Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2018

Un peu d'occupation...

Les éditions Robert Laffont viennent de publier dans leur collection Bouquin, sous le titre Occupation, les ouvrages de Pierre Assouline sur la période de l'Occupation, dont Une éminence grise, consacré à Jean Jardin, homme d'influence et directeur de cabinet de Pierre Laval, et Le fleuve Combelle, consacré au journaliste Lucien Combelle, qui fut un proche de Drieu la Rochelle et le rédacteur en chef de la revue Révolution nationale. Pierre Assouline est journaliste et chroniqueur.

 

Assouline_Occupation.jpg

" Les romans et biographies de Pierre Assouline liés à la période de l'Occupation représentent une part essentielle de son oeuvre. L'auteur s'est intéressé tout particulièrement au rôle des éminences grises qui ont agi dans les coulisses du pouvoir vichyste, tel le fascinant Jean Jardin. Dans son essai sur L'Épuration des intellectuels comme dans le récit de son amitié paradoxale avec le " collabo " Lucien Combelle, il évoque la situation des écrivains, éditeurs et patrons de presse compromis avec l'occupant. Il pose en filigrane la question, restée sensible, de la responsabilité morale et politique des créateurs et des hommes de pensée à des moments aussi cruciaux.
Cette dramaturgie trouble et tragique est au coeur des obsessions du romancier. Dans La Cliente, un biographe enquêtant sur la vie d'un écrivain découvre par hasard des milliers de lettres de dénonciation, dont l'une concerne l'un de ses propres amis et sa famille qui a été déportée. Lutetia entraîne le lecteur dans le dédale vertigineux du Paris occupé à travers un de ses hôtels mythiques. On retrouve ce théâtre d'ombres dans Sigmaringen, petite ville d'Allemagne où le maréchal Pétain et ses derniers fidèles bénéficièrent d'un ultime refuge en septembre 1944.
Dans sa préface inédite, où il dévoile la genèse de ses textes, Pierre Assouline éclaire toutes les ambiguïtés de cette histoire collective : une " zone grise semée de doutes et de compromis ", écrit-il, où " le mal subi côtoie le mal commis ". En montrant toute sa complexité, ce volume permet d'approcher de plus près la vérité d'une époque. "

Écrire un commentaire