Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Confinez-vous avec : ... Les fondements de l'éthologie, de Konrad Lorenz !

Avec la crise du coronavirus, les maisons d'édition reportent la publication de leurs nouveautés à des jours meilleurs. Cette période sera donc l'occasion de vous signaler, au gré de l'inspiration du moment, des ouvrages, disponibles sur les sites de librairie en ligne (ceux dont l'activité se poursuit...), qui méritent d'être découverts ou "redécouverts".

On peut trouver aux éditions Flammarion, dans la collection Champs, un essai de Konrad Lorenz intitulé Les fondements de l'éthologie. Biologiste et zoologiste autrichien, prix Nobel de physiologie, Konrad Lorenz (1903-1989), est l"auteur notamment de L'Agression, une histoire naturelle du mal (Flammarion, 1977), de L'envers du miroir : une histoire naturelle de la connaissance (Flammarion, 1975) et de L'Homme dans le fleuve du vivant (Flammarion, 1981). 

 

 

Lorenz_Les fondements de l'éthologie.jpg

" Ce livre est l’œuvre maîtresse de l’un des principaux pionniers de l’éthologie, cette science née de la volonté d’appliquer au comportement animal et humain les interrogations et les méthodes propres à la recherche en biologie. Avec, en ligne de mire, la question de l’information à la base de toute adaptation, innée ou acquise.
Un tel objectif – réussir à expliquer tous les processus du vivant – exige une méthodologie rigoureuse qui statue sur les compétences requises pour la recherche et sur les différentes modalités expérimentales : la perception comme moyen de connaissance, l’observation des animaux en liberté, en captivité ou simplement apprivoisés, l’expérience de privation, l’analyse fragmentaire, la recherche phylogénétique, l’homologie… C’est sur la base de ces connaissances que l’auteur dresse un tableau des mécanismes physiologiques et des modifications adaptatives du comportement animal.
On a souvent reproché à Lorenz d’appliquer un peu trop rapidement à l’homme les résultats de ses recherches. Mais n’y a-t-il pas une foule de comportements cent fois plus anciens que les nôtres, qui existent en nous et jouent un rôle considérable dans nos actes et dans l’exercice de nos facultés cognitives? L’édifice lumineux mais fragile de notre rationalité, nous avertit-il, repose sur un terrain d’instincts primordiaux que nous partageons avec des créatures bien plus primitives dans l’échelle de l’évolution et avec qui nous devons compter. "

Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel