Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2018

Hongrie, Autriche, Italie… À la découverte des nouvelles démocraties illibérales

Dans cette émission du Plus d’Éléments, diffusée par TV Libertés, l'équipe de la revue, autour de Thomas Hennetier, évoque, à l'occasion de la sortie du nouveau numéro, évoque les démocraties illibérales (Italie, Hongrie, Autriche…) mais également le combat au Moyen-âge, Sergio Léone et la révolution sexuelle en 1789. On trouvera sur le plateau Pascal Esseyric, directeur de la rédaction, David L’Épée, Ludovic Maubreuil et Fabien Niezgoda.

 

                                    

06/09/2018

Sur les jobs à la con...

Les éditions Les Liens qui libèrent viennent de publier l'essai de David Graeber intitulé Bullshit jobs. Anthropologue et économiste, professeur à la London School of Economics, David Graeber a été un des initiateurs du mouvement Occupy Wall Street en 2011.

On peut trouver dans la revue Éléments (numéro 168, octobre-novembre 2017) une passionnante présentation du livre et de ses enjeux, sous la plume de Thomas Hennetier.

 

Graeber_Jobs à la con.jpg

" Alors que le progrès technologique a toujours été vu comme l'horizon d'une libération du travail, notre société moderne repose en grande partie sur l'aliénation de la majorité des employés de bureau. Beaucoup sont amenés à dédier leur vie à des tâches inutiles, sans réel intérêt et vides de sens, tout en ayant pleinement conscience de la superficialité de leur contribution à la société. C'est de ce paradoxe qu'est né et s'est répandu, sous la plume de David Graeber, le concept de "bullshit jobs" - ou "jobs à la con", comme on les appelle en français. Dans son style unique, virulent et limpide, l'auteur procède ici à un examen poussé de ce phénomène. Il soutient que, lorsque 1 % de la population contrôle la majeure partie des richesses d'une société, ce sont eux qui définissent les tâches "utiles" et "importantes". Mais que penser d'une société qui, d'une part, méprise et sous-paie ses infirmières, chauffeurs de bus, jardiniers ou musiciens - autant de professions authentiquement créatrices de valeur - et, d'autre part, entretient toute une classe d'avocats d'affaires, d'actuaires, de managers intermédiaires et autres gratte-papier surpayés pour accomplir des tâches inutiles, voire nuisibles ? Graeber s'appuie sur les réflexions de grands penseurs, philosophes et scientifiques pour déterminer l'origine de cette anomalie, tant économique que sociale, et en détailler les conséquences individuelles et politiques : la dépression, l'anxiété et les relations de travail sadomasochistes se répandent ; l'effondrement de l'estime de soi s'apparente à "une cicatrice qui balafre notre âme collective". Sa démonstration est émaillée de témoignages éclairants envoyés par des salariés de tous pays, récits tour à tour déchirants, consternants ou hilarants. Il y a le consultant en informatique qui ne possède aucune des qualifications requises pour le poste, mais qui reçoit promotion sur promotion, bien qu'il fasse des pieds et des mains pour se faire virer ; le salarié supervisé par vingt-cinq managers intermédiaires dont pas un seul ne répond à ses requêtes ; le sous-sous-sous-contractant de l'armée allemande qui parcourt chaque semaine 500 kilomètres en voiture pour aller signer un papier qui autorisera un soldat à déplacer son ordinateur dans la pièce d'à côté... Graeber en appelle finalement à une révolte du salarié moderne ainsi qu'à une vaste réorganisation des valeurs, qui placerait le travail créatif et aidant au coeur de notre culture et ferait de la technologie un outil de libération plutôt que d'asservissement, assouvissant enfin notre soif de sens et d'épanouissement. "

23/06/2018

Nouvelle économie ?...

Le numéro 48 de la revue Krisis, dirigée par Alain de Benoist, avec pour rédacteur en chef Thibaut Isabel, vient de paraître. Cette nouvelle livraison est consacrée à la nouvelle économie du monde numérisé et robotisé qui vient...

Vous pouvez commander ce nouveau numéro sur le site de la revue Krisis ou sur le site de la revue Eléments.

Bonne lecture !

 

Krisis 48.jpg

" D’après un rapport mené par un cabinet de stratégie allemand, 42% des emplois français actuels seront très probablement automatisés à moyen ou long terme. Chacun doit mesurer l’ampleur d’une telle prévision: les répercussions immédiates d’un choc d’automatisation aussi considérable risquent d’être ressenties non seulement dans l’économie, mais dans la société tout entière. Le monde ne sera plus le même dans cinquante ans, en bien comme en mal. Les discours qui nous paraissent aujourd’hui alarmistes deviendront peut-être demain dramatiquement réalistes; et les utopies naïves prendront des allures d’urgence et de nécessité. Comment les systèmes d’aide sociale auxquels la France est habituée se maintiendront-ils dans une société où le chômage de masse prendra de telles proportions? A contrario, imagine-t-on qu’un régime économique aussi inégalitaire puisse tenir sur la durée? Lorsque des robots et des algorithmes assumeront la majeure partie du labeur autrefois pris en charge par des travailleurs humains, le travail perdra lui-même le caractère de fatalité qu’il avait revêtu jusqu’à lors. Un monde sans travail, ou qui impliquerait tout du moins une part de travail réduite, semble donc désormais possible. Cela pose une multitude de questions. Qui continuera de travailler? Comment subviendra-t-on aux besoins de tous les autres? Une société peut-elle survivre si le chômage touche l’essentiel de sa population, alors que la quantité de richesses produites n’a jamais été aussi grande? "


Sommaire :

Éditorial

Entretien avec Bernard Stiegler / Un monde en pleine mutation.

Sylvain Fuchs / Les mirages de la finance: une utopie contemporaine.

David D. Clark / Un autre Internet est-il possible?

Cornelius Castoriadis / Document: L’individualisme néolibéral  et la montée de l’insignifiance (1996).

Débat entre Denis Collin et Pierre-Yves Gomez / L’économie  du XXIe siècle à la lumière de Karl Marx.

Thomas Guénolé / Peut-on sortir de la mondialisation?

Thomas Hennetier / Aux sources de l’économie globale: la conquête européenne du «nouveau monde».

Jérôme Maucourant / Karl Polanyi contre la société de marché.

Olivier Rey / Ivan Illich et le désastre croissantiste.

Arnaud Diemer / Repenser le travail.

Frédéric Dufoing / Vers une économie écologiste.

Marc de Basquiat / Le revenu d’existence.

Karl Polanyi / Le texte: Le marché autorégulateur et les marchandises fictives (1944).

01/05/2018

Cette année-là... (6)

Dans Cette année-là, l'équipe de la revue Éléments, autour de Patrick Péhèle,  nous fait découvrir sur le plateau de TV Libertés des livres, des chansons, des films, des évènements qui ont marqué la société française en bien ou en mal et qui marquent encore notre présent. Un rendez-vous classé par année, sous le signe d’un retour sur notre passé, avec ce qu'il faut de passion et d'impertinence... Et on retrouve sur le plateau Pascal Esseyric, David l'Epée , Thomas Hennetier et Christophe A. Maxime...

Au sommaire ce mois-ci :

– un film : La Grande Bouffe, de Marco Ferreri (1973)

– un livre : Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, de Zeev Sternhell (1983)

– un bande-dessinée : Hitler = SS , de Vuillemin et Gourio (1987)

 

                             

24/03/2018

Police de la pensée et dictature des minorités...

Dans cette émission du Plus d’Éléments, diffusée par TV Libertés, l'équipe de la revue, autour d'Olivier François, évoque, à l'occasion de la sortie du nouveau numéro, l’épidémie victimaire, la dictature des minorités visibles et les nouveaux Gardes rouges de l’antiracisme, mais nous livre aussi ses coups de cœur du moment et pousse quelques coups de gueule, dont un, réjouissant, sur l'"appropriation culturelle" ! On trouvera sur le plateau François Bousquet (en noir et blanc), rédacteur en chef, David L’Épée, Thomas Hennetier et Christophe A. Maxime.

 

                                

17/02/2018

Cette année-là... (5)

Dans Cette année-là, l'équipe de la revue Éléments, autour de Patrick Péhèle,  nous fait découvrir sur le plateau de TV Libertés des livres, des chansons, des films, des évènements qui ont marqué la société française en bien ou en mal et qui marquent encore notre présent. Un rendez-vous classé par année, sous le signe d’un retour sur notre passé, avec ce qu'il faut de passion et d'impertinence... Et on retrouve sur le plateau Pascal Esseyric, Ludovic Maubreuil , Thomas Hennetier et Christophe A. Maxime...

Au sommaire ce mois-ci :

– un film : La Règle du jeu, de Jean Renoir (1939)

– un livre : La France de Vichy, de Robert Paxton (1973)

– un événement : l'attentat de la rue Copernic (1980)