Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2018

Les plastiqueurs...

Les éditions La Découverte viennent de publier une enquête de Frédéric Charpier intitulée Les plastiqueurs - Une histoire secrète de l'extrême droite violente.

A la lecture du titre, on frissonne d'avance... Et on rigole franchement quand on lit la quatrième de couverture , joyeux fatras où se croisent Clément Méric et les anciens Waffen SS, Pierre Goldman et les groupes identitaires, les rois du plasticage et la théorie du Grand Remplacement, Dominique Venner et les agents secrets, les skinheads et l'OAS... Et dans le livre, on retrouve Guérin-Sérac, Spaggiari, Néné l'élègant, Serge Ayoub et bien d'autres ! Il y en a pour tout le monde : le grand complot de la droite activiste enfin dévoilé...  Malheureusement pour l'auteur, trop, c'est trop. Cette accumulation d'histoires "secrètes" et de portraits ne réussit pas à donner une quelconque cohérence au spectre de "l'extrême droite violente" qu'il agite devant nous et qui perdurerait à travers les décennies. Et face à la réalité du terrorisme islamiste et des violences quasi-quotidiennes perpétrées dans nos rues par des "déséquilibrés" étrangers, l'hypothétique renaissance d'une droite activiste a du mal à faire peur... Bref, si Frédéric Charpier, avec son Génération Occident (Seuil, 2005) avait produit un livre honnête et intéressant, on est loin du compte avec Les plastiqueurs. Dommage ! 

 

Charpier_Les plastiqueurs.jpg

" Dé-diabolisée et dignement médiatisée au même titre que toute autre mouvance politique, l'extrême droite française fait bonne figure et sa généalogie s'oublie. Dans cette enquête remarquablement documentée, Frédéric Charpier retrace l'histoire secrète de la violence d'extrême droite activiste, de l'OAS aux récents actes des groupes identitaires.

Le 21 mai 2013, Dominique Venner, figure de l'extrême droite nationaliste et violente, se suicide dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Celui qui fut un adepte du plastic lors de la guerre d'Algérie et le précurseur de la théorie du " grand remplacement " espérait par son geste réveiller les consciences face aux " périls " migratoire et identitaire. Durant des années, Venner fut le héraut de cette droite activiste qui s'adonna à l'action violente et au terrorisme en bénéficiant bien souvent de la clémence des plus hautes sphères de l'État.
C'est l'histoire de cette " droite délinquante " que retrace Frédéric Charpier dans cette enquête qui s'appuie sur une importante masse d'archives, le plus souvent inédites. Des bombes de l'OAS aux coups de poing des skins néonazis, de l'assassinat de Pierre Goldman à la mort de Clément Méric, on suit une nébuleuse où se côtoient, pendant des décennies, anciens de la Waffen-SS et de la collaboration, braqueurs, mercenaires, chefs d'entreprise, policiers, hommes politiques ou encore agents du renseignement, tous excellant dans l'assassinat, le hold-up ou le plasticage.
Et aujourd'hui ? Cette histoire n'est pas terminée, affirme l'auteur. On sait peu que la montée de l'extrême droite violente en France et en Europe suscite l'inquiétude des autorités. Alors que les groupes et les réseaux islamophobes se multiplient, certains seraient prêts à prendre les armes. De quoi alimenter la crainte de voir ressurgir les plastiqueurs. "

Écrire un commentaire