deuxième référence)
 
Réjouissante chronique de Jean-Paul Brighelli sur les masques d’Emmanuel Macron.
 
Alain Finkielkraut réagissant au discours de l’ondoyant Emmanuel Macron qui célébrait à Marseille l’agrégat de minorités à quoi se réduirait le peuple français. Il revient sur le nouveau récit national administré par la propagande d’État. Celui-ci s’efforce de camoufler l’homogénéité démographique de la France entre les grandes invasions du V siècle et le dernier tiers du XIX siècle. La bien pensance niant l’existence des « Français au carré », expression de Michelle Tribalat qui désigne ainsi les autochtones « invisibles et innommables », cherche à tromper au mépris de la vérité scientifique en forgeant la fable du brassage perpétuel. Le passé est réécrit à la lumière d’un présent lui même fictif, celui de la diversité heureuse. Cette pratique de falsification, digne des pires régimes totalitaire n’est que le résultat de l’oubli de la transmission et du mensonge du parti des médias. L’élection d'Emmanuel Macron parachèverait la victoire de l’empire du faux.
 
Émission de C News consacrée à la culture française en réponse aux propos de Macron. Un plateau d’invités inhabituels avec François-Xavier Bellamy, Frédéric Mitterrand et Charlotte d’Ornelas. Pour cette dernière il est évident que Macron par sa phrase controversée sur l’inexistence de la culture française a voulu que les nouveaux arrivants, auxquels il entend ouvrir toutes grandes les portes de notre pays, ne se sentent pas froissés par une affirmation par trop « nationaliste »… On notera les propos d’une rare sagacité du philosophe et mathématicien François-Xavier Bellamy de même que ceux de l'animateur Pascal Praud si différents de ce que ses collègues des médias ont conçu désormais comme une routine détestable.

Soleil noir.png

DIVERS
Excellente émission de Radio Méridien zéro consacrée à la pensée métapolitique de Patrick Buisson animée par François Bousquet auteur de « La droite buissonnière » parue aux Éditions du Rocher. François Bousquet y développe avec une grande intelligence les idées essentielles de son livre remarquant que si Buisson s’est trompé de cible en devenant le principal conseiller de l’américanomorphe Sarkozy (qui avait d’ailleurs été le chercher), il a néanmoins réussi à désinhiber la pensée alternative en libérant une parole jusqu’alors cadenassée dans les pièges du politiquement correct.
 
Entretien de Daria Douguine avec Alain de Benoist sur le populisme et le paysage politique de l’Europe future. Sont abordées successivement les raisons de la crise de l’Europe moderne qui se manifeste dans tous les domaines, les anciens repaires ayant été effacés (épuisement des récits, des doctrines et de tout ce qui donnait du sens) sans être remplacés, encore, par des angles nouveaux d’analyse. Ce phénomène rencontre celui de l’anémie de l’ancienne classe politique, celle qui se partageait horizontalement entre une droite et une gauche, et qui tend de plus en plus à être supplantée par une nouvelle polarité, celle qui oppose verticalement le haut de la pyramide sociale, constituée de ceux qui trouvent leur intérêt dans la mondialisation, et du « peuple » qui se trouve rejeté et confiné au bas de la pyramide et représente plus de 60% des citoyens. Ces gens là sont de plus en plus défiants vis à vis de leurs élites et se réfugient soit dans l’abstention soit dans le vote « populiste » (appellation à caractère méprisant répandue par les prescripteurs d’opinion). Les difficultés rencontrées par Jean-Luc Mélenchon pour représenter un populisme de gauche tiennent pour la plupart à sa notoire sous-estimation des pathologies sociales liées à l’immigration qui affectent une population qui préfère se tourner vers Marine Le Pen. Le populisme comme style et comme appel au peuple peut se combiner avec tout le registre idéologique. Procédant à sa rapide généalogie, de Benoist remonte jusqu’à Rousseau qui faisait remarquer que dans la démocratie représentative le peuple n’était souverain que le jour de l’élection, les représentants pouvant choisir par la suite des options contraires à ses souhaits. Les antipopulistes sont ceux qui adhérent à l’idéologie dominante marquée avant toute chose par le refus des limites (libéralisme, individualisme contre toute forme de holisme, droits de l’homme proliférants suivant les désirs de chacun, économisme contre le primat du politique, fétichisme de la marchandise) au nom du toujours plus. Uniformisation de la planète au nom de la loi « universelle »  du marché qui assimile les différences à des obstacles à son expansion. Alors que l’aspiration populiste revendique le local au dépens du global et donc la souveraineté sur les conditions de sa propre reproduction. De Benoist conclue sur la richesse historique de notre héritage et de notre identité qu’il envisage, à l’encontre des restaurationnistes, non comme une essence immobile mais comme ce qui change tout le temps tout en nous permettant de rester semblable.
 
Entretien réalisé en mars entre la journaliste russe Daria Douguine et David L’Epée en marge du colloque de l’Institut Iliade. Au programme : les élections présidentielles française, la signification de la crise identitaire européenne, l’enjeu de la transmission, le phénomène Macron comme expression du libéralisme intégral, la mutation du Front National, la naissance d’un féminisme « patriote » et l’importance d’une dissidence puissante face aux intérêts mondialistes.
Fabien Niezgoda, professeur d’histoire vient de cosigner avec Antoine Waechter, président du Mouvement Écologiste Indépendant (MEI) « Le sens de l’écologie politique » aux Éditions Sang de la Terre. Il est interrogé ici par Radio Sputnik afin de clarifier l’identité politique de l’écologisme qu’il relie à une empathie pour l’enracinement et l’attachement au patrimoine, d’où il s’ensuit une critique du parti Ecologie Les Verts engagés derrière le corbillard progressiste du PS militants pour un surcroit de désastre 
utilitariste et productiviste. Excellent entretien.
 
Patrick Buisson est devenu la bête noire des médias, mais en même temps il est reçu sur tous les plateaux de télévision. Selon François Bousquet il est bien difficile de se soustraire à l’intelligence du diable même quand on fait profession d’angélisme, ce qui est le cas de trop nombreux journaliste, car l’homme fascine, son savoir éblouit, sa capacité d’élucidation ensorcelle. Très bon entretien avec la revue Rébellion.
 
Interrogé par Polémia  sur le candidat Fillon François Bousquet répond, son rival c’est Macron, son ennemie c'est Marine Le Pen.
 
Parution des mémoires de Michel Marmin ("La République n’a pas besoin de savants", chez Pierre-Guillaume de Roux). Pilier de la revue Éléments depuis ses débuts. Cette parution suscite nombre de commentaires élogieux. Parmi ceux-ci, ceux d’Alfred Eibel (première référence) et de Nicolas Gauthier (deuxième référence)
 
 
Vincent Coussedière, professeur agrégé de philosophie était devant les caméras de TV Libertés pour présenter son dernier ouvrage « Fin de partie, requiem pour l’élection présidentielle » paru aux Éditions Pierre-Guillaume de Roux. Distinguant et hiérarchisant trois niveaux de l’activité politique à savoir l’archi politique, la grande politique et la politique ordinaire, il regrette que cette dernière soit devenue dominante dans la perception commune. Il y voit la cause du délitement du peuple et de la guerre de tous contre tous. Il considère que le populisme du peuple incarne l’instinct de conservation du peuple « old school » résistant à la dislocation que veut lui imposer la mondialisation et les oligarchies qui la promeuvent.   
 
Michel Drac s’étant donné pour mission de lire tous les livres des candidats à l’élection présidentielle il plonge à ce titre pour notre plus grand plaisir dans la « sous culture de la gauche contemporaine » en analysant « Pour la génération qui vient », l’ouvrage de campagne de Benoît Hamon. En bref c’est un tweet de Christiane Taubira étiré sur 125 pages, c’est à dire une accumulation d’idées creuses en même temps qu'un faire part de décès du Parti Socialiste. Décryptage lumineux du décès de l’idéologie socialiste dont on trouvera de nombreux échos dans le dernier numéro de la revue « Le Débat » (numéro 194, mars- avril 2017) sous le plume de Bernard Poulet qui le traite dans son article « De quoi le socialisme est-il encore le nom ? ».
 
Se penchant sur les deux livres publiés par Marine Le Pen, Michel Drac explique de manière très convaincante qu’elle est une « nationaliste de gauche ». Après avoir balayé rapidement quelques remarques de bon sens sur l’ancien Front National, conglomérat des vaincus de la seconde guerre mondiale et des conflits de la décolonisation, il en vient au nouveau Front, celui qu’incarne Marine, plus tourné vers l’avenir que vers le passé, et compare ses qualités en terme de programme à celles ses trois challengers Macron, Mélenchon et Fillon. Au terme d’un scorsing au cours duquel il attribue des notes à chacun d’entre eux sur six thèmes importants allant de l’euro à la politique étrangère il en déduit son vote pour Marine Le Pen. Explication lumineuse d’intelligence.
 
L’avis gaullien de Michel Drac sur la polémique relancée à propos de la rafle du Vel d’Hiv. Approuvant la déclaration de Marine Le Pen, il se range parmi ceux qui furent dès 1944 partisans d’une réconciliation nationale alors qu’une partie de sa famille fut elle même victime de cette arrestation massive.  
 
Entretien de Charlotte d'Ornelas avec Bérénice Levet auteur du livre récemment parue « Le crépuscule des idoles progressistes ». Un peuple, dit-elle, défendra toujours plus ses moeurs que ses lois. Elle soutient le droit des peuples à la continuité historique, à cultiver leur singularité et pour les Français à prendre en charge notre génie singulier. Un héritage fait de culture et de traditions. Autant de propos que l’on a pas l’habitude d’entendre dans les médias de grand chemin.
 
Pascal Gauchon, directeur de la revue trimestrielle de géopolitique «Conflits » présente le dernier numéro consacré à ce qui reste de la puissance française après un quinquennat désastreux. 
 
Dans son émission « Répliques » sur France culture Alain Finkielkraut recevait le 15 avril Pierre Manent, directeur d’études à l’EHESS, et Olivier Rey, mathématicien et philosophe professeur à l’Université Paris I. Réfléchissant au règne désormais sans frontière de la statistique, Finkielkraut nous rappelle cette parole prémonitoire mise par Labiche dans la bouche d’un de ses personnages, secrétaire d’une hypothétique société de statistique à Vierzon « La société, madame, est une science moderne et positive, elle met en lumière les faits les plus obscurs. Ainsi, grâce à des recherches laborieuses, nous sommes arrivésà connaître le nombre exact de veuves qui ont passé le Pont Neuf durant le cours de l’année 1860 ». Le rire de Labiche comme réponse à l’ère du quantifiable et du prestige du chiffre ? Passionnant, notamment sur le lien entre les communautés en voie de désagrégation  avec le fait de l’interchangeabilité de chacun en fonction du règne du nombre.
Les Matins de France culture du 18 avril avaient pour invité Alain Finkielkraut dans le cadre d’une série d'émissions sur les ultimes réflexions de personnalités avant les élections présidentielles.
 
François-Bernard Huyghe ne croit pas à une influence décisive des pseudos manipulations russes sur le résultat des élections présidentielles aux États Unis comme en France. La thèse soutenue par les dénonciateurs de cette manipulation repose sur un arrière plan qui voudrait que le public soit vulnérable aux mensonges des démagogues ou aux manœuvres d’agents stipendiés et serait égaré quand il ne vote pas comme le souhaite l’oligarchie. En ce qui concerne la France il conclue par cette remarque ironique : l’idée que les agents de Moscou puissent semer le chaos dans l’élection présidentielle est superfétatoire. En effet, nous nous débrouillons assez bien sans eux.
 
Bernard Lugan était en conférence à Moscou et à cette occasion il a accordé une intervuew à la chaîne de télévision Russia Today. Il y revient sur la situation désastreuse de la Libye d’où pourraient embarquer des dizaines de millions d’immigrés à destination du havre européen maintenant que grâce à l’action du président Sarkozy le goulot d’étrangement qui avait nom Khadafi.
 
 
« Y a-t-il encore une diplomatie des droits de l’homme » ?  Sur France culture avec Bertrand Badie, Rony Brauman et Caroline Galactéros. Au cours de cette émission Caroline Galactéros s’interroge sur le bilan désastreux de la politique internationale menée par les puissances occidentales au nom des droits humains : des États détruits, des populations civiles fortement malmenées. Elle voit dans les frappes récentes des Tomahawk en Syrie un encouragement aux groupes djihadistes locaux tandis que Rony Brauman affirme qu'elles n’ont infligé, volontairement, que des dégâts insignifiants à l’appareil de guerre du président Assad. Ce coup de politique intérieure n’a aucunement été guidé par les exigences morales que veulent lui prêter les pontifiants théologiens du droit international. Il pense, de manière générale, qu’historiquement les droits de l’homme ont toujours été instrumentalisés par les puissances hégémoniques et conclue qu’il n’y a jamais eu dans les faits de diplomatie des droits de l’homme, même si ceux-ci ont souvent servi de prétexte aux aventures les plus hasardeuses. Sachant que l’histoire est tragique, Il récuse la version angélique d'une politique internationale qui s’appuyant sur une règle universelle viendrait punir les méchants afin de sauvegarder les innocents.
 

Soleil noir.png

22/03/2017

La revue de presse d'un esprit libre... (25)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

L’émission de Méridien Zéro du 10 mars était consacrée au dernier numéro de Nouvelle École portant sur Charles Maurras, «  instituteur » du nationalisme-royaliste qui  exerça pendant un demi-siècle un magistère intellectuel de premier plan. Deux des contributeurs de la revue, Rémi Soulié et Olivier François, et les animateurs habituels de  la radio s’efforcent d’approfondir de façon passionnante certains des aspects de l’homme et de l’oeuvre, sans en taire les limites et les impasses.
 
 
 
Dernier épisode des conversations entre Paul-Marie Coûteaux et Alain de Benoist. Reconnaissant avec lucidité qu’il s’est battu toute sa vie pour des idéaux qu’il n’a jamais vu  triompher Alain de Benoist concède cependant à son interlocuteur que sa notoriété est désormais suffisamment établie pour qu’il soit traduit dans la plupart des langues de  l’Europe. Œuvrant depuis longtemps afin que des penseurs de la transversalité puissent engager le dialogue, il se réjouit que Michel Onfray, brisant certains interdits, ait eu  l’intrépidité en 2015 d’entamer ce colloque dans les colonnes de la revue Éléments, prélude à de nombreux et enrichissants échanges qui sont autant de symptômes d’une banquise qui commence à se liquéfier. Après une mort qu’il ne craint pas, qu'y a-t-il ? Les autres répond-il sobrement, ceux qui poursuivent l’œuvre entreprise. Sur la pérennité des choses, seul l’univers est immortel puisqu'il ne croit en aucun arrière monde. Selon lui nous avons vécu la fin du grand cycle de la modernité, d’où les grandes incertitudes de l’époque. L’histoire n’étant guidée par aucune nécessité, elle est toujours ouverte ce qui rend obsolète toute prophétie. L’évolution positive du champ de la géopolitique vers la multipolarité fait évidemment apparaitre de nouveaux risques comme celui d’une guerre possible contre la Russie que les États-Unis n’hésiteraient pas à déclencher si celle-ci s'avisait de reprendre son rôle passé de grande puissance. Citant Carl Schmitt qui remarquait dès les années trente que l’État national était entré dans une crise irréversible, il considère que le capitalisme financier, prospérant dorénavant à l’échelle planétaire, n’a plus besoin des nations pour vivre et se développer et qu’à ce titre sa logique de domination les rend caduques. C’est pourquoi il désapprouve le souverainisme qui continue d’analyser le monde nouveau qui se dessine avec les outils conceptuels d’une époque révolue. Il déplore la disparition des écosystèmes, condition d’une vie véritablement humaine et affirme sa proximité avec Serge Latouche. Se prononçant sur la loi d’évolution de la technique, il énonce à l’exemple de Friedrich Georg Jünger (le frère d’Ernst) que tout ce qu’il est possible de concevoir techniquement sera un jour réalisé. D’ailleurs, remarque-t-il les créations techniques sont parvenues à chambouler la vie quotidienne de façon beaucoup plus intense que n’importe quelle révolution politique et de citer la révolution industrielle, le moteur à explosion, la pilule contraceptive, la télévision, internet, l’imprimante 3D, et le téléphone portable. Autant d’inventions sur lesquelles les politiques n’ont aucune prise. Dans ce que l’on appelle « progrès », il faut distinguer les améliorations à la marge, faites de techniques toujours plus performantes, de l’idéologie progressiste issue de la conception biblique de l’histoire où l’humanité conçue comme un tout qui se dirige vers une fin nécessaire. Enregistrant le décès du Progrès avec majuscule, il note que nos contemporains n’imaginent plus des avenirs radieux et des lendemains qui chantent. Le futur ils l’envisagent avec crainte. Critique de la modernité, de Benoist précise qu’il ne la blâme pas d’un point de vue réactionnaire, dans une perspective restaurationniste, mais qu'il la dénigre au nom d’un avenir possible plus qu’au nom d’un passé défunt. Filmé dans la maison de Normandie où il passe l’été dans une relative solitude propice au travail, cet entretien aux aspects parfois intimistes clôt une série très riche d’aperçus et marquée par la clarté didactique et la fluidité de la parole.
 
 
 
Vincent Coussedière s’érige en faux contre le sentiment commun d’une vague « populiste » irrésistible. Et pour cause; celui qui parle du « retour du peuple » n’identifie pas ce retour aux partis dits populistes car le peuple n’est pas un parti. Le populisme du peuple doit, selon lui, s’interpréter comme la pression exercée par les peuples voulant conserver leur existence substantielle contre les système partisans qui se montrent non seulement incapables de les protéger mais qui entendent les liquider. Ainsi, si la décomposition des systèmes politiques est généralisée, leur recomposition « populiste » fantasmée par de nombreux commentateurs n’est pas encore à l’ordre du jour comme vient de le montrer le relatif échec de Geert Wilders aux Pays-Bas. Vincent Coussedière vient de publier « Fin de partie. Requiem pour l’élection présidentielle » chez Pierre-Guillaume de Roux.
 
 
 
Courte chronique de Yannick Jaffré au sujet de l’ouvrage de Michel Onfray « Décadence » sur les ondes de Radio Libertés. 
 
 
 
Excellent commentaire de Michel Drac à propos des « Écrits corsaires » de Pier Paolo Pasolini, un livre des années 70 où le cinéaste tenait sur l’évolution de nos sociétés vers  un hédonisme de masse un discours d’avant garde. Saisissant parfaitement l’esprit de cette époque, Pasolini y voyait, à l’encontre des débris de l’antifascisme archaïque, l’imposition du nouvel ordre bourgeois de la marchandise.
 
 
 
De Michel Drac on peut également consulter le compte-rendu du livre de John Rushton « Race, Evolution and Behavior. A Life History Perspective» (première référence). Également sa chronique de l’ouvrage de Stratediplo intitulé « La huitième plaie » qui traite de l'invasion que subit notre continent et qui selon lui résulte d’un plan globalement concerté par les oligarchies auxquelles nous avons délégué notre souveraineté (deuxième référence).
 
 
 
 
Quand Daoud Boughezala (rédacteur en chef de « Causeur ») dénonce le racisme subliminal de Laura Slimani. Non, contrairement aux apparences elle n’est pas membre du Parti des Indigènes de la République, mais « porte-parole égalité femmes-hommes » de la campagne de Benoît Hamon et accessoirement présidente des Jeunes socialistes européens.
 
 
 
Dans un entretien avec Causeur l’économiste, Jean-Luc Gréau affirme que si notre pays crée bien des emplois (187000 en 2016), ce ne sont que des emplois à faible productivité, tandis que les emplois à forte productivité continuent de quitter le sol national, ce qui explique le faible taux de croissance. Conclusion : l’économie française se tiers-mondise toujours plus.
 
 
 
Pour le Commissaire européen Dimitris Avramopoulos, l’heure est grave car les « valeurs » de l’Europe sont en jeu. « Allons-nous nous laisser submerger par la montée du populisme, du nationalisme et de la xénophobie ? » s’interroge-t-il, anxieux, dans un entretien à La Tribune de Genève. Ce qui ne l’empêche nullement de souffler sur les braises en décrétant que « Les Vingt-Sept auront besoin à l’avenir de 6 millions d’immigrés », et de décider ex abrupto « d’ouvrir des bureaux dans tous les pays de la rive sud de la Méditerranée et en Afrique de l’Ouest » car c’est le meilleur moyen de lutter contre les passeurs ». Les attentats islamistes ? Aucun problème puisqu’ils  « ont été commis par des citoyens européens » (ce qui est vrai sur le papier). Bref, nulle précision sur les « valeurs » de l’Europe ni sur ce qu’il faut entendre par le concept « citoyen européen ». 
 
 
 
Selon Joachim Véliocas de l’Observatoire de l’islamisation, le candidat Emmanuel Macron, l’un des porte-paroles préférés de l’oligarchie qui se présente néanmoins comme« antisystème, brisant les routines de la classe politique française » , affiche sans complexe un domaine où surtout rien de doit changer en France. C’est la politique d’immigration.  Si d’aventure il se trouvait élu en mai prochain non seulement il compte ouvrir grand la vanne des frontières pour les « migrants » mais il renforcerait l’exercice de la discrimination positive (déclaration du 8 mars) c’est à dire celle des passe-droits accordés aux membres de certaines catégories de la population afin de leur permettre d’échapper aux critères du droit commun de la République. Comme le dit Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit constitutionnel, « L’adjectif positif est destiné à gommer le caractère négatif de la différenciation puisque toute discrimination est en l’espèce évidemment positive pour son bénéficiaire mais négative pour celui qu’elle exclut. Une discrimination en faveur des femmes ou des Noirs se fait au détriment des hommes ou des Blancs. Et dès lors que l’on prétend ériger la lutte contre toutes les discriminations en politique publique, il est incohérent de prétendre parallèlement les encourager en faveur de certaines catégories et donc au dépens des autres » (Le Figaro du 16 mars).
 
 
 
Si l’on en croit Arnaud Lachaize (pseudonyme d’un haut fonctionnaire soumis au droit de réserve) Emmanuel Macron qui était reçu le jeudi 16 mars par la chancelière Angela Merkel développe comme elle un programme assumé d’ouverture des frontières. En janvier lors d’une précédente visite il avait loué la généreuse politique d’accueil inconditionnel de la dirigeante allemande qui avait ouvert son territoire à plus d’un million de « migrants » parmi lesquels des terroristes et des criminels et reprochait à une Europe frileuse de n’avoir pas « réagi comme elle aurait dû à ce moment là ». Très bonne mise au point face à l’angélisme de certaines élites. On regrettera seulement une incise inutile sur la soi-disante « xénophobie » qui aurait cours en France.
 
 
 
Dans l’émission d’Olivier de Lagarde « Moi président » sur France Info du 16 mars Malika Sorel-Sutter présentait son projet d’abolition de l’ensemble des lois mémorielles qui censurent abusivement la liberté d’expression et encouragent, selon elle, le communautarisme victimaire. Une intervention courageuse dont il n’est pas certain que le candidat Fillion la reprenne à son compte. Malika Sorel figurait cependant à ses cotés lors de la manifestation du Trocadéro…
 
 
 
 
Le débat « intellectuel » dans l’espace médiatique destiné au grand public ne doit pas être confondu avec le débat intellectuel tel qu’il se déroule dans les laboratoire ou au sein du milieu feutré du CNRS. Le premier souffre en termes pascalien de la confusion des ordres avec l’intrusion abusive du moralisme (aussi bien celui des intentions que  celui des conséquences) et des arrières pensées politiques. Ainsi substitue-t-on les critères du bien et du mal là où ne devraient s’imposer dans la délibération, que la question du vrai et du faux. Ainsi s’est imposée dans le débat médiatique la sentence que même vraie une proposition doit être tue au regard des conséquences qu’elle pourrait avoir ou parce que elle ferait le jeu de x ou y. André Perrin, auteur du livre « Scènes de la vie intellectuelle en France. L’intimidation contre le débat » (préface de Jean-Claude Michéa, paru en 2016 aux Éditions de l’Artilleur) déroule ainsi son raisonnement convainquant au cours d'une émission Répliques d’Alain Finkielkraut. Un Finkielkraut qui s’abandonne lui même à une facile confusion des ordres dès que pointe le soupçon terrifiant de « révisionnisme ». 
 
 
 
L’émission de Radio communauté juive animée par Elisabeth Lévy et Alain Finkielkraut  du 12 mars prend acte tout d’abord de la relaxation de Georges Bensoussan à la suite du procès qui lui avait été infligé par des associations islamistes et la Licra qui voudrait faire passer toute critique argumentée de l’islam pour une apologie du racisme puis commentent les graves « incidents » intervenus au lycée Suger en Seine Saint-Denis. Finkielkraut s’insurgeant contre ceux qui lorsqu’on ose avancer que le déclin s’empare de tout ou partie de l’activité sociale se récrient tout de go avec cette apostrophe sublime empruntée à la doxa : « Vous n’allez pas prétendre que c’était mieux avant ». Pourtant, dit-il, ce qui s’est passé les 6 et 7 mars aux abords de ce lycée de Saint-Denis n’a pas d’antécédent dans l’école républicaine. La bataille rangée contre les forces de l’ordre laisse de marbre les nouveaux Pangloss qui prennent prétexte des inégalités dont souffrent les banlieues pour tout pardonner aux fauteurs de trouble au nom de l’antiracisme. Protégée par l’alibi sociologique la violence des encapuchonnés du lycée Suger est expliquée par la violence sociale qui se déverse sur eux, ils cessent du même coup d’être fautifs et les victimes se retrouvent métamorphosées en coupables. Il est vrai que Geoffroy de Lagasnerie, le sociologue pour lequel le syntagme « intellectuel de droite » relève de l'oxymore affirme « qu’excuser est un beau programme pour la gauche ». Ainsi, comme on le voit, l’antiracisme fou n’a pas fini de faire des ravages.  
 
 
 
Bonne intervention d'Éric Zemmour sur la crise agricole. Si à l’occasion du salon de l’agriculture chaque candidat y est allé de sa visite mimant ainsi Jacques Chirac, c’est aussi au temps de Chirac que les paysans sont devenus des « agriculteurs » et se simple mot a tout changé. On se moquait désormais de la qualité des produits, de la pollution, des dettes et des saisons. C’était le Pérou et il avait pour capitale Bruxelles et sa politique agricole commune. Mais, selon lui la PAC n’existe plus et se sont les technocrates bruxellois eux-mêmes qui ont cassé leur jouet en jetant les agriculteurs dans la fournaise du marché mondial où la plupart périssent quand ils ne sont pas mis dans la main des grandes surfaces et des banques. Elle produit toujours plus et toujours plus mauvais, elle ruine les sols et les estomacs. De là le choix qui en découle pour le monde de la terre : jouer le jeu de la « ferme des 1000 vaches » ou celui de l’agriculture biologique et des circuits courts.
 
 
 
Raisonnement semblable à celui de Zemmour chez Périco Légasse.
 
 
 
Eugènie Bastié présente « Les derniers gaulois », le beau documentaire de Patrick Buisson consacré à l’ethnocide des paysans qui a vu disparaitre en deux générations un monde séculaire et presque immobile.
 
 
 
Eugénie Bastié nous introduit au livre « Aux origines de la décroissance. Cinquante penseurs », ( L’Échappée-Le Pas de côté-Ecosociété) recueil de portraits des précurseurs de cette école qui a tracé son sillon du XIX au XX siècle. Contre l’hubris de la civilisation industrielle qui ne connait plus de limites elle nous rappelle avec Jacques Ellul que « S’intéresser à la protection de l’environnement et à l’écologie sans mettre en question le progrès technique, c’est engager une opération non seulement inutile, mais fondamentalement nocive ».
 
 
 
Dans le denier numéro de « Perspectives Libres » dirigée par Pierre-Yves Rougeyron, (numéro 19 consacré à « De Gaulle au XXI siècle »), trois articles de Pierre Le Vigan ont retenu notre attention. Il s’agit de « L’implosion du politique. Du constat de l’impuissance de nos élites à la possible relève populaire du politique », de « La culture post-moderne, une imposture. Hédonisme, technophilie et marchandisation », et « Comment et pourquoi l’école a cessé d’être l’école ».
 
 
 
Dans un entretien avec le site de réflexion « Le comptoir », Frédéric Pichon, historien et géopolitologue auteur de « Syrie: Pourquoi l’Occident s’est trompé » et tout récemment de « Syrie, une guerre pour rien » (Édition du Cerf) reprend les propos de Dominique de Villepin sur le déploiement en France d’une sorte de « virus néoconservateur » et reconnait que notre pays est incapable d’agir sans demander l’autorisation de Washington. Il note également l’influence des lobbies anti-iraniens au quai d’Orsay et fustige l’action des ONG dans cette partie du monde qui a fait libérer de nombreux islamistes des geôles dans lesquelles ils pourrissaient aggravant ainsi le malheur des populations locales; « le messianisme occidental faisant la courte échelle aux fondamentalistes… ». Un démêlement des intrigues de ce Proche-Orient compliqué, savant et très bien informé qui met en valeur la réaction « clausewitzienne » russe privilégiant le rapport de force militaire et qui a fait d’elle l’acteur majeur de la recomposition de la région.  
 
 
 
S’exprimant sur notre politique en Syrie, Frédéric Pichon déclare « nommer l’ennemi c’est précisément définir ce qui nous distingue, ce qui nous discrimine, c’est tracer une frontière, une limite même normative, c’est affirmer contre, toutes choses auxquelles la culture contemporaine a décider de renoncer… » Selon lui, nos politiques se sont lourdement trompés en Syrie.
 
 
 

Soleil noir.png

 
 

03/03/2017

La revue de presse d'un esprit libre... (23)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

Le dimanche 26 février Alain Finkielkraut analyse l’affaire Mehdi Meklat et la complaisance du milieu journalistique (qui ne veut pas voir ce qu’il voit)  vis à vis de ce jeune homme de banlieue dont le double éventé twittait avec rage des propos machos, racistes et homophobes que les formatés du Monde et de Libé n’auraient pas manqué de dénoncer si leur auteur n’ avait été qu’un misérable souchien. Mais voilà: il était devenu le chouchou des média et l’étendard flamboyant d’une duplicité qui ne veut plus « mettre la plume dans la plaie » selon le mot d’Albert Londres. Décidément, à l’ère du soupçon universel certains s’en sortent immaculés.
 
 
 
Jean-Yves Le Gallou avec son compère Hervé Grandchamp présentent un nouveau numéro de leur émission hebdomadaire « I-Média ». Gaillardement menée, elle offre notamment un tour complet de l’affaire Mehdi Meklat.
 
 
 
Le « comité Orwell » publie un entretien avec Jean-Claude Michéa où le philosophe répond aux questions d’Alexandre Devecchio. Il répond sur ses rapports avec l’oeuvre de George Orwell.
 
 
 
Quatrième épisode des conversations entre Alain de Benoist et Paul-Marie Coûteaux. De Benoist s’exprime successivement sur sa critique de l’immigration qui ne sombre jamais dans la xénophobie. Il éreinte le cosmopolitisme ambiant qui se réclame d’un Autre tout en le pensant comme un Même. Il souligne la confusion entourant l’islam opposé aux « racines chrétiennes » de l’Europe, alors qu’en toute bonne logique le terme de racine renvoie à ce qu’il y a de plus ancien. Il rend de ce point de vue un vibrant hommage à l’indo-européanisant Georges Dumézil qui fut son ami et explique que la Grèce étant le lieu d’origine de la philosophie et de la tragédie il ne peut qu’y être sensible. Répondant à une question de Coûteaux il opère avec rigueur une distinction spenglérienne entre culture et civilisation. Il tance la définition de l’Europe comme « ouverte à l’ouverture » (Finkielkraut) ce qui est une manière de ne plus se soucier de savoir ce qu’elle est. Il reproche à l’Union Européenne d’avoir totalement discrédité l’idée même d’Europe. Il répète que l’identité loin d’être ce qui ne change jamais est ce qui nous permet de demeurer nous mêmes en changeant sans cesse. En l’état, il affirme que l’identité n’est pas une essence mais bien une substance et pour ce qui concerne l’identité européenne il constate que cette substance se découvre essentiellement dans la philosophie critique et la dangereuse notion d’objectivité qu’on ne trouve nulle par ailleurs sur les autres continents. Il revient pour finir sur l’aventure du Figaro-Magazine et la progressive « orléanisation » de la droite qui l’amène à refuser dorénavant d’en revêtir l’habit chamarré.
 
 
 
Iurie Rosca, journaliste et ancien vice-premier ministre de Moldavie, livre dans cet entretien fort intéressant son bilan des 25 dernières années du régime libéral de son pays. 25 années durant lesquelles les moldaves, enthousiastes au début, ont perdu toutes leurs illusions sur un système qui les a appauvri et qui n’a su remplir aucune de ses promesses. Comme Soljénitsyne il affirme que le communisme et le capitalisme représentent deux visions mortifières du monde et met en cause, outre la société de marché, les oligarchies financières tant européennes qu’américaines associées aux industries de manipulation émanant du « philanthrope » George Soros. À l’encontre du paradigme libéral il plaide pour un retour du politique axé sur les valeurs conservatrices et la souverainetés identitaires en Europe. Enfin, il cite comme référence Alexandre Douguine et Alain de Benoist qui seront les invités d’un grand colloque à Chinisau en mai prochain.
 
 
 
Pareil à Shelob ? Pour en savoir plus sur ce bienfaiteur de l’humanité qu’est George Soros, voici un article découpé en deux volets de Giampaolo Rossi pour le quotidien Il Giornale. Pour notre part nous attendons avec impatience que la lumière d’Earendil se déverse enfin sur ce marionnétiste  ploutocrate.
 
 
La suite renvoie au site Dreuz-info qui interprète les différentes initiatives de Soros comme relevant de « la gauche ». Nous ne faisons pas, pour notre part, la même exégèse du matériel collationné, qui de toute évidence indique une volonté de semer ce chaos providentiel nécessaire aux yeux de certains intérêts néo-libéraux qui adoptent aussi bien la défroque de gauche que le déguisement de droite pour parvenir à leurs fins.
 
 
 
Réflexions pertinentes sur les sondages par Alain de Benoist.
 
 
 
« L’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne » publie sur « La Morsure des dieux » de Cheyenne-Marie Carron une excellente critique de l’abbé Guillaume de Tanouärn.
 
 
 
Breizh-info a interrogé Cheyenne-Marie Carron sur la signification de son film. Elle déclare dans cet entretien : « Cette réconciliation entre Païens et Chrétiens semble en troubler plus d’un… pour moi, la mémoire spirituelle des peuples Européens se joue là… ».
 
 
 
Bras de fer entre la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) partisane, au nom de la compétitivité, d’une agriculture industrielle et les associations environnementales. Enjeu : la carte des cours d’eau de France dont le puissant syndicat (et la plupart des chambres d’agriculture qu’il contrôle) entend « déclasser » le plus grand nombre possible de ruisseaux afin de permettre aux agro-industriels de polluer des zones jusque là indemnes car protégés par l’interdiction des épandages de pesticides et de travaux sur leurs abords. Ainsi suffit-il de reclasser ce qui était naguère défini comme un cours d’eau en fossé, ravine ou thalweg et le tour est joué. Périrons-nous au nom de la sainte croissance ?
 
 
 
L’avocat Régis de Castenau, défenseur des libertés publiques, qui n’est pas le moins du monde « lepeniste » donne ici raison à Marine Le Pen de se soustraire aux procédures auxquelles le pouvoir entend la soumettre (et que s’empressent de talonner les apparatchiks des médias) et il explique pourquoi. De même démontre-t-il que les fonctionnaires qui se sentiraient visés par son discours de Nantes auraient tout à fait tort puisque celle-ci ne pointait que les ordres manifestement illégaux qu’ils pourraient être amenés à suivre à l’instigation d’un pouvoir aux abois. Exposé limpide.
 
 
 
Affirmant qu’un homme politique doit être jugé sur sa capacité à résoudre les maux dont souffre notre pays plutôt que sur son intégrité morale Bruno Mégret regrette que l’exigence de transparence des leaders en fasse des captifs des médias et de la justice. Le politique conclue-t-il n’est pas de l’ordre de la morale. Juste réflexion qui n’est pas sans évoquer Julien Freund.
 
 
 
La Révolution Conservatrice vue par Georges Feltin Tracol, un doctorant en histoire qui travaille sur la réception de la RC en France présenté sous le nom de Thierry et Monsieur K. Émission très intéressante, illustrée du beau chant de lansquenets « Landsknecht Sang » . La critique amicale d’Éléments suspecté de trouble voisinage avec le mensuel Causeur est superfétatoire dans ce registre. Production d’Orage d’acier.
 
 
 
Le site « Fragments sur le temps présent » fait paraitre la version complète d’un article de Jean-Yves Camus paru originellement dans le quotidien suisse « Le Temps » : « La révolution conservatrice inclut tout et son contraire ». Quelques réflexions élémentaires portant sur les mauvais usages de ce syntagme.
 
 
 
Jacques Sapir, Élisabeth Lévy (directrice de « Causeur »), et Olivier Berruyer (animateur du site « Les crises ») s’en prennent au Décodex du Monde qui s’est arrogé un droit de police sur les opinions exprimées sur le net en triant le bon grain de l’ivraie. Les bons journalistes « objectifs » et la tribu de méchants idéologues. La presse mainstream qui a de moins en moins de lecteurs stigmatise les sites alternatifs qui en rassemblent toujours plus. Ce faisant elle agit comme une nouvelle gendarmerie sacrée qui met à l’index les convictions qui lui déplaisent. Mais qui évaluera les évaluateurs subventionnés, ces éternels donneurs de leçons ? On trouvera par ailleurs sur le site « Les crises » nombre de critiques bien informés sur le candidat Emmanuel Macron qui n’ont pas, elles, la prétention à une pure objectivité que l’on ne trouve nulle part.
 
 
 
Dans le meilleur des mondes Jean-Michel Aphatie est un prince qui peut se permettre de révéler publiquement le fond de son discours subliminal. On s’aperçoit alors qu’il est très performatif et fâcheusement orienté. Décryptage d’Ingrid Riocreux.
 
 
 
Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste était samedi dernier l’invité de Laurent Ruquier dans son émission « On est pas couché ». Il y fut une victime toute désignée d’un P.A.F. bobocratique, sûr de lui et dominateur. Un traitement que ne risque pas d’endurer Charles Robin, ex camarade de lutte de Poutou que sa critique du libéralisme comme « fait social total » a éloigné des fallacieux ennemis du capitalisme comme le montre son « Itinéraire d’un gauchiste repenti » (Krisis).
 
 
 
Sur le dernier livre de Vincent Coussedière « Fin de partie, requiem pour l’élection présidentielle » (parution le 2 mars) une très brève critique sur boulevard Voltaire.
 
 
 
Nous évoquions dans notre dernière revue de presse la dévitalisation des centres villes dans la France périphérique qu’un ensemble de cartes publié par France culture rend parfaitement clair et contribue à en désigner les causes.
 
 

Soleil noir.png

 

27/02/2017

La France identitaire...

Les éditions La Découverte viennent de publier une enquête d'Eric Dupin intitulée La France identitaire - Enquête sur la réaction qui vient. On y trouve notamment un chapitre consacré à la Nouvelle droite des années 70 et à ses surgeons ainsi qu'un chapitre consacré à Alain de Benoist. Journaliste, Eric Dupin est déjà l'auteur d'une enquête intitulé Les défricheurs - Voyage dans la France qui innove vraiment (La Découverte, 2014).

 

Dupin_La France identaire.JPG

" L’obsession de l’identité taraude une France bousculée par la crise et la mondialisation sur fond d’immigration mal intégrée. C’est ainsi que se développe une mouvance identitaire de plus en plus influente dans le monde politique et intellectuel.
Dans cet univers où l’on craint pour la survie d’un peuple français blanc et chrétien, on croise les jeunes militants de l’extrême droite identitaire mais aussi l’écrivain Renaud Camus, l’inventeur du « grand remplacement », ou encore Pierre Sautarel, l’animateur du site très fréquenté « Fdesouche ».
Éric Dupin montre comment ce courant d’idées et de militants pénètre le Front national, même si ses thèses y sont discutées. Il interroge les intellectuels qui s’inscrivent, chacun à sa manière, dans la veine identitaire comme Alain de Benoist ou Alain Finkielkraut. Il examine comment cette question percute l’ensemble du champ politique, avec le témoignage de personnalités aussi diverses que Marion Maréchal-Le Pen ou Jean-Pierre Chevènement.
L’auteur s’interroge enfin sur la profonde mutation du peuple français et sur la crise du « vivre ensemble » qui imposent une redéfinition des valeurs républicaines. C’est l’un des grands défis pour une gauche désemparée par la question de l’identité et profondément divisée sur les réponses à y apporter. Une réflexion d’autant plus indispensable que la pulsion identitaire, avivée par le terrorisme islamiste, travaille l’ensemble des sociétés européennes."

09/02/2017

L’Éternelle trahison des clercs...

Nous reproduisons ci-dessous une excellente analyse publiée par l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique à propos de l'extraordinaire campagne de promotion médiatique dont a bénéficié l'Histoire mondiale de la France, ouvrage dirigé par l'historien de gauche Patrick Boucheron.

 

Boucheron_histoire mondiale de la France.jpg

L’Éternelle trahison des clercs (ou L’Histoire mondiale de la France dans les médias)

En cette rentrée 2017, à quelques mois d’élections présidentielles qui s’annoncent pour l’heure comme une déroute historique de la gauche française, cette dernière livre une charge idéologique tout à fait retentissante avec la publication de L’Histoire mondiale de la France (Seuil), sous la direction de Patrick Boucheron, professeur au Collège de France. Bénéficiant d’une couverture médiatique inouïe, cette manœuvre de propagande rigoureusement orchestrée révèle comme jamais l’alliance tacite entre les élites universitaires, politiques et médiatiques du pays en vue d’enterrer ledit pays, non sans en avoir piétiné l’héritage.

La fin de la domination culturelle de la gauche, le mouvement profondément « dextrogyre » des opinions occidentales, tout cela appartient désormais à l’ordre du constat ratifié par les intellectuels médiatiques et les journalistes de gauche, lesquels admettent par là que tout en ayant perdu leur magistère, ils conservent néanmoins leurs postes. Un paradoxe qu’on imagine relativement anxiogène, et qui doit participer à mobiliser ainsi les forces dans une tentative désespérée de reprendre la main. La connexion entre politiques, intellectuels et journalistes est spécialement ténue après une ère qui fut caractérisée par le triomphe de 68 comme révolution culturelle globale, ère qui atteint aujourd’hui son crépuscule. Aussi, on voit ces différentes catégories de personnes réunir leurs moyens dans une consonance assez extraordinaire, ce qui prouve la puissance de feu symbolique dont elles disposent encore. Les élections à venir laissant prédire, en tout cas pour le moment, un désaveu cinglant de la gauche politique officielle, et alors que les séismes successifs du Brexit et de l’élection de Trump à la présidence des Etats-Unis ont enchainé leurs secousses à quelques mois d’intervalle, 122 universitaires, sous la houlette d’un professeur au Collège de France, ont collaboré au façonnage d’un monument de propagande antinational, contenu dont la diffusion a été ensuite assurée par une espèce de ligue de la plupart des médias officiels, assurant au pensum d’auteurs à peu près inconnus un écho tonitruant, lequel est envisagé comme une réplique massive en pleine débâcle, et vise en premier lieu à détruire l’influence des Zemmour, Finkielkraut et autres Patrick Buisson, rendus responsables de l’angoisse de tout un peuple devant son déclassement, voire sa disparition possible.

Crise identitaire

Après quarante ans d’une politique migratoire suicidaire et d’intoxication idéologique expiatoire en quoi s’est reconverti l’échec des fantasmes de révolution mondiale d’abord diffusés par la gauche, une grave crise identitaire a ébranlé peu à peu l’un des plus vieux peuples d’Europe. Ce profond désarroi offrit d’immenses succès de librairie à ceux capables de le formuler (Zemmour, Villiers, Buisson, Finkielkraut) – et non l’inverse, comme le prétendent ces intellectuels de gauche méprisant le peuple au point qu’ils imaginent son désarroi complètement artificiel et inoculé par un poison extérieur dont ne saurait le garder la faiblesse de son intelligence… Se voyant à juste titre dépossédé de sa mémoire, de son honneur comme d’une partie de ses territoires peu à peu « hallalisés », une part importante de ce peuple éprouva le besoin de se ressaisir de lui-même, de son identité, de son histoire. Très concrètement, ce phénomène se manifesta, outre l’audience accordée aux intellectuels susmentionnés, par un regain d’intérêt très prononcé pour l’Histoire nationale, et se traduisit par le succès de nombreuses émissions et de plusieurs ouvrages, reconnectant ce peuple avec son « roman national », qu’ils soient proposés par Lorant Deutsch, Franck Ferrand, Stéphane Bern ou Max Gallo.

L’Histoire comme enjeu politique

Evidemment, l’Histoire est un enjeu politique de premier ordre, et toutes les idéologies tentent de l’exploiter dans un sens qui les justifie. Mais la situation actuelle du pays pousse à une bataille particulièrement acharnée sur ce thème, comme l’OJIM l’avait déjà analysé au sujet de Lorant Deutsch, et essentiellement dans le champ médiatique où le thème est plébiscité par les spectateurs et tenu pour suspect par les idéologues. L’argument essentiel de ces derniers est toujours de dénoncer l’artifice que constituerait l’Histoire racontée comme un « roman national », c’est-à-dire selon une cohérence fabriquée et rétrospective. Cet argument est éminemment spécieux. D’abord, parce que ceux qui l’exploitent ne dénoncent jamais le « roman socialiste » ou le « roman multiculturaliste », selon lesquels la France nivelée, dépressive, déclassée et atomisée d’aujourd’hui est infiniment plus souhaitable que celle d’hier ; ensuite parce que cette nécessité d’un « roman national » n’est pas à mettre sur le même plan que celle de l’exactitude scientifique, au demeurant perpétuellement contestable. En effet, il s’agit là de psychologie d’un corps collectif, de sa cohésion, de sa structuration. Qu’importe que les récits de soi par lesquels un individu se structure psychologiquement soient strictement exacts, et ils ne le sont sans doute jamais, mais ces récits, du moment qu’ils ne sont pas purement imaginaires, remplissent bien une fonction cardinale, et on verrait mal un psychiatre reprocher à un individu sain les arrangements avec la réalité qu’aura inévitablement opéré sa mémoire pour qu’il établisse une conscience de soi équilibrée. Ce qui est valable à l’échelle d’un individu l’est aussi à l’échelle d’une conscience collective.

Droite Buisson et Gauche Boucheron

Cette nécessité de ressaisissement de la mémoire collective, un homme l’avait senti et avait su l’exploiter : Patrick Buisson. Historien et, justement, patron de la chaîne Histoire, il mit ses analyses, sa culture et le roman national, au service de la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce dernier tenta d’user du même levier lors des primaires de la droite, en septembre dernier, avec sa déclaration sur les ancêtres gaulois que devrait adopter tout citoyen français, ce qui scandalisa comme il se doit la classe médiatique, mais ne suffit pas à lui rallier un électorat déçu, d’autant que l’ancien président avait été politiquement mitraillé par le succès du livre du même Buisson (La Cause du peuple, Perrin, 2016). La manœuvre idéologique de la gauche Boucheron, face à la droite Buisson, consiste donc à désamorcer le levier extrêmement puissant dont celle-ci dispose : le besoin, pour un organisme collectif en pleine dépression, de se ressaisir de son récit personnel historique, de son identité longue, afin de surmonter cette dépression. Seule stratégie efficace face à un mécanisme de survie aussi redoutable : dissoudre cette identité. C’est donc ce à quoi vont s’employer cette centaine d’universitaires bien dressés et la plupart des médias français offrant avec une extraordinaire générosité leurs colonnes, leurs créneaux, leurs micros pour maximiser l’impact de la réplique, quelques mois avant l’élection du successeur de François Hollande.

L’Argument scientifique

Bien sûr, le bataillon idéologique avance à demi camouflé, et insiste en premier lieu sur la prétendue scientificité de son approche. Dans l’émission « La Grande Librairie » du 19 janvier, sur laquelle nous reviendrons, face à Michel Onfray, Boucheron argue d’une « ambition d’apporter un discours engagé et savant. » À traduire par : « de gauche et castrateur ». Cette tentative d’intimidation de l’adversaire n’échappe pas au rhéteur Onfray qui réplique : « Ce n’est pas scientificité contre scientificité, mais option idéologique contre option idéologique. » Pourtant, dans L’Humanité du 5 janvier, Boucheron affiche son ambition sans faux-fuyants : « Le défi qui est devant la gauche est celui de réarmer l’idée de progrès. On voit comment il a été compromis, par ceux qui le contrarient, par ceux qui le critiquent, et de quel prix et de quelles compromissions on l’a payé. Il faut réinventer une manière d’y croire à nouveau et de mener la bataille d’idées. »

Il s’agit bien de mener une bataille, nullement de rejoindre l’Olympe d’une Histoire purement scientifique… La démarche est encore plus explicite chez Médiapart, le 13 janvier, quand le journaliste Joseph Confavreux, sans être ni contredit ni nuancé, résume l’ambition du livre comme devant « faire pièce à Lorant Deutsch, Stéphane Bern, Max Gallo, Franck Ferrand, voire aux élucubrations d’un Michel Onfray traquant après d’autres la décadence de l’Occident, ou même d’un Zemmour cherchant les contours d’un « suicide français » depuis un quarantaine d’années. » Voilà au moins qui est clair.

Le Déo de la « gauche olfactive »

Élisabeth Lévy évoquait avec pertinence cette « gauche olfactive » qui préfère penser avec sa truffe qu’avec son cerveau et se contente de mordre l’adversaire en guise d’argumentation. La publication de L’Histoire mondiale de la France aura vu se multiplier partout les mêmes métaphores pavloviennes : « Les portes et les fenêtres battent, lit-on carrément dans Le Monde du 11 janvier ; chaque page est une goulée d’oxygène. Une odeur française de renfermé (certains ont pu dire, en leur temps, de moisi) se dissipe. » Chez les Inrocks, on s’extasie devant une véritable libération, l’épopée française se trouvant : « enfin libérée du cadre nostalgique de ses grandes dates mythiques. » Est-ce si étroit que ça, la charge d’Eylau ? La geste de Jeanne d’Arc, donne-t-elle l’impression d’un quelconque confinement ? On étouffe dans les jardins de Versailles ? Qu’est-ce qui pue, au juste, dans ces deux millénaires d’une Histoire « classique » à la fois extraordinaire, baroque et vertigineuse ? Il faut se rendre à l’évidence, en réalité, ces épithètes malodorantes n’ayant aucun sens pour qualifier les hauts faits historiques du passé national, caractérisent en réalité, substantiellement, le peuple français lui-même. Le peuple pue. Voilà ce que suggère la gauche olfactive, dont les narines délicates réclament des fragrances exotiques pour que soit enfin purgé cet infâme fumet français qui lui donne des haut-le-cœur.

Une nouvelle tactique

Le problème sur lequel bute cette gauche olfactive, c’est que le peuple a la fâcheuse tendance à se complaire dans son odeur intrinsèque. On lui a dit qu’il ne devait plus rien sentir, il a préféré sentir quelque chose. Il vaudrait donc mieux lui suggérer de nouveaux parfums à aimer. Telle est la réflexion de Boucheron et ses sbires : la déconstruction a échoué dans ses objectifs idéologiques. « La déconstruction est un préalable, il y a un moment où il faut s’engager dans une autre narration qui est également entraînante. », remarque le professeur chez François Busnel. À la question que pose Joseph Confavreux sur ce qui rendrait cette offensive idéologique plus performante que celle déjà menée par les « Historiens de garde » contre Lorant Deutsch, Boucheron répond par le constat que la déconstruction ne marche pas, qu’il faut relancer une narration en exploitant notamment l’attractivité pédagogique que représentent les listes de dates, puisque c’est ainsi qu’est organisé son livre. Non seulement, donc, le projet du livre relève bien d’une stratégie de reconquête idéologique, et non d’une quelconque exigence scientifique supra-politique, mais cette stratégie est parfaitement concertée, prend acte des échecs passés, et élabore de nouvelles méthodes non pour plus de vérité, mais pour plus d’impact.

Répliques

Les principaux visés répondent, mais on s’étonnera tout de même que nul grand débat n’ait été organisé en leur présence, étant donné l’audience qu’ils suscitent et l’espace tout à fait remarquable que les médias auront alloué à cette anthologie composée par d’obscurs universitaires. Éric Zemmour, donc, l’auteur du Suicide français, Alain Finkielkraut, celui de L’Identité malheureuse, tireront depuis leurs postes, sans qu’aucune télévision n’organise un duel dont l’issue n’aurait probablement pas bénéficié au bataillon Boucheron. « Dès la première date, la messe est dite: l’histoire de France commence… avant l’histoire de France. 34.000 ans avant J.-C. ! Dans la grotte Chauvet, au temps de l’homme de Cro-Magnon. « Pour neutraliser la question des origine », avoue sans barguigner Boucheron. Une « France d’avant la France (qui) se dissout dans les prémices d’une humanité métisse et migrante »». Voilà comment Zemmour révèle l’objectif de la manœuvre dans Le Figaro, le 17 janvier. Après la déconstruction, la dissolution, c’est le même terme qu’emploie Alain Finkielkraut, dans son émission « L’Esprit de l’Escalier » sur RCJ, le 15 janvier 2017 : « Mondialiser l’Histoire de France, c’est dissoudre ce qu’elle a de spécifique, son identité, son génie propre, dans le grand bain – vous avez cité La Croix –, de la mixité, de la diversité, du métissage. Et c’est aussi répondre au défi islamiste par l’affirmation de notre dette envers l’islam. De la France-patrie-littéraire, ce qui surnage dans cet ouvrage, c’est la traduction des Mille et une nuits par Antoine Galland, qui a eu la merveilleuse audace d’ajouter au corpus original des histoires que lui avait racontées un voyageur arabe venu d’Alep. Intéressante, instructive aussi, est l’histoire de l’invasion musulmane à Narbonne, en 719, où les cultures, dit-on, se sont mêlées, avant que les Francs, hélas, n’arriment cette ville par la force à leur royaume. »

Régurgiter plutôt qu’assimiler

Pas de débat avec les adversaires directement désignés par Boucheron, mais un semblant de débat avec Onfray dans « La Grande Librairie » Onfray, un autre homme de gauche, mais qui fait mine de donner quelques gages à droite pour ne pas paraître totalement périmé, bref : il y a des limites dans l’ouverture du champ. Onfray, défendant son pré carré, reprochera à Boucheron de défranciser jusqu’à Descartes. Quand on lui demande de se défendre de la critique de Zemmour, Boucheron part dans une comparaison biologique pour le moins paradoxale : « Nous voyons bien d’instinct (…) que les organismes vivants, pour se défendre de la mort, accueillent évidemment ce qui leur est étranger pour faire du même avec l’autre. » Sauf que « faire du même avec l’autre », cela s’appelle assimiler, en biologie comme en politique, et donc vampiriser l’autre en quelque sorte, le nationaliser purement et simplement. Ce qui correspond à la démarche exactement inverse à celle du projet de Boucheron, une démarche qui consiste non à assimiler mais à régurgiter, à recracher tout ce qui a constitué la France pour le renvoyer à son étrangeté initiale, précisément, donc : à décomposer le pays.

Entre deux morts

Cet étrange débat, sur la plateau de Busnel, aura donc proposé au spectateur une curieuse alternative : soit la mort avec élégance (Onfray), soit la dissolution avec entrain (Boucheron). Voilà le genre de choix que la télévision publique offre au peuple français. D’un côté, le narcisse austère, lèvres pincées et lunettes sévères, vous dit que s’il constate comme tant d’autres la décadence du pays, il ne faut pas pour autant regretter, se révolter, tenter de renaître, mais accepter stoïquement la fin et la supplantation d’une civilisation agonisante par une civilisation en pleine santé, la chrétienne par l’islamique. De l’autre, le ravi de la crèche, avec son visage de patate incisée pour la bouche, vous explique qu’il n’y a rien à regretter puisqu’il n’y a jamais rien eu, à part quelques apports islamiques qui ne devraient, et cela tombe bien, ne faire que s’amplifier avec le temps ! Déjà, à l’époque de Jeanne d’Arc, les docteurs de la Sorbonne, ralliés au camp anglais, expliquaient que 1000 ans représentaient une durée de vie tout à fait remarquable pour un royaume, et qu’il était bien temps de passer la main à la vigueur britannique. Déjà, en 1940, les intellectuels ralliés à l’Allemagne nazie invoquaient l’Histoire impériale carolingienne de la France pour tenter de démontrer que loin d’être envahie, la France rentrait seulement chez elle, si l’on appréhendait les choses du point de vue de Charlemagne. Et puis dissoudre la France représente finalement la conclusion logique d’un long parcours : comme les héros de Breaking Bad versant de l’acide dans la baignoire où gît leur cadavre, les intellectuels anti-français, après quarante ans de trahison, de démoralisation, de déconstruction, d’assassinat national, tentent de faire disparaître le corps afin de dissimuler leur crime. Si la France n’a jamais eu lieu, on ne pourra accuser personne de l’avoir détruite. Voilà, le réflexe sale, honteux, coupable, qui aura animé inconsciemment toute cette coalition intello-médiatique qu’on aura vu sévir à l’orée d’une année critique.

Observatoire des journalistes et de l'information médiatique (OJIM, 6 février 2017)

23/12/2016

La Chute de la Maison Juppé...

Nous reproduisons ci-dessous une bonne analyse de l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique sur les causes identifiables de la défaite d'Alain Juppé aux primaires de la droite, dont il était le favori annoncé depuis près de deux ans.

Juppé_Chute.jpg

La Chute de la Maison Juppé

Décidément, depuis quelques mois, les « séismes » électoraux s’enchainent, à croire qu’en Occident, les plaques tectoniques de l’opinion se déplacent avec fracas. L’image peut sembler d’autant plus pertinente que nous nous trouvons à la fois devant un déplacement de l’opinion majoritaire de nos pays, et devant un déphasage entre ce déplacement profond et l’horizon inamovible d’une pensée unique tenant tous les moyens d’information officiels, mais ne régnant plus qu’en surface. Cette dernière séquence-surprise qui vit s’effondrer les pronostics les mieux établis et les plus martelés, nous donne l’occasion de faire un point sur le phénomène. Comment le candidat des médias a été déchu par les suffrages ? Et surtout quelles sont les nouvelles forces qui s’affrontent, directes ou indirectes, officielles et officieuses, mainstream ou alternatives, en France, sur le plan de l’opinion ? Voici les questions auxquelles ce nouveau dossier tentera de répondre.

Une nouvelle cartographie

Les articles et dossiers de l’OJIM l’ont suffisamment répété, ce qui frappe lorsqu’on observe les médias français du début du XXIe siècle, c’est qu’ils ont fortement dévié de leur mission initiale. Passant du statut de principal contre-pouvoir à celui de principal pouvoir idéologique ; d’une fonction d’information à une fonction de propagande insidieuse ; de reflet des opinions s’affrontant au sein d’une démocratie au martèlement de la doxa libérale-libertaire de l’oligarchie mondialisée ; leur rôle et leur poids, mais aussi, à terme, leur crédibilité, ont grandement varié au cours de ce dernier demi-siècle. En conséquence, ce contre-pouvoir perverti a fini par susciter lui-même de nombreux contre-pouvoirs ou d’importantes réactions de rejet, lesquelles réactions se montrent, ces derniers temps, toujours plus spectaculaires. Aussi, il n’y a plus d’adéquation entre la presse et l’opinion, mais une configuration inédite, paradoxale et éclatée, comprenant de nombreux acteurs, que cette primaire de droite a permis de mettre exemplairement en lumière. À côté, ou contre, ou sous, les médias mainstream, on trouve ainsi les sondeurs, les humoristes, les intellectuels dissidents, la « fachosphère » qui n’est souvent que la « réinfosphère » stigmatisée par les obsédés du stigmate, ou encore l’influence des réseaux sociaux. Observons comme chacun de ces acteurs a joué son rôle, à plein ou à contre-emploi, pour faire émerger et couronner, à la surprise de tous, la figure de l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy.

« Juppémania »

C’est en novembre 2014, soit deux ans exactement avant cette primaire pré-présidentielle, qu’Alain Juppé s’est vu recevoir l’onction des médias à travers une couverture surréaliste des Inrocks, qui faisait de ce vieux chiraquien ringard, compromis, soporifique, libéral et de droite, l’icône improbable des branchouilles de gauche… Il se trouve que quelques jours plus tôt, en ce même mois de novembre, les sondages de mi-mandat révélèrent une cote de popularité du président Hollande en-dessous des lignes de flottaison de la crédibilité minimale (12%), et que le bobo commençait à comprendre que les prochaines élections présidentielles annonçaient de plus en plus inéluctablement le scénario d’un nouveau 21 avril. Aussi, prévoyant et stratège, le magazine le plus à la page des années Mitterrand se chercha-t-il un candidat à droite, désigna « Le moins pire d’entre eux », et titra, dans un espoir performatif un rien mégalo : « Juppémania », tout en livrant un entretien qui attestait de la bonne correction politique d’Alain Juppé (il se montrait favorable à l’adoption pour les couples homosexuels). Cette tentative d’influencer l’opinion par l’éloge paradoxal du « moins pire » et dans une perspective de détournement, donnait quand même l’impression cocasse d’une jeune fille qui, pour pallier son absence de cavalier, tenterait de glamouriser papy avant qu’il l’accompagne au bal. Cette stratégie, aussi biscornue que voyante, pouvait-elle se révéler efficace ? Déjà à l’époque, Loïc Le Clerc, lucide, dans Marianne, prévient : la lèche des Inrocks risque surtout d’avoir l’effet contraire à celui recherché en faisant d’Alain Juppé le « candidat des médias ».

L’Anti-Finkielkraut

Le 13 septembre dernier à Strasbourg, Juppé dévoilait l’axe de sa campagne, celui-ci se fondait sur le concept d’ « identité heureuse ». « Je porte une idée, presque un idéal, celui de l’identité heureuse », clamait-il en prenant ainsi le parfait contrepied du Gaulois Sarkozyx, mais surtout en s’opposant frontalement au philosophe Alain Finkielkraut, puisque c’est du détournement du titre d’un de ses livres les mieux vendus, L’Identité malheureuse (Stock, 2013), que le candidat tenait son « concept ». « Je persiste et je signe : oui, l’identité de la France, l’identité heureuse, c’est ce vers quoi je veux conduire le pays », a-t-il lancé devant près de deux mille personnes, réunies dans le palais des congrès de la ville, en disant : « non au pessimisme, au déclinisme ou au renoncement. » Bien sûr, cette phrase ne veut à peu près rien dire puisque soit la France a une identité, soit elle n’en a pas. Si elle en a une, elle en hérite, si bien qu’on ne conduit pas la France vers son identité, mais on prolonge, développe, déploie, l’identité que la France porte déjà en elle. Ou alors, la France n’a pas d’identité, ce qui signifie que la France n’existe pas, et en ce cas, on conduit en effet ce néant malheureux vers quelque chose de plus sympathique, fût-ce n’importe quoi. De la même manière, est-ce bien raisonnable de dire « non au pessimisme et au déclinisme », plutôt que de s’opposer aux causes de ce pessimisme et aux raisons du déclin ? Non, mais ce n’est pas le problème, il s’agit alors, pour Alain Juppé, ni de parler français (ce qui est une habitude fort discriminante), ni d’exprimer des choses intelligentes, mais de continuer de faire jouir Les Inrocks et les autres médias mainstream qui, en effet, conspuent l’académicien Finkielkraut pour son « déclinisme » et déplorent son influence, une stratégie que jusque là, les sondages encouragent, puisqu’à la fin du mois, Juppé est donné gagnant de la primaire avec près de 60% des voix.

Médias, sondeurs, intellectuels

La stratégie de Juppé se présente donc, en début de campagne, comme une stratégie efficace, et on voit qu’elle sollicite différents acteurs devenus décisifs dans l’opinion, mais dont l’effet n’est pas forcément celui qu’on escompte. La figure de l’intellectuel dissident, qu’il s’agisse d’Éric Zemmour ou d’Alain Finkielkraut, à la fois plébiscités par un peuple de l’ombre et conspués par les médias officiels ou satanisés par les humoristes du service public, cristallise sur elle de puissants enjeux. S’afficher anti-Zemmour ou anti-Finkielkraut, c’est se concilier illico toute la presse officielle, en retournant à son bénéfice leur effet répulsif. Quant aux sondages, ils semblent avoir tendance, dans un premier temps, à confirmer les signaux produits par les médias qui les commandent, un peu comme si les sondés témoignaient d’abord du fait qu’ils avaient bien compris ce qu’on attendait d’eux. Voici donc la première « boucle » qu’enclenche le candidat Juppé : 1- attaquer l’intellectuel répulsif ; 2 – s’agréger les médias mainstream ; 3 – valider le bénéfice de ce soutien par les sondages. Cela semble implacable, sauf qu’à terme, cette boucle s’avérera surtout le circuit d’une prophétie auto-réalisatrice par laquelle le système médiatique tente de se faire croire et de convaincre tout le monde que ses désirs sont des ordres, procédé qui finit même, dans la France comme dans l’Amérique de 2016, par produire un effet de retournement.

Le « bad buzz » d’Ali Juppé

Il y a d’autres acteurs, à côté des médias traditionnels, qui, aujourd’hui, influencent l’opinion de manière décisive, Internet en premier lieu. Le candidat Juppé ne l’ignore pas, d’ailleurs, et s’il semble croire que les magasins Prisunic existent encore, cela ne l’empêche pas de tweeter depuis plus longtemps que ses rivaux. « Dans sa volonté d’occuper tous les terrains, et viser au-delà des simples adhérents des Républicains, Alain Juppé s’est aussi investi dans le volet numérique de sa campagne. » lit-on dans Les Inrocks début novembre. Sauf que la Toile développe un écosystème idéologique très différent de celui des médias émergés. Des sites d’informations alternatifs y jouissent d’une audience importante et produisent parfois des messages viraux. C’est ce qui arrivera avec la caricature du candidat des médias en « Ali Juppé » lancée par le site pour le moins islamosceptique « Riposte laïque ». Le 23 octobre, Romain Herreros, dans le Huffington Post, fait un historique et une interprétation de ce « bad buzz ». Selon lui, les fachos font de l’intox. Il s’appuie notamment, pour démontrer cela, sur la rumeur de financement d’une grande mosquée à Bordeaux grâce à son maire – rumeur fausse -, ou encore en expliquant que l’imam Tareq Oubrou, l’ami gênant d’Alain Juppé, étant menacé par Daech, ne peut-être que compatible avec la République. Ce dernier n’en est pas moins issu des rangs de l’UOIF, et à ce titre, relais de l’idéologie conquérante des Frères musulmans en France. Ensuite, l’islamophilie d’Alain Juppé ne fait mystère pour personne, et lui-même est capable d’expliquer dans une lettre aux catholiques, auxquels il s’adresse en tant que « chrétien agnostique » (encore une expression strictement aberrante) : « Je pense que le christianisme est, par construction, « une invitation et une source », pour mieux dialoguer avec les musulmans », formule que même La Croix qualifiera de « surprenante ». En somme, l’intérêt du christianisme, c’est de nous ouvrir à l’islam… Rien que cette déclaration valait légitimement à Juppé son surnom.

Influence et effets comparés d’internet et des médias classiques

Plutôt qu’une intox diffusée par des fachos, on pourrait donc très bien traduire cette campagne « Ali Juppé » comme une légitime mise en garde réalisée par des lanceurs d’alerte quant aux compromissions d’un impétrant à la présidence de la République avec l’islam, dans un contexte de guerre, de conquête ou de colonisation insidieuse a minima, menée par cette religion sur le sol français. Ce qui expliquerait d’ailleurs la remarquable efficacité d’une telle campagne à laquelle Alain Juppé associera son soudain décrochage en la qualifiant de « dégueulasse ». Mais alors cela signifierait qu’il est plus dommageable d’être attaqué par un site internet laïciste qu’il est avantageux de faire une « Une » énamourée des Inrocks ? Voilà qui en dit beaucoup sur le nouvel écosystème médiatique… Mais à vrai dire, les deux événements jouaient en fait contre le maire de Bordeaux, puisqu’être le « candidat des médias », comme l’avait annoncé Loïc Le Clerc, et encore davantage à l’ère de Trump et du Brexit, cela revient à n’être pas le candidat du peuple qui perçoit toujours plus, à raison, les médias comme l’officine de propagande déguisée des intérêts de l’oligarchie.

Fillon contre l’humoriste

L’une des séquences les plus révélatrices de cette campagne des primaires, et qui sera probablement décisive pour le triomphe de François Fillon, c’est sa confrontation avec l’humoriste Charline Vanhoenacker dans « L’Émission politique » de France 2, le 27 octobre. Quand Léa Salamé et Charline Vanhoenacker n’occupent pas les créneaux principaux de France Inter, elles occupent en effet les créneaux principaux de France 2, sans doute parce que le service public audiovisuel, en France, est une « grande » famille de dix personnes de gauche. Comme l’a montré le magazine Causeur dans son numéro de novembre titré « France Inter aux Français ! », quand, sur cette station, la pensée unique n’est pas divulguée par des journalistes, elle est bombardée par des comiques. Au lieu d’une diversité d’opinion qui conviendrait à une radio financée par le contribuable, on a une diversité de tons pour la même seule et unique opinion autorisée. Placée entre Vanhoenacker et Salamé, le candidat Fillon se retrouve, symboliquement, comme au centre du système Inter, entre la journaliste de gauche et l’humoriste de gauche, entre le sérieux de gauche et le comique de gauche, entre le bon flic de la Pensée Unique et le mauvais flic de la Pensée Unique. À sa place, Nicolas Sarkozy est resté de marbre, Bruno Le Maire a ri. François Fillon va faire infiniment mieux : il va recadrer tout le monde et révéler le chantage obscène et très insidieusement totalitaire sur lequel fonctionne la propagande des médias officiels. Ce n’est pas au clown de conclure. Parce qu’alors c’est le dispositif lui-même qui est vicié. Tout fini dans la dérision, la dérision liquide tout, sauf la moraline de gauche, bien sûr, qui est sauve, et condamne ainsi tout ce qui lui échappe. Alors que l’humoriste mettait un cierge au troisième homme, elle venait de lui offrir l’opportunité de devenir le premier en sabotant un dispositif vécu comme tyrannique. C’est bien ce que confirmera d’ailleurs l’un des conseillers du candidat : « C’est ce blasphème contre « l’infotainment » qui a déclenché, selon un conseiller de François Fillon, l’incroyable dynamique qui l’a mené où l’on sait », peut-on lire un mois plus tard dans Le Figaro.

Révolte

Le triomphe impromptu de François Fillon n’avait été guère deviné, même si l’observation des dynamiques sur les réseaux sociaux, ce que les spécialistes appellent les « signaux faibles », s’est révélée plus pertinente que la seule écoute des sondages, comme dans les cas de Trump et du Brexit. Tous ces éléments sont les indices multipliés d’une nouvelle configuration et d’une nouvelle dynamique dans l’opinion, où chaque acteur peut avoir un effet insoupçonné. C’est l’anti-Vanhoenacker qui a écrasé l’anti-Finkielkraut. C’est le site internet militant Riposte laïque qui a eu une influence décisive sur le destin politique d’Alain Juppé, pas Les Inrocks. Surtout, c’est le candidat qui sabota le dispositif médiatique qui l’emporta sur le candidat promu par les médias, cette même promotion devenant, en 2016, une tare plutôt qu’un atout. Le pouvoir médiatique, en tant que contre-pouvoir perverti, est globalement vécu comme toujours plus illégitime par les populations occidentales. Si le pouvoir politique semble être devenu à peu près impuissant face à un pouvoir économique échappant à tout contrôle, les élections sont du moins l’occasion d’une révolte contre les médias officiels, alors que la sphère internet, comme nouveau contre-pouvoir médiatique, gagne quant à elle en influence et en légitimité. Tout semble donc indiquer que nous nous trouvons dans une phase transitoire et au début de l’effondrement d’un monopole idéologique. L’OJIM, bien sûr, sera en poste pour en chroniquer la chute.

OJIM (Observatoire des journalistes et de l'information médiatique, 5 décembre 2016)