Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2016

La Grâce de l'Histoire - le Deuxième Cercle...

Les éditons Mols poursuivent la publication de l'essai de Philippe GrassetLa Grâce de l'Histoire, avec  Le Deuxième Cercle, qui fait suite au Troisième Cercle. Animateur du remarquable site d'analyse De Defensa, véritable observatoire de la crise du bloc occidental centré sur les États-Unis, Philippe Grasset est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment Le Monde malade de l'Amérique (Chronique sociale - EVO, 1999) et Chroniques de l'ébranlement (Mols, 2003), préfacé par Régis Debray. Comme il y a eu des "kremlinologues", Philippe Grasset est un "américanologue" dont les analyses profondes et visionnaires méritent d'être lues avec attention.

 

Grasset_grâce de l'histoire_deuxième cercle.jpg

" La crise qui gronde aujourd’hui et embrase le monde a son origine dans la nuit des temps de notre civilisation. Dans le premier volume de La Grâce de l’Histoire, Philippe Grasset s’est intéressé à ses causes immédiates en en traçant le cercle le plus visible. Ici, il propose d'élargir le cercle de la réflexion sur l’Histoire et son sens pour explorer effectivement les sources les plus puissantes de la catastrophe.

Ainsi Philippe Grasset voit-il le point central du tournant de la modernité qu’est la Renaissance ; la grande diagonale de notre civilisation qu’est le Christianisme, de son origine à son tournant du XVIIe siècle, lorsqu’il se convertit à la modernité qu’il a inspirée et aidé à enfanter ; le XVIIIe siècle, qui est à ses yeux le siècle de l’épuisement de la psychologie humaine conduisant aux catastrophes de la fin de ce siècle, marquant la chute décisive dans la modernité ; la situation actuelle, où notre histoire se débat dans le vain espoir de se reconstituer une métaphysique. Enfin, sa dernière démarche embrassera cette profonde déchirure métahistorique qu’est notre civilisation : la malédiction du feu et de la technologie confrontée au monde des Anciens.
En conclusion, l’auteur ouvre une nouvelle perspective en posant les questions essentielles qui ont déserté notre pensée soumise désormais à la modernité, et que notre crise ressuscite : nous nous retrouvons placés devant la transmutation de notre crise en une interrogation sur l’éternité. "

Écrire un commentaire