Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2016

François Fillon, la droite munichoise...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Gabriel Robin, cueilli sur le site de Politic Région et consacré à François Fillon, le candidat de la droite conservatrice et libérale aux élections présidentielles de 2017... Gabriel Robin est secrétaire général du Collectif Culture, Libertés et Création.

 

Fillon.jpg

François Fillon, la droite munichoise

« Ca n’est pas difficile de passer pour fort, va ; le tout est de ne pas se faire pincer en flagrant délit d’ignorance » Guy de Maupassant – Bel Ami
 
« Il y a une bourgeoisie de gauche et une bourgeoisie de droite. Il n’y a pas de peuple de gauche ou de peuple de droite, il n’y a qu’un peuple ». Georges Bernanos – Les grands cimetières sous la lune
 
François Fillon sera donc le candidat de la droite aux élections présidentielles de 2017. Opposé en duel à Alain Juppé, il a confirmé la dynamique du premier tour en balayant son adversaire. Le maire de Bordeaux était une baudruche médiatique. Il aura néanmoins réussi à prouver une chose essentielle : l’électorat de droite n’aura plus jamais de complaisance pour les complices de l’islamisme ou les tièdes. Si nous verrons plus tard que François Fillon n’a rien du dur que les médias se plaisent à décrire, il est certain que sa victoire s’est construite en rejet du multiculturalisme qu’Alain Juppé portait en étendard. En effet, une majorité des électeurs de François Fillon ne l’ont pas plébiscité pour son programme mais parce qu’il était un antidote à un homme que beaucoup craignait n’être qu’un Hollande bis, en pire. Sans rien accomplir de particulièrement notable, le Sarthois a accumulé un capital sympathie inversement proportionnel à la défiance suscitée par la personnalité du candidat Juppé ; lequel déclarait en campagne que 200.000 immigrés légaux par an n’étaient pas de trop ! Bien sûr, François Fillon ne pipait mot, trop heureux de profiter de l’amnésie proverbiale de la France de droite. Il ne sait que trop bien qu’il fut, pendant cinq ans, sans jamais montrer un signe d’agacement, premier ministre du président Nicolas Sarkozy. Cinq années durant lesquelles l’immigration massive ne s’est pas seulement poursuivie, mais aggravée dans des proportions dramatiques. Alain Juppé a été détruit pas sa Némésis, Ali. Il ne put jamais se défaire de cette seconde peau aux odeurs méphitiques.  Clou du spectacle, quelques personnalités se sont chargées de donner une aura sulfureuse à ce brave Fillon qui n’en demandait pas tant. Alain Juppé a tenté, dans une manœuvre de panique, de diaboliser son adversaire, rapidement rejoint en ce sens par toute la gauchosphère. Et c’est ainsi que le très lisse et très consensuel Fillon est passé, en l’espace d’à peine quelque jours, du statut d’ancien collaborateur soumis de Nicolas Sarkozy à celui d’homme du renouveau de la droite française, incarnation vivante du pays réel. Divine surprise pour tous les concernés, à l’exception d’Alain Juppé qui, par orgueil, refusait d’accepter sa défaite.
 
Les élections primaires de la droite ont obtenu l’effet escompté par leurs concepteurs : constituer un véritable premier tour de l’élection présidentielle, au mépris de nos institutions. En un sens, les héritiers autoproclamés du général de Gaulle ont accompli l’un de ses prophéties, choisissant « le plus inodore, le plus incolore, le plus insipide ». Du moins, jusqu'au soir du premier tour, avant qu’il ne soit transformé en monstre pour le plus grand plaisir des éditorialistes qui trouvaient un nouveau marronnier. Tous y sont allés de leurs doctes analyses, oubliant de préciser qu’aucun d’entre eux n’avait vu venir la surprise Fillon. J’ai même entendu une célèbre journaliste ressortir des placards la thèse des trois droites de René Rémond, expliquant avec le plus grand sérieux que François Fillon en réalisait la synthèse, y adjoignant une petite nouvelle appelée « droite hors les murs » … Si la proposition est fondamentalement inexacte, la thèse des trois droites étant inopérante en 2016, il est néanmoins à peu près certain que la victoire de François Fillon pourrait s’avérer être une offrande pour les professionnels de la politique qui vivent sur la bête. Avec François Fillon, les vieux débats entre caciques de « droite » et « gauche » seront de retour. Préparez-vous donc à revoir à la télévision ces pièces de théâtre bruyantes qui opposent stérilement des élus menant des politiques identiques depuis quarante ans. En effet, le programme économique et social de François Fillon est une véritable aubaine pour la gauche, jusque-là moribonde, de reconstituer un clivage que la réalité a grandement complexifié. Qui en tirera profit ? Manuel Valls ? Arnaud Montebourg ? François Hollande revenu de l’enfer ? Réponse en janvier. Pour l’instant, attachons-nous à dévoiler la vérité sur François Fillon. Qui se cache derrière cette lourde carapace de velours côtelé ? D’abord, un homme du passé. Par un étrange effet de circonstance, le Sarthois paraît n’avoir jamais été aux affaires alors qu’il hante la vie politique depuis la fin des années 1970. Au commencement était un mentor, Joël Le Theule. Il fut son assistant parlementaire avant d’atterrir, à ses côtés, au ministère de la Défense. Victime d’un malaise cardiaque en 1980, Joël Le Theule mourut en laissant à son fils spirituel une circonscription qui allait bientôt le porter à l’Assemblée nationale. Vous connaissez la suite… François Fillon, professionnel de la politique à vie, a toujours pu compter sur un mandat électif ou un ministère. Un temps proche de Philippe Séguin, il sut rapidement s’en détacher pour embrasser une vision qualifiée de plus libérale sur le plan économique, soutenant notamment Edouard Balladur aux élections présidentielles de 1995.
 
François Fillon incarne une certaine vision de l’Etat, légèrement poussiéreuse et probablement anachronique. En 2005, il soutenait le projet de Traité constitutionnel européen, trahissant ses premières convictions au motif que le traité venait « combler les lacunes du Traité de Maastricht ». Depuis, il semble tout acquis à la cause d’une folle construction européenne, machine à broyer les identités nationales et les peuples. Homme du passé au lourd passif, il n’a jamais rien réalisé de notable hors ses années à Matignon, couronnées d’échecs divers et variés. Il convient d’ajouter à ce petit curriculum vitae, un caractère ambiguë qui a pu le conduire à trahir Nicolas Sarkozy, allant jusqu’à appeler François Hollande pour qu’il accélère les procédures judiciaires contre son ancien allié. Dans son parcours, rien ne laissait supposer que François Fillon incarnerait un jour une droite enracinée. Tout l’y oppose. En 2010, alors premier ministre, il marquait l’histoire de son empreinte en inaugurant la mosquée d’Argenteuil, fief de la Non France, aux côtés d’une fillette impubère coiffée d’un voile islamique. Nicolas Sarkozy lui-même s’en était moqué, comme le rapporte Patrick Buisson dans La Cause du Peuple… On a vu mieux comme champion du pays réel. D’ailleurs, disons-le tout net : comment un homme qui n’a rien fait pendant 40 ans, cautionnant toutes les politiques qui ont entrainé notre déclin, pourrait-il aujourd’hui défendre la France historique ? François Fillon fut toujours un Munichois. Les hommes ne changent jamais vraiment. Il ne croit pas en ce qu’il dit dans ses discours. Il lit et répète mécaniquement les arguments que lui fournissent ses chargés de communication. D’où les innombrables contradictions entre le François Fillon des élections primaires et ses précédentes incarnations. Avant de se convertir opportunément à Maurice Barrés, il était acquis au multiculturalisme le plus sournois, déclarant : « Quant aux minarets, qui sont d’ailleurs assez peu nombreux en France, je dis qu’ils doivent s’inscrire de façon harmonieuse et durable dans notre environnement urbain et social ». Sera-t-il, après Bernard Cazeneuve, le nouveau bâtisseur de mosquées-cathédrales que la France n’attend pas ? Au-delà de l’image de façade, que s’est patiemment construit François Fillon durant sa traversée du désert, reste un représentant classique d’une droite beaucoup plus apatride qu’attachée à notre identité profonde. Un côté de sa personnalité qui peut d’ailleurs revenir sans crier gare. Interrogé sur l’accueil des « migrants » clandestins, le candidat à l’élection présidentielle répondait qu’il les accueillerait avec plaisir dans sa ville de Sablé-sur-Sarthe s’il en était le maire. Peut-être pas dans son manoir de prestige mais c’est là une autre question…                                                        
 
Ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino a déclaré au micro d’Europe 1, juste après le triomphe de François Fillon : « Ce programme, je le combattrai avec toute mon énergie, jusqu'au bout. Avec un programme pareil, les classes populaires et les classes moyennes ne vont pas aller pour cette droite-là. Le programme de François Fillon, c'est une purge comme on n'en a jamais proposé depuis la Seconde Guerre mondiale. » Les mots sont durs, très durs. Mais pas infondés. Oui, le programme de François Fillon est une purge qui menace la cohésion sociale du pays. Une purge à contretemps. Une purge qui, de façon amusante, contredit son bilan de premier ministre qui a vu la France s’endetter de 600 milliards d’euros supplémentaires. En outre, si ce remède de cheval aurait pu être adapté à la France de 2005, d’avant les crises, il ne l’est plus. Le monde marche vers d’autres horizons, comme en témoignent les réformes entreprises par les conservateurs britanniques et le succès de Donald Trump. Coincé dans le siècle passé, François Fillon méprise les pistes d'avenir. Economie numérique ? Ré-industrialisation ? Fiscalité étouffante ? Rien du tout ! Un des rares constantes politiques de cet homme est son caractère farouchement antisocial, en dépit du vernis que lui procure encore sa proximité passée avec Philippe Séguin. Il a pratiqué de terribles coupes budgétaires dont ont été victimes les familles et les couples mariés. Depuis le premier mai 2008, les majorations de la caisse des allocations familiales à 11 et 16 ans ont été supprimées, provoquant une perte sèche de 600 euros par famille. Pareillement, il a orchestré la disparition de l’avantage fiscal pour les jeunes mariés. Personne ne s’étonnera donc du fait que le programme de François Fillon soit une véritable attaque en règle contre les classes moyennes. Sa réforme de la sécurité sociale a été pensée pour être supportée par les Français les plus productifs, ne remettant pourtant pas en question l’aide médicale d’Etat qui bénéficie aux étrangers. Plutôt que de s'attaquer à la gabegie qui menace les finances publiques, la droite préfère affaiblir l'Etat. Il en va probablement de la préservation de la paix sociale, le possédant ayant toujours eu besoin du lumpen-prolétariat pour maintenir son rang ... Quand John Redwood, membre conservateur du Parlement britannique, explique dans une tribune magistrale pour le Guardian que le temps de l’austérité est fini, ou que Stephen Moore, économiste de la Heritage Foundation et ancien plus proche conseiller de Ronald Reagan, explique que le Parti Républicain est devenu un parti populiste de la classe ouvrière, la droite apatride la plus bête du monde veut mettre en place une politique sortie des années 80 ! Les économies voulues par François Fillon seront réalisées sur le dos de la France des oubliés, silencieuse et laborieuse. Demain, toujours moins de policiers, d’enseignants, de médecins et de postes dans les zones rurales. François Fillon prétend défendre la ruralité ; mais laquelle ? Celle des chasses en Sologne ou celle des petits paysans ? La réponse est dans la question. Ses solutions s'adressent uniquement aux propriétaires, certainement pas aux entrepreneurs dont le monde lui est totalement étranger. Il n'est donc pas libéral, simplement capitaliste.
 
François Fillon est un libre-échangiste acquis au globalisme le plus pur, sur le plan économique comme humain. Son programme n’en fait pas mystère. On peut notamment  y lire à la page 58 : « Disons-le clairement : c’est un leurre et une démagogie sans nom que de prétendre rétablir les frontières nationales ». Les frontières sont pourtant les limites qui nous protègent des prédations mondiales, tant financières que démographiques. Le candidat Fillon ne compte pas s’attaquer à l’immigration de peuplement autrement qu’en paroles. Il n’aura jamais la force de le faire et n’en éprouve pas le besoin, protégé de ses effets les plus désastreux. La préférence nationale, pourtant consubstantielle au principe républicain, est totalement absente de son programme. Logique pour quelqu'un qui n'en a jamais éprouvé le besoin, la nation étant le bien des humbles.
 
J’espère que mes compatriotes ne seront pas dupes des manœuvres mensongères de cet homme. L’heure tourne. François Fillon ne sera pas la solution à nos maux. Au mieux, il fera office d’anesthésiant avant le grand chaos ou de récréation pour les éternels cocus. Version 2.0 de Nicolas Sarkozy, il ne se distingue de l'ancien président que dans la présentation. Plus conforme aux canons de la France traditionnelle, plus bourgeois bon teint. Ah, je vois déjà venir les frileux qui imaginent qu’il faut avoir occupé dix ministères pour administrer correctement les affaires de la nation… En temps de paix, peut-être. Mais nous sommes confrontés à des défis dont l’ampleur est inédite. Signer les accords de Munich ne nous protègera pas. 
 
Demain, la France pourrait bien ne plus être la France. En votre âme et conscience, pensez-vous que François Fillon pourra donner l’électrochoc suffisant ? Il ne faut plus se déterminer selon des réflexes de classe, lesquels nous portent, selon nos éducations, vers la droite ou vers la gauche, mais selon des réflexes de survie. Il s’agit de notre souveraineté, de notre identité, de notre peuple et de sa prospérité future. Désormais, un seul clivage existe : la France éternelle et la France d’après. François Fillon a lutté pour la France d’après pendant quarante ans. Il continuera demain.
 
Gabriel Robin (Politic région, 28 novembre 2016)

Écrire un commentaire