Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

julien hervier - Page 3

  • Pour l'Europe carolingienne...

    Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°151, avril - juin 2014) est disponible en kiosque.

    Dans ce numéro, Pascal Esseyric et Patrick Péhèle nous livre  un dossier consacré à l'Europe, ainsi que des entretiens avec Robert Redeker ("La guerre seule peut ressusciter la politique") et avec Julien Hervier ("Ernst Jünger cet inconnu") et des articles consacrés à William Morris et au nouveau capitalisme criminel Et on trouvera également la chronique cinéma de Ludovic Maubreuil, la Chronique d'une fin du monde sans importance de Xavier Eman et l'éditorial de Robert de Herte intitulé « L'actualité d'un centenaire ».  

    Vous pouvez commander ce numéro ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com.

     

    Eléments 151.jpg

     Au sommaire :

    Éditorial

    L'actualité d'un centenaire, par Robert de Herte
    Forum ...

    L'entretien

    Robert Redeker par Alain de Benoist

    Cartouches

    L'actualité des idées, des sciences, du cinéma, des arts et des lettres

    À propos d'un prix littéraire, par Jacques Aboucaya

    Chronique cinéma, par Ludovic Maubreuil

    Romans noirs, par Pierric Guittaut

    Chronique d'une fin du monde sans importance, par Xavier Eman

    Sciences, par Bastien O'Danieli

    Le combat des idées

    « Je m'incline devant ceux qui sont tombés» , par Ernst Jünger

    Ernst Jünger, cet inconnu, entretien avec Julien Hervier

    Maurice Genevoix - Ernst Junger: le face-à-face, par Laurent Schang

    Nouveau capitalisme criminel, par François Bousquet

    William Morris contre le monde moderne, par Olivier François

    Dossier

    Europe-Marché ou Europe-puissance

    L'Europe carolingienne à l'avant-garde, par Felix Morès

     

    Envers et contre tout, l'Europe ! ,  par Alain de Benoist

     

    « L'audace d'un État européen fédéral»,  par Gérard Dussouy

     

    Union européenne, l'objection démocratique, par Éric Maulin

     

    L'Empire, une idée très ancienne et très neuve, par Pierre Le Vigan

     

    Faut-il sortir de l'euro? , par Éric Maulin

    Union transatlantique: la grande menace, par Alain de Benoist

    Éphémérides

     

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Ernst Jünger et l'écriture de la guerre...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous une conférence donnée par Julien Hervier le 11 février 2014 au Collège de France, et ayant pour thème "Ernst Jünger et l'écriture de la guerre". Julien Hervier a récemment publié une biographie de l'auteur d'Orages d'acier intitulée Ernst Jünger - Dans les tempêtes du siècle.

    La conférence est présentée par Antoine Compagnon, auteur notamment de l'essai Les Antimodernes - De Joseph de Maistre à Roland Barthes (Gallimard, 2005).

     

    Lien permanent Catégories : Conférences, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • On cause de Dieudonné... et de Jünger !

    Causeur 10.jpg

     

    Le numéro de février 2014 du mensuel Causeur est en kiosque.

    La revue d'Elisabeth Lévy n'a pas refusé l'obstacle et aborde de front l'affaire Dieudonné. L'effort est méritoire, mais le résultat n'est pas convaincant. On notera cependant que l'entretien avec Dieudonné, un des seuls dans la presse française, montre au moins que l'intéressé n'a pas grand chose à voir avec un penseur de droite, ou d'extrême droite. Pour le reste, l'exercice d'autoflagellation de Jérôme Leroy ("Du balai ! Mais devant ma porte aussi...") est un peu consternant et l'article de Jacques de Guillebon sur Soral ("Voyage en Soralie") parfaitement faux-cul (il mérite donc sa crucifixion sur le site d'A moy que chault...). En revanche, Olivier Maulin, qui aborde le vrai sujet de l'affaire, livre un papier brillant ("Ai-je encore le droit de rire avec Dieudonné")...

    Dans la partie Actualités, à côté de deux articles intéressants sur la situation en Syrie et d'un article de Jean-Luc Gréau ("Un euro trop fort dans une Europe trop faible"), on trouve un article de Morgan Karim Lebsir ("Etats-Unis, le Grand Satan des manuels scolaires") et un de Luc Rosenzweig ("Justice pour Ariel Sharon !") qui laissent songeurs...

    Heureusement, figure également un petit dossier sur Ernst Jünger, qui comporte des articles de Daoud Boughezala ("Ernst Jünger, cent deux ans de solitude") et de Romaric Sangars ("Modernité et barbarie") ainsi qu'un entretien avec Julien Hervier (Jünger, un héros d'un autre temps").

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Dans les tempêtes du siècle...

    Julien Hervier publie cette semaine aux éditions Fayard Ernst Jünger - Dans les tempêtes du siècle, une biographie de l'auteur d'Orages d'acier. Spécialiste de l’œuvre de Jünger et de celle de Drieu la Rochelle, auteurs auxquels il a consacré sa thèse, Deux individus contre l'histoire - Pierre Drieu la Rochelle, Ernst Jünger (Eurédit, 2010), Julien Hervier est également devenu le principal traducteur du grand auteur allemand et a dirigé l'édition dans la pléiade, en 2008, de ses Journaux de guerre.

     

    Jünger Hervier.jpg

    " Témoin exceptionnel du XXe siècle, mort à cent deux ans, Ernst Jünger a vécu en Allemagne sous quatre régimes politiques et participé à deux conflits mondiaux. Héros de la Grande Guerre, d’un nationalisme agressif après la défaite allemande à laquelle il ne se résigne pas, il fait l’éloge du progrès technique et de la mobilisation totale dans les années trente ; mais il refuse sans ambiguïté les avances du régime nazi, avant d’adopter dans la seconde moitié de sa vie une position écologique aussi radicale qu’indifférente aux clivages politiques. Passionnément controversé en Allemagne où il a autant d’adversaires résolus que de partisans enthousiastes, il ne saurait laisser personne indifférent.
    Avant tout, il est dominé par sa passion de la langue ; depuis ses premiers balbutiements littéraires en 1909, il n’a jamais cessé d’écrire, jusqu’aux dernières lignes de son journal en 1996. Grand lecteur de Bloy, de Malraux et de tant d’autres, il a suscité l’admiration de Gide ou de Borges, croisé Braque et Picasso, et incarné la réconciliation franco-allemande aux côtés de Kohl et de Mitterrand. La biographie de Julien Hervier est la première à répondre avec une précision éclairante à la curiosité qu’il suscite auprès du public français. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Ernst Jünger : nouvelles du front...

    Carnets de guerre Jünger.jpg

    Les éditions Christian Bourgois doivent publier début janvier les Carnets de guerre 1914-1918 d'Ernst Jünger. Publié en Allemagne en 2013, ce document constitue la matériau brute qu'a utilisé Ernst Jünger pour écrire Orages d'acier, Le boqueteau 125 et Feu et sang.

    Il restera encore à traduire ses Ecrits politiques ou sa volumineuse correspondance avec des auteurs comme Carl Schmitt, Gottfried Benn ou Friedrich Hielscher...

    On annonce également pour le mois de janvier chez Fayard la publication d'une biographie d'Ernst Jünger sous la plume de Julien Hervier. Ce dernier, déjà auteur de Deux individus contre l'histoire - Pierre Drieu la Rochelle - Ernst Jünger, et responsable de l'édition des Journaux de guerre de Jünger dans la Pléiade, peut être considéré comme l'un des meilleurs spécialistes français de l'auteur des Falaises de marbre.

    Lien permanent Catégories : Infos, Livres 0 commentaire Pin it!
  • Drieu parmi nous !...

    Les éditions Gallimard viennent de publier dans la bibliothèque de La Plèiade un recueil d'oeuvres de Pierre Drieu La Rochelle, intitulé Romans, récits et nouvelles. Cette édition est publiée sous la direction de Jean-François Louette avec la collaboration, notamment, de Julien Hervier.

     

    Drieu la Rochelle 2.gif

    "Drieu assignait à l’intellectuel le devoir « d’essayer les chemins de l’Histoire ». Le jeu est risqué, il le savait. Mais prévoir le risque d’égarement n’est pas tout. Une erreur est une erreur, une faute est une faute  ; il faut en répondre. Il savait cela aussi. Peu avant la fin, il fit le bilan :  « nous avons joué, j’ai perdu. Je réclame la mort. » Il fut son propre procureur, son propre juge, son propre exécuteur. « Il était sincère, dira Sartre  ; il l’a prouvé. »
    Il fut aussi son propre avocat, non sans talent, mais sans grande conviction. Sa nature le poussait plutôt à l’autodénigrement (la critique le suivit sur cette pente), au doute, aux contradictions réelles ou apparentes :  « Un artiste doute, en effet, de lui-même  ; il est en même temps sûr de lui. » Il savait qu’il appartient à la postérité de juger en appel, voire en cassation, mais il ne s’y fiait pas trop. Préservé de toute certitude par une inquiétude foncière, il doutait autant de son élection future que de sa condamnation définitive. « Et pourtant la cohérence de ma sensibilité et de ma volonté apparaît à qui me fait la justice de relire dans leur suite une bonne partie de mes ouvrages », écrivait-il au moment de rééditer Gilles.
    Cette édition propose, précisément, « une bonne partie » de ses œuvres romanesques : des romans, des nouvelles et des textes dans lesquels le récit tourne à l’essai ou à l’autobiographie. Au reste, les idées de Drieu et sa propre histoire (« je n’ai qu’elle à raconter ») sont présentes partout, avec une intensité variable. Lui-même parlait de « fiction confessionnelle », mélange de confession et d’invention, de sincérité et d’affabulation, de mémoire et de rêve. La richesse du cocktail n’est pas pour rien dans le charme qu’exercent ses livres et que renforcent encore des alliances peu fréquentes, entre désinvolture et gravité, lucidité et aveuglement, espoir et désarroi.
    Hantée par l’idée de décadence, l’œuvre de Drieu est, comme sa vie, dominée par la mort, qui est l’informe, c’est-à-dire l’envers de l’art. Peut-on, par et dans les livres, donner forme à l’informe ? Selon Drieu, qui avait le culte de l’échec (en art, en amour, en politique…), « l’œuvre d’art la plus réussie est une déception pour qui a tenu dans ses mains la misérable vérité ». Mais le lecteur qui lui fera « la justice de relire dans leur suite » ses ouvrages ne sera sans doute pas de son avis. Il découvrira l’une des plus fortes analyses romanesques du cynisme, la satire d’une époque qui pèse encore sur la nôtre, et une forme inédite de diatribe, dans laquelle l’écrivain retourne à tout instant ses armes contre soi. Toujours incertain de lui-même, Drieu s’est mis à la merci de ses contemporains. C’est peut-être cette même incertitude de soi qui permet qu’aujourd’hui l’on s’attache à lui."

    Au sommaire :

     État civil - La Valise vide - Blèche - Adieu à Gonzague - Le Feu follet - La Comédie de Charleroi. Autour de La Comédie de Charleroi : Le Voyage des Dardanelles, VII. Rêveuse bourgeoisie. Autour de Rêveuse bourgeoisie : [Début de la version préoriginale]. Gilles. Autour de Gilles : [Trois chapitres retranchés] - [Prière d'insérer de l'édition originale]. Mémoires de Dirk Raspe - Récit secret [2012]

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!